A quelques jours du vote en France, une nouvelle allégation de détournement de fonds de l’UE contre Marine Le Pen est révélée

Nouvelle allégation de l’Union européenne contre Marine Le Pen pour détournement de fonds (REUTERS/Christian Hartmann)

Six jours avant le vote en France, Une nouvelle enquête de l’agence anti-fraude européenne sur Marine Le Pen implique la campagne du leader d’extrême droitecomme cela s’est produit lors des élections de 2017, et comme alors, leur réponse est de dénoncer un système et de critiquer la partisanerie des institutions communautaires.

« Je suis très habitué aux pièges de l’Union européenne à quelques jours du second tour et je pense que les Français ne seront pas dupes », a-t-il ajouté. Le Pen a fait cette remarque lorsqu’il a été interrogé à ce sujet ce lundi lors d’une campagne électorale dans la ville normande de Saint Pierre en Auge.

Il a « complètement » rejeté les allégations du rapport de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF), dont le site d’information en ligne a fait fuite dimanche. partie média. Un signalement transmis à la justice française mi-mars pour l’éventuelle ouverture d’une procédure contre le candidat qui veut rejoindre l’Elysée dimanche prochain devant Emmanuel Macron.

L’OLAF lui rend visite personnellement 137 000 euros qu’elle dit avoir détournés en tant que députée européenne parce qu’elle les a consacrés à des fins de politique nationale française incompatibles avec celles de sa position au Parlement européen, auquel ils ont été attribués.

Il demande également le remboursement de sommes supplémentaires (617 000 euros au total) à trois autres anciens députés de son parti, le Regroupement national (RN) : son père, Jean-Marie Le Pen; à son ancien partenaire, Louis Alliotet celui qui était vice-président du mouvement, Bruno Gollisch.

Ils sont accusés, entre autres, d’avoir reversé cet argent à des associations de personnes proches du RN ou directement à des membres du parti acheter des bouteilles de vin et de champagne coûtant des milliers d’euros qui ne sont pas justifiées par des actes liés à l’exercice des fonctions de député.

Marine Le Pen et Alliot se sont plaints de n’avoir pas eu accès au dossier comme ils l’ont fait alors qu’ils étaient les premiers intéressés. partie médiaun média dont son équipe ne se lasse pas de souligner qu’il est idéologiquement de gauche.

Le président Emmanuel Macron est en tête des sondages quelques jours avant les élections françaises (REUTERS / Christian Hartmann)
Le président Emmanuel Macron est en tête des sondages quelques jours avant les élections françaises (REUTERS / Christian Hartmann)

C’était exact partie média il y a plus de cinq ans, celui qui a révélé cela L’OLAF a réclamé 339 000 € d’argent public au leader de l’extrême droite française que lui attribue le Parlement européen pour avoir payé des assistants parlementaires, une question qui l’a hanté pendant la campagne présidentielle de 2017.

Et qu’il a été inculpé début 2018 pour des soupçons de détournement de fonds, affirmant qu’il avait utilisé ces fonds pour payer son secrétaire personnel et son garde du corps.

En revanche, Marine Le Pen a utilisé une question à la radio France bleu pour souligner que dans la sphère politique il y a « mille différences » entre elle et son père.

Il a souligné que Si son père a fondé et dirigé « un mouvement de contestation, de contestation », le Front national, elle n’en mène pas moins « un mouvement de gouvernement » et « de propositions ».

Elle a également souligné que, contrairement à son père, qui était un critique furieux de l’œuvre politique de Charles de Gaulle, elle est une défenseure du régime actuel de la Ve République qui a créé cette figure historique.

De la même façon de s’affirmer comme une figure ouverte à la recherche du consensus et se détournant de l’extrémisme, il a déclaré que s’il remporte les élections, il formera « un gouvernement d’union nationale », le peuple comprendra « ceux qui viendront du États-Unis à gauche et à droite ».

S’il n’a voulu citer que le nom de son ministre de la justice, le député européen Jean-Pierre Garrauda rappelé qu’il pourrait correspondre au profil de l’ancien ministre de l’économie socialiste Arnaud Montebourgqui a quitté l’exécutif François Hollande en août 2014 pour avoir défendu le protectionnisme industriel.

Les sondages publiés ce lundi indiquent un creusement de l’avance d’Emmanuel Macron sur Marine Le Pen.

Selon le sondage Ipsos, si le second tour se tenait maintenant, le président français l’emporterait avec 56% des suffrages, contre 44% pour son adversaire d’extrême droite. Selon l’Ifop, le résultat pour le premier serait de 54,5 % (un point de plus que vendredi) et de 45,5 % pour le second (un point de moins).

(Avec les informations de l’EFE)

Continuer la lecture:

Un lauréat du prix Nobel prévient que le programme économique de Marine Le Pen fera de la France une « version européenne de l’Argentine ».
Pourquoi le programme continental proposé par Marine Le Pen peut chambouler l’Union européenne
Marine Le Pen a déclaré que si elle gagnait les élections françaises, elle essaierait de changer les règles de l’Union européenne

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.