Annemiek van Vleuten écrase le Tour de France féminin en montagne | Des sports

Les coutures du cyclisme moderne s’effritent, la septième étape du Tour de France féminin, la première étape de haute montagne – 127 kilomètres avec trois ports de premier ordre entre Sélestat et Le Markstein – présente l’anarchie annoncée. « Je m’attends au chaos », a déclaré Elisa Longo Borghini lors de la vérification des signatures avant de partir. C’est comme ça que ça s’est passé. Annemiek van Vleuten et Demi Vollering, les deux grandes favorites pour remporter la finale, ont attaqué à la première occasion, avant la première ascension, ressuscitant un sport cycliste d’une autre époque, avec des duels directs, sans équipes, et brisant la course à distance.

Seule derrière les deux Néerlandaises, Longo Borghini a chassé la tête et a montré sa force contre la montre : sextuple championne d’Italie. Déterminé à combler un écart impossible et pressé par la radio de l’équipe, le Piémontais, excellent pilote, a tenté d’imiter ce qui avait été réalisé à Paris-Roubaix. Mais ce n’est pas le printemps en France. Même les pavés ne sont pas les mêmes que les 3 000 mètres de chute de l’avant-dernier jour de la tournée.

Derrière la Transalpina, qui perd du temps de la tête à chaque kilomètre, reste les favoris : Niewiadoma, Ludwig, Moolman-Pasio et Labous. Un peu plus loin derrière l’Espagnole Mavi García, punie par les blessures d’un tour qui s’est soldé par des chutes.

À chaque pas sur les pédales, les différences avec le sommet de la course augmentaient. C’est ainsi que van Vleuten le voulait, dansant constamment sur le vélo, déterminé à gicler du sang. Vollering, à sa tête, ne travaille pas sur les escadrons ; une tactique commune de SD Worx lorsque vous jouez aux châtaignes avec le leader de Movistar.

Mais dans les Vosges, il n’y a pas de vélos qui valent la peine d’être conduits. Se concentrant sur sa devise – « La meilleure défense est toujours une bonne attaque » – van Vleuten, 39 ans, a serré les dents dans la montée vers le Platzerwasel et était une force souveraine avec la tête enfoncée dans le guidon avec 62 kilomètres à parcourir Vollering chute, 25 secondes derrière elle au sommet.

Dans le massif alsacien, vallées verdoyantes parsemées de noms germaniques dans chaque commune, le chemin entre les deux s’allonge de plus en plus. 30 secondes. 40. 50. Une minute. un et demi. Deux.

Avant de commencer l’ascension du Grand Ballon, le grand col du jour – 13,5 kilomètres avec une pente moyenne de 6,7% – van Vleuten, qui a commencé le tour avec des doutes, a été en proie à un virus de l’estomac apparent qui l’a empêché de le faire , pour manger et boire normalement, il s’est envolé vers le maillot jaune trois minutes avant Vollering.

Anna Van der Breggen, grande rivale de van Vleuten dans les grands événements d’antan – quatre Giros d’Italia, deux Championnats du monde et une médaille d’or olympique – a pris sa retraite de la voiture SD Worx à l’âge de 30 ans parce qu’elle « n’était pas à elle a été ». meilleur niveau », désormais à la tête de la puissante équipe Néerlandais, Vollering tenta de lui remonter le moral, distrait, l’air perdu.

Hors Marta Cavalli, deuxième du Giro d’Italia, à 1h52 de van Vleuten ; obligé de quitter la tournée après la violente agression de Nicole Frain au second tour, Vollering, 26 ans, s’est présenté comme une belle alternative au tour français. « Je sais que je ne peux pas grimper aussi bien qu’Annemiek [Van Vleuten]», a-t-il confié à EL PAÍS avant le top départ sur les Champs-Élysées. Il avait raison. La talentueuse coureuse de SD Worx a un bel avenir devant elle et elle profitera de plus d’opportunités, rassurez-vous.

Maillot jaune par derrière à la lutte pour le podium, Katarzyna Niewiadoma (Sram), Juliette Labous (DSM) et Cecile Uttrup Ludwig (FDJ) ont pourchassé Elisa Longo Borghini, toujours aussi combatives. Peu de temps après, le rythme imposant du trio a dépassé l’italien du trek, épuisé après un effort colossal.

C’étaient les favoris quand Annemiek van Vleuten a levé les bras à l’arrivée, souriant et secouant la tête au milieu de l’excitation de la foule. Lors de la journée la plus difficile du Tour de France féminin, destinée aux grandes favorites, la coureuse du Movistar a fait voler en éclat l’égalité établie et rappelé une nouvelle fois qui est la numéro un mondiale du cyclisme.

A 3h26 du nouveau leader, Demi Vollering est entrée sur la ligne d’arrivée, vide et ayant besoin de l’affection de ses parents, présents sur la ligne d’arrivée. Par derrière, un Ludwig explosif grappille quatre secondes de bonification devant Labous et Niewiadoma.

La Majorquine Mavi García a perdu toutes les options du classement général et s’est élancée en 10,41 minutes, qui est désormais destinée à chercher la surprise dans la Super Planche des Belles Filles, la finale du Tour. Marianne Vos, la directrice de course de cinq étapes, est arrivée au Markstein avec près d’une demi-heure de retard sur van Vleuten et a savouré chaque mètre du maillot jaune avant de le remettre à sa compatriote.

Vous pouvez suivre EL PAÍS Sports dans Facebook Oui Twitterou inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Benoîte Favager

"Organisateur. Introverti. Fanatique d'internet certifié. Accro à la bière. Fan d'alcool d'une humilité exaspérante."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.