Avec un ordre du jour différent, CFK a reçu le vice-président de la Colombie

Cristina Kirchner a décidé de se montrer publiquement à l’écart des mouvements qui se déroulent actuellement au sein du gouvernement. Sans évoquer l’arrivée de Sergio Massa au Cabinet, et malgré sa participation active à la réorganisation de l’organigramme national, il a réapparu ce vendredi au Sénat aux côtés de son homologue colombien Francia Márquez Mina.

Le dirigeant colombien est arrivé au congrès ce vendredi, accompagné de la chef de l’INADI, Victoria Donda, chargée de coordonner l’agenda de Márquez Mina dans le pays. Il s’agit de la deuxième visite de l’activiste afro-colombienne qui était dans notre pays avec Donda le 3 novembre dans le cadre de la Rencontre nationale de la communauté afro-argentine à Entre Ríos.

«Seulement avec Francia Márquez Mina, la vice-présidente élue de la Colombie. La tâche qui nous attend : l’intégration régionale et la construction de la paix et de l’égalité. Un agenda commun en matière de genre », a déclaré Cristina Kirchner sur ses réseaux sociaux.

Aucune mention n’a été faite de changements de cabinet ou de l’arrivée de Sergio Masa au ministère de l’Économie, de la Production et de l’Agriculture, un débarquement que le vice-président avait déjà entériné lors de précédentes rencontres avec le chef de l’État.

Avec le retour du dialogue entre ceux qui partageaient la formule présidentielle en 2019, la critique publique de la vice-présidente des politiques économiques actuelles a pris fin et les dernières déclarations fortes ont été dirigées contre la Cour suprême, une organisation à laquelle elle a dédié deux vidéos sur un total de 14 minutes, pour parler de sa « décadence ».

Il y a quelques jours, la vice-présidente colombienne s’est rendue à São Paulo, où elle a rencontré le candidat à la présidence et ancien président du Brésil, Luiz Inácio Lula da Silva, au siège du Parti des travailleurs (PT). Via son compte Twitter, Lula a annoncé que le racisme et la faim figuraient parmi les problèmes soulevés comme les principaux problèmes entre les deux pays. Sa tournée l’a également conduit au Chili, où il était avec le président chilien Gabriel Boric.

Dans l’après-midi, Alberto Fernández a reçu le vice-candidat de Gustavo Petro, vainqueur des élections présidentielles du 19 juin.

Tu pourrais aussi aimer

Roselle Lémieux

"Amateur de café. Expert indépendant en voyages. Fier penseur. Créateur professionnel. Organisateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.