Bruxelles dément Sánchez: les dépenses de l’argent de l’UE étaient de 0,2% en 2021

Le discours triomphal que le président de district a prononcé mardi s’estompe peu à peu. Les données de la Commission européenne sur les dépenses exécutées des fonds de la prochaine génération, publiées le 23 mai de cette année, indiquent que dans le cas de l’Espagne, les envois de fonds imputés au mécanisme de reprise et de résilience ont à peine atteint 0 en 2021. 0,2 % du PIB.

Autrement dit, notre pays a passé l’année dernière, 2 400 millions d’euros contre l’estimation officielle initiale de la contribution au PIB de 2,5 points et l’allocation budgétaire de près de 25 000 millions.

Une information qui ruine une partie du discours de Pedro Sánchez lorsqu’il affirme au Congrès que « nous sommes l’Etat avec le plus haut niveau d’exécution des fonds européens ».

Eh bien, ces données prouvent que l’Espagne avec L’Estonie, la République tchèque, l’Allemagne, la Grèce et la Suède n’ont exporté que 0,2 % du PIB, contre 0,5 % du PIB en France et en Hongrie. En bas de la liste se trouvent Chypre, l’Autriche, la Roumanie, l’Italie et la Belgique avec 0,1% du PIB.

Le rapport EY Insights Radar Next Generation souligne également ce fait et analyse l’intensité d’utilisation ou d’exécution du transferts affectésnotant que la Suède, la France et l’Allemagne ont exporté 30% la première année, contre 3,47% en Espagne ou 2,58% en Italie, pays qui ont fini par avoir les crédits les plus importants parce qu’ils avaient aussi une situation économique pire.

Le développement de la plateforme de trésorerie, qui doit rendre compte de l’exécution des fonds, n’est pas encore opérationnel

De même, le récent rapport de la Banque centrale d’Europe, « L’impact économique de la prochaine génération d’UE : une perspective de la zone euro »avec les données de la Banque d’Espagne, reflète le même degré d’exécution dans notre pays en 2021, à nouveau 0,2% du PIB.

c’est exactement comme ça Transparence dans l’exécution des fonds de nouvelle génération l’une des principales demandes d’organisations comme AIReF et la Banque d’Espagne pour calculer l’ampleur de l’impact sur l’économie réelle.

Une demande qui a été rendue chronique par les partis d’opposition de Sánchez et de nombreuses communautés autonomes alors que le développement de la plateforme du Trésor qui doit rendre compte de cet aspect n’est pas encore opérationnel.

En fait à partir de l’année 2022, et Au 30 avril, seuls 2 468 millions de passifs nets étaient enregistrés, soit 8,8 % de tous les prêts in fineet effectué des versements de 1 587 millions, soit 5,6 % de ce qui était budgétisé pour 2022, principalement aux organismes publics et aux communautés autonomes.

les deux chiffres

Un autre point soulevé par le président de district était l’inflation. Pedro Sánchez a riposté, soulignant que l’Espagne n’est pas le premier pays à atteindre l’indice le plus élevé de l’IPC. Et c’est vraiment le cas.

L’Espagne devance d’autres pays comme l’Estonie (22%), la Lituanie (20,5%), la Lettonie (19%), la Slovaquie (10,8%), la Grèce (12%), la Slovénie (10,8%) et la Belgique. (10,5%) Mais c’est aussi vrai qu’en tant que quatrième économie de la zone euro, nous sommes au-dessus de l’inflation de la France (6,5%), de l’Allemagne (8,2%), de l’Italie (8,5%) et de notre voisin le Portugal. avec 9%.

Chômage et bouchon d’essence

Une autre donnée gonflée par Pedro Sánchez était le taux de chômage. Le président a noté que l’Espagne progresse dans l’emploi, dans l’emploi de qualité, alors que les contrats à durée indéterminée se multiplient, sans préciser lesquels d’entre eux sont permanents, discontinus ou purement permanents.

Une détermination qui fonde Service public de l’emploi de l’État, SEPEqui, comme le rapporte elEconomista.es, fait la distinction entre l’un et l’autre puisque les travailleurs permanents reçoivent des allocations de chômage.

Le président n’a pas remarqué, ni lui non plus, ignorant le fait que l’Espagne reste le pays avec le taux de chômage le plus élevé d’Europe. Avec des données d’Eurostat 13,1 % par rapport à une moyenne de la zone euro de 6,1 %, loin de l’OCDE, 5%, du G7, 4%, et aussi moins, mais toujours devant la Grèce avec 12,9%, l’Italie avec 8,1% et la France avec 7,4%. Un chômeur sur quatre dans l’UE est espagnol.

Le bouchon d’essence ou l’exception ibérique -l’augmentation des émissions de CO2 de l’Espagne- était un autre élément contradictoire dans l’argumentation de Sánchez. Le président a affirmé que grâce à cette mesure, les factures d’électricité ont été réduites. Mais c’est l’INE qui a établi ce mercredi blanc sur noir pour mettre en avant l’inflation ne descendant pas en dessous de 10,2% et avec elle la facture d’électricité, non seulement il n’a pas diminué, mais on estime qu’il a augmenté de 9 % depuis sa création. De plus, l’Espagne est le deuxième plus grand pays européen, important le plus de gaz de Russie.

commentaires8èmeWhatsAppFacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInlié

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.