« C’est un mensonge » Yoreli Rincón sur la suggestion de Francia Márquez

Yoreli Rincón n’est pas revenue dans l’équipe nationale colombienne depuis 2018, bien qu’elle soit consolidée en Italie depuis trois ans et ait brillé dans la Sampdoria féminine comme la meilleure passe décisive du tournoi avec 9 passes et 4 buts. Elle a un contrat avec son club actuel jusqu’en 2023 et bien que l’avenir puisse changer, elle ne veut pas quitter le sol italien sans soulever le titre de champion.

« Il y a toujours de l’enthousiasme à représenter l’équipe nationale colombienne. J’y ai persévéré avec mon talent pendant 12 ans, j’ai disputé quatre championnats du monde, les Jeux Olympiques, la Coupe des Amériques. Je suis sûr que je ne serai pas là pour des raisons supplémentaires, mais je sais aussi qu’il y a beaucoup de joueurs au talent impressionnant.la Copa America arrive dans notre pays et nous avons le devoir de nous qualifier pour la Coupe du monde », a-t-elle déclaré avec nostalgie aux médias qui l’ont suivie à Bogotá.

Yoreli est en vacances après la conclusion de la Serie A italienne et en a profité pour féliciter América de Cali et la capitale de la Valle del Cauca pour avoir montré que leur football se vend et est attractif pour remplir les stades comme avec Pascual Guerrero en finale de la ligue féminine contre le Deportivo Cali, puis devant plus de 37 000 spectateurs.

Il pense même que sur les 25 appels de Nelson Abadía à jouer dans un double match amical contre les États-Unis du 25 au 28 juin, d’autres devraient provenir de l’équipe Scarlet pour le rôle qu’ils ont joué et sont destinés à son deuxième titre.

« C’est assez difficile pour moi de voir tous mes collègues là-bas et de ne pas y être, mais c’est un processus qui demande de la maturité, du temps et de l’expérience à surmonter. Je me sens très calme parce que je sais ce que je fais tous les jours, j’ai des compétitions tous les week-ends, j’ai des matchs très médiatisés dans mon club et bien le destin vous dira si vous devez donner quelque chose en retour.a avoué le dépliant.

La 10 de longue date de l’équipe nationale colombienne a été interrogée sur d’éventuels veto des dirigeants contre des joueuses comme elle, Isabella Echeverry, Natalia Gaitán ou Vanessa Córdoba.

« Si vous demandez à quelqu’un, il répondra que le droit de veto n’existe pas et que c’est une question de football. Isabella et Natalia gèrent chacune leur duel à leur manière.souligné l’exclusion dont ils souffrent.

Elle est convaincue que la solution n’est pas de signaler les irrégularités dans le football féminin colombien, afin que les jeunes joueuses ne subissent pas de veto. « Il y a plusieurs possibilités, la plus simple est qu’aucune des filles à aucun moment de sa vie, de sa carrière, n’ose dire un seul mot si elle veut tenir le coup », a-t-elle déclaré avec véhémence.

Récemment, Ramón Jesurún, après sa réélection à la présidence de la Fédération colombienne de football, a affirmé que son maintien au pouvoir était la décision des « vrais propriétaires » du football en Colombie.

« Le président a tout à fait raison, ils sont les propriétaires du football. C’est une entreprise privée et ce sont eux qui décident absolument de tout., effacé.

En outre, il a envoyé un message direct à Francia Márquez, vice-présidente de Gustavo Petro, qui était présente lors de la finale de la Ligue des femmes colombiennes entre América et Deportivo Cali, promettant de créer un « ministère de l’égalité » pour combler les lacunes de l’injustice, qui nous, les femmes, vivons envers les hommes dans tous les environnements : à la fois en privé, en public et en communauté », a déclaré la candidate dans un trille.

« Je ne veux même pas entrer dans une question politique, mais récemment j’ai vu qu’un des candidats à la vice-présidence avait dit que les salaires seraient ajustés. C’est un mensonge, le football est privé et ils décident quoi faire avec le salaire ou non, plus sur la question des femmes. Même si nous ne l’aimons pas en tant que joueurs ou en tant que fans de l’équipe nationale. »Yoreli a répondu à SEMANA.

Yoreli n’a pas fermé la porte à l’occasion de s’asseoir pour réparer sa relation avec les dirigeants de la Fédération colombienne de football. Il a reconnu et clarifié son erreur dans sa manière de dénoncer les injustices du football féminin Il ne demande pas d’indice dans l’équipe nationale, il a toujours voulu le meilleur pour le football féminin colombien

« Si j’ai commis une erreur à l’époque pour me battre pour nos besoins et le prix de la Copa Libertadores, si l’erreur était vraiment la mienne, j’en profite et je m’excuse. Si je me suis battue pour notre prix et pour nos besoins, je n’avais certainement pas la maturité à l’époque ou j’ai parlé seule, je l’ai fait pour aider et améliorer le football féminin. Si d’un coup j’ai taché mon nom, maillot de l’équipe nationale, parce que je suis sorti comme un combat après, je m’excuse auprès de ceux que j’ai pu offenser à l’époque, cadres, staff technique. Je me suis battu pour ce que nous méritions et ce n’était certainement pas le bon moment, le chemin idéal, mais revenir en équipe nationale ne me tue pas pour le moment car Dieu merci j’ai pu me réaliser et ma tranquillité d’esprit à ce moment est en Italie, mais porter le maillot de l’équipe nationale colombienne sera toujours le rêve », a-t-elle conclu pensivement.

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.