Choisissez votre propre Milei | profil

Ceux d’entre nous qui ont plus de 40 ans et qui ont traversé notre jeunesse dans les années 1980 se souviendront sûrement de la collection de littérature « Choisissez votre propre aventure », une série de livres de littérature pour jeunes adultes offerts au lecteur la capacité de faire des choix sur la façon dont les personnages se comportent de l’intrigue, ce qui change non seulement le développement de l’histoire mais aussi sa fin.

Ceux d’entre nous qui ont lu ces histoires avec avidité ont été confrontés à des choix successifs qui nous ont dirigés vers différentes pages du livre, brisant la nature linéaire de l’histoire et ouvrant de multiples ramifications qui ont finalement conduit à cela. Fins alternatives, certaines bonnes et d’autres mauvaisesselon les valeurs et les attributs du personnage central de l’histoire : intelligence, courage, générosité, égoïsme, individualisme, solidarité, ambition, etc.

Le cambriolage fulgurant de Javier Miley sur la scène politique nationale et sa trajectoire imprévisible – pour ne pas dire imprévisible – semble mimer l’exercice ludique que nous suggèrent ces histoires de jeunesse remémorées. Selon quel aspect de son langage, quel trait de sa personnalité ou quels éléments de son image on privilégie, On trouvera autant de Milei que de chemins qu’on voudra retracer.

Javier Milei, le libertaire le moins libéral

Ce sera sûrement là le milei libertairequi prend ses distances avec la tradition du libéralisme classique – Locke, Smith et, sur notre sol, Alberdi – défenseurs des droits civils et politiques, de l’instruction publique, du progrès et de l’égalité des chances, et embrasse des penseurs controversés comme – entre autres – les philosophes de « l’égoïsme rationnel » Ayn Rand, l’un des plus grands représentants de « l’école autrichienne » Friedrich Hayek, théoricien de « l’ordre spontané » et de la proximité avec les dictatures du Cône Sud, et le « néo-réactionnaire et monarchiste » Michael Anissimov, qui défend suprématie raciale.

De même le beau milleiune sorte de « super-héros » dont la mission est de punir la « caste » politique qui a non seulement échoué lamentablement en politique et en économie, mais a également érigé des privilèges au détriment des travaux et des impôts des citoyens ordinaires.

ne manquera pas non plus le milei autoritairequi succombe à la tentation de l’ultra-droite fasciste, non seulement ne se prononce pas contre les dictatures ou le terrorisme d’État, mais flirte avec des personnalités comme Bussi à Tucumán et revendique le droit de prendre les armes pour défendre la propriété privée.

Le problème de Larreta 2023 n’est pas Milei, c’est Macri

Évidemment, il apparaîtra également l’anti-étatiste Milei, symbolisé par son intention proclamée de « brûler la banque centrale ». Les kilomètres qui Promesses de supprimer des ministères, de licencier des fonctionnaires, de supprimer l’assurance socialeet avoir un ministre de l’économie « qui aime la tronçonneuse ».

Il en sera de même pour les nouveaux « libertaires » émergeant sous d’autres latitudes le réfractaire Milei pour étendre les droits. Leurs ennemis en ce sens ne sont pas les véritables dirigeants de l’establishment (et encore moins les dirigeants économiques), mais le féminisme, le mouvement ouvrier, les pauvres, les immigrés.

Même le milei anarcho-capitaliste c’est ce qu’évoquent les travaux de Rothbard, selon lesquels tous les droits – y compris les droits « naturels » – sont des formes de propriété ; Quoi l’amène à proclamer la légalité du travail des enfants, extorsion, marchés noirs, entre autres. S’il y avait le moindre doute que Milei souscrirait à cette théorie, ses déclarations sur le trafic d’organes sont là pour l’étayer.

Dans ce cadre, il est important de souligner deux aspects pour aborder le phénomène Milei et éviter les malentendus ou les points communs qui nous empêchent de le comprendre dans toutes ses dimensions : va bien au-delà de sa personnalité et, de plus, il a un « air de famille » avec des mouvements similaires enregistrés à d’autres latitudes.

Le premier aspect est central pour ne pas perdre de vue l’ampleur de la fatigue, de l’insatisfaction et de la frustration qui étreint de larges pans de la population. A la crise de représentation que nous traînons depuis des décennies s’ajoute un climat socio-économique étouffant – inflation record, baisse des salaires réels, crise du taux de change – auquel les grandes coalitions répondent par des débats internes et distants sur l’agenda du peuple. Sans aucun doute, un un terreau fertile pour le discours disruptif du leader « libertaire »qui se nourrit de la mesquinerie et de l’ego d’une grande partie de la classe dirigeante traditionnelle.

Mais au-delà des épices locales, visitons un processus de conversion des droits à l’échelle mondiale. Si les discours de haine, les théories du complot, les fake news et l’anti-politique font partie de leur répertoire, la soi-disant « droite alternative » a également changé de tenue, dépoussiérant le conservatisme traditionnel et brandissant les drapeaux de l’indignation et du politiquement incorrect. Alors, avec cette inconvenance et leur style provocateur, qui attire beaucoup de jeunes – et pas tant que ça – ils semblent renier l’héritage de la rébellion à gauche.

Comme le dit Pablo Stefanoni dans un ouvrage de référence pour comprendre ces phénomènes (La rébellion s’est-elle tournée vers la droite ?, éd. Siglo XXI), les idées de ces nouveaux droits doivent être prises très au sérieux, même si elles paraissent moralement répréhensibles voire ridicules et surtout, comprendre comment leurs leaders charismatiques et scandaleux, leurs discours disruptifs et leur attitude provocatrice et transgressive leur permettent de challenger et de représenter de nombreux secteurs perçus comme délaissés dans leurs sociétés. Cela explique une Marine Le Pen toujours aux aguets en France, un José Kast laissé aux portes de La Moneda, un Trump de retour sur le ring, un Vox identifié comme une menace pour « l’Espagne plurielle », une Giorgia Meloni faisant irruption dans une Italie qui connaît déjà assez ces expressions (Berlusconi, Grillo, etc.), et un Jair Bolsonaro au pouvoir au Brésil voisin.

Javier Milei a attaqué Martín Guzmán pour avoir rejeté la dollarisation

enfin c’est indéniable Milei – dans chacune de ses versions – a réussi à capitaliser sur le malaise, la lassitude et l’indignation de sections clés de la population. La grande question n’est pas seulement de savoir s’il sera capable de traduire ces sentiments en une majorité électorale silencieuse, mais si ces votes hypothétiques serviront à porter un coup de grâce à une république mourante, ou au contraire, ils permettront à ses fondations de lancer une nouvelle étape dans le système démocratique.

Comme ces enfants passionnés par la lecture de ces aventures de science-fiction, j’espère que nous comprenons nos décisions peuvent être pertinentes.

* Lucas Dodan. Politologue, consultant et auteur de « Comunicar lo Local » (La Crujía, 2021).

Tu pourrais aussi aimer

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.