Cornejo a parlé du cyberharcèlement lors de la première journée de formation au ministère de la Sécurité et de la Justice

Le ministère de la Sécurité et de la Justice ce mercredi dans le cadre de la Journée internationale contre l’exploitation et la traite sexuelles des femmes, des garçons et des filles, qui a lieu le 23 mai.

L’ouverture et la première thèse étaient sous la responsabilité du propriétaire du portefeuille, Abel Cornejo. Il a évoqué la révolution des communications, la crise de la territorialité et comment la manipulation virtuelle peut constituer des crimes et causer des dommages irréversibles aux droits fondamentaux.

En ce sens, Cornejo a évoqué le cyberharcèlement ou la paranoïa, un crime commis pour traquer et tourmenter la victime ; Actions du harceleur ou du harceleur sous d’autres aspects de la criminalité virtuelle, de la législation et des politiques gouvernementales. Il a également abordé la question de l’usurpation d’identité.


Les activités de formation sont coordonnées par la directrice des relations communautaires, Isabel Soria, en collaboration avec l’Université provinciale d’administration publique. Le responsable a indiqué que plus de 200 personnes de Salta, Mendoza et Entre Ríos, entre autres, étaient présentes le premier jour. Le ministre Cornejo a également pris part aux consultations sur les questions discutées.

La formation publique se poursuit jusqu’à demain et couvrira les thèmes du sexting, de la sextorsion, de la vengeance porno, de la distribution d’images illégales, du doxing et de la loi Micaela.

Les avocates Lorena Bilicic et Carmen Rosa Céspedes Cartagena ont pris la parole.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.