Crime incontrôlé | opinion

Un manque notoire de leadership de la part du gouvernement pour lutter contre la criminalité est le problème que connaît le Chili ces jours-ci, un pays où nous avons malheureusement vu des meurtres, l’utilisation d’armes et le trafic de drogue descendre dans les rues.

Par conséquent, en ma qualité de parlementaire, j’ai insisté sur le respect des engagements pris par le gouvernement du président Gabriel Boric en matière de sécurité, qui n’ont malheureusement abouti qu’à la suite d’une fuite.

Compte tenu de tout ce qui s’est passé, il est de la plus haute urgence de préciser les projets à venir pour améliorer l’infrastructure des carabiniers, notamment dans le cas des commissariats de police Las Animas et Oscar Cristi autorisés sur l’Avenida Francia à Valdivia, mais aucun financement pour son exécution, en plus des casernes de Cayurruca et Carimallín à Río Bueno et du poste de contrôle temporaire de Cunco Mashue dans la municipalité de La Unión.

Avec la réalisation de ces projets, nos policiers seraient dans de meilleures conditions pour effectuer leur travail, améliorer leurs véhicules et mettre en place les technologies nécessaires pour développer le contrôle et la prévention.
En fait, j’ai soulevé cette question avec le directeur général des carabiniers, Ricardo Yáñez, lors d’une réunion que j’ai eue avec lui la semaine dernière, où j’ai insisté sur l’urgence et la dette de l’agence envers la région.

Ces derniers mois, les problèmes d’insécurité et de délinquance se sont tellement aggravés que malgré les énormes efforts déployés par les carabiniers et le PDI dans leur lutte contre la délinquance, les citoyens se rendent compte que la délinquance échappe à tout contrôle.

Par exemple, il y a eu trois homicides par arme à feu motivés par le calcul en moins de 15 jours. Sans compter les braquages ​​qui touchent au quotidien nos voisins sur l’ensemble du territoire et les disparitions de jeunes qui sont ensuite retrouvés morts, sans que l’autorité en charge de la sécurité n’entreprenne une action décisive pour mettre fin à ce sombre panorama.

La situation est vraiment complexe non seulement dans la capitale régionale mais aussi dans différentes parties de la région et le travail de sécurité que le gouvernement doit faire n’est rien par rapport à la triste réalité à laquelle nous sommes confrontés.

Il ne suffit pas de faire des annonces dans la presse ou d’annoncer des plaintes du délégué présidentiel, car cela ne mène finalement à rien de concret. Il est nécessaire que le gouvernement aux niveaux national et régional assume une tâche audacieuse et déterminée qui permettra aux habitants de la région de retrouver le sentiment de calme qui a été perturbé ces derniers mois.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *