Division en France : La motion de défiance envers le Premier ministre de Macron a échoué, mais le leadership du président a été affaibli

Seuls 146 législateurs ont approuvé la motion, bien moins que les 289 nécessaires (REUTERS / Sarah Meyssonnier)

Législateurs français Tu n’es pas mort lundi une motion de censure réclamée par une coalition de gauche exprimant symboliquement leur opposition à la politique gouvernementale et économique du président Emmanuel Macron.

Bien que le vote ait échoué, ce fut une autre gifle pour la direction de Macron. Cela est venu alors que les critiques de Macron au Parlement remettaient en question ses liens étroits avec Uber et les lobbyistes d’entreprise après lui Une enquête médiatique internationale révélera les détails de ses conversations avec les dirigeants d’Uber lorsque Macron était ministre des Finances en France.

La Coalition de gauche, connue sous le nom de Nupes, a défendu la motion de censure après le premier discours important du Premier ministre Elisabeth Borne devant l’Assemblée nationale après les élections générales du mois dernier.

Seuls 146 députés ont approuvé la motion, bien moins que les 289 nécessaires. Alors que de nombreux législateurs sont irrités par la politique de Macron, certains partis d’opposition sont également opposés à la gauche et ne les ont pas rejoints lors du vote.

« Emmanuel Macron est le président des lobbies qui roule pour Uber », a déclaré Mathilde Panot, chef de file des Nupes à l’Assemblée nationale. Il a qualifié le vote d’acte de « défi » et de rappel de celui-ci De nombreux électeurs voient Macron davantage comme le monde de l’entreprise que comme les travailleurs en difficulté.

Le gouvernement Macron dit qu’il essaie les deux. Borne, qui a défendu le gouvernement au Parlement, a qualifié le vote de  » stratagème politique  » des législateurs  » en colère contre l’histoire  » parce qu’ils ne sont plus au pouvoir.

Les révélations de l'enquête Uber ont attisé l'ire des détracteurs de Macron (Christophe Petit Tesson/REUTERS)
Les révélations de l’enquête Uber ont attisé l’ire des détracteurs de Macron (Christophe Petit Tesson/REUTERS)

Avec 151 sièges, Nupes est la plus grande force d’opposition à la chambre basse du parlement. L’alliance centriste de Macron a perdu sa majorité lors des élections du mois dernier, mais détient toujours le plus de sièges avec 250. Le Parti républicain conservateur, qui compte 62 sièges, n’a pas participé au vote.

Le leader d’extrême droite Marine Le Pen, qui a perdu les deux dernières élections présidentielles françaises et était une farouche opposante à la gauche, a condamné la motion de censure comme une manœuvre politique visant à « faire tomber la Ve République ».

Je parle encore sur la chaîne française le dimanche BFMLe Pen a déclaré que son parti à l’Assemblée nationale, le plus grand parti d’opposition de droite avec 89 sièges, « utiliserait tout le pouvoir disponible que nous avons au Parlement contre le gouvernement ».

Les révélations de l’enquête Uber ont attisé l’ire des détracteurs de Macron.

« Nous avons un Président de la République qui veut mettre en place un modèle (d’affaires) américaina déclaré le député du Parti communiste Fabien Roussel en France BFM. Il a accusé Macron d’avoir fraudé et de faire affaire avec des dirigeants et des lobbyistes d’Uber dans le dos de ses collègues.

La coalition de gauche connue sous le nom de Nupes a défendu la motion de censure à la suite du premier grand discours du Premier ministre Elisabeth Borne à l'Assemblée nationale (REUTERS/Benoit Tessier)
La coalition de gauche connue sous le nom de Nupes a défendu la motion de censure à la suite du premier grand discours du Premier ministre Elisabeth Borne à l’Assemblée nationale (REUTERS/Benoit Tessier)

Plusieurs autres responsables de gauche ont critiqué Macron après lui un conglomérat international de journalistes d’investigation, dont le journal français Le Mondedivulguera ses réunions et communications avec les dirigeants d’Uber et leurs lobbyistes entre 2014 et 2016, lorsque Macron était ministre de l’Economie et des Finances. Un député du parti d’extrême gauche France Insoumise, Alexis Corbier, a déclaré qu’une enquête sur la question pourrait être ouverte au Parlement.

Uber est présent en France depuis 2011. Son apparition a suscité un ressentiment de la part des syndicats de taxis français et des années de batailles juridiques sur la réglementation et la protection de leurs chauffeurs.

Les alliés de Macron ont nié les allégations selon lesquelles il aurait fait quoi que ce soit de mal.

« Il est étonnant que le pays soit offensé que le ministre de l’économie ait rencontré des chefs d’entreprise« , a-t-il déclaré lundi sur la station cnews Aurore Berge, chef du Parti de la Renaissance de Macron au Parlement. « Heureusement, il a fait son travail. »

En règle générale, un nouveau gouvernement en France demande au Parlement un vote de confiance pour donner plus de légitimité à son programme. Mais après que le parti au pouvoir a perdu sa majorité, Borne n’a pas pris ce risque et a ainsi rompu avec une longue tradition.

(Avec des informations d’AP)

Continuer la lecture:

Qui est Elisabeth Borne, la deuxième femme de l’histoire de France à devenir Premier ministre ?
Suite à la démission de Jean Castex, Emmanuel Macron a nommé l’actuel ministre du Travail Premier ministre de la France
Le président français Emmanuel Macron remanie son gouvernement après une défaite législative

Adrien Richard

"Amateur de café d'une humilité exaspérante. Spécialiste de l'alimentation. Faiseur de troubles passionné. Expert en alcool diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.