En France, Engie publie des offres pour Equans, la société avec laquelle il gère ses services dans le monde entier

Engie, anciennement Gaz de France, a présenté le 30 juin Equans comme l’entité qui regrouperait les différents services et solutions de l’entreprise française dans le monde. « Son autonomie et sa spécialisation permettront une plus grande agilité, efficacité et innovation au service de ses clients. Equans est structuré autour de 6 spécialités : Electrique, HVAC, Froid, Mécanique, Numérique et Informatique, et Facility Management », expliquent-ils depuis l’entreprise française. dans une Note en juin dernier. | Tout savoir sur le fonds conseillé par elEconomista, portefeuille Tressis Eco30, auquel appartient Engie. et

Mais quatre mois plus tard, Equans est en vente pour 6 milliards d’euros. Son revenu annuel est proche de 12 000 millions. Avec cette opération, Engie vise à lever des fonds pour investir davantage dans les énergies renouvelables. L’opération « a déclenché une guerre d’enchères à connotation politique qui va tester l’attitude de la France envers les acheteurs étrangers », a-t-il déclaré. temps financiers.

Apparemment, il y avait à l’origine sept prétendants; mais l’offre aurait été réduite à trois, selon le journal britannique. Il y a d’une part l’offre de la société américaine Bain et d’autre part celle des sociétés françaises Bouygues et Eiffage.

« L’État détient environ 24 % du capital d’Engie et peut commenter la vente dans la salle du conseil, où il détient trois des 14 postes », rapporte le temps financiers.

Désormais, à six mois des élections présidentielles en France, il faudra voir si Emmanuel Macron et ses ministres accueillent favorablement une firme étrangère séjournant chez Equans, ou s’ils penchent pour un groupe français. Il y a quelques mois, la France a mis son veto au rachat de Carrefour par le groupe canadien Alimentation Couche-Tard.

Les sociétés Apollo, le consortium de CVC et PAI et Carlyle ont déjà été exclus de l’enchère. Pour Bouygues, le rachat d’Equans serait sa plus grosse acquisition depuis des années FT. Eiffage a de son côté officialisé son offre pour la filiale Engie, selon des informations ce mercredi Le Figaro. La société a indiqué qu’elle ne recourrait pas à une augmentation de capital pour financer cette opération. »

commentaires0WhatsAppFacebookFacebookTwitterTwitterLinkedInlié

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.