France.- Les Républicains justifient leur rejet de la motion de censure en France : « On n’aurait rien fait » – Espagne

Le principal parti de centre-droit français, les Républicains, a défendu ce mardi son refus de se joindre aux motions de censure de lundi contre le gouvernement français, qui ont conduit à une alliance inhabituelle entre la gauche dirigée par La Francia Insumisa (LFI) et l’Association nationale des marins le Pen.

« Voter une motion de censure signifierait sans doute la dissolution et nous n’aurions fait aucun progrès », a déclaré le chef de faction au Sénat Bruno Retailleau, qui prévoit que tout au long de la législature il faudra commettre de nouvelles motions contre l’exécutif demandent Elisabeth Borne.

Retailleau a déclaré dans des déclarations à franceinfo qu’il y a un « moment de faiblesse » politique. « Pourquoi devrions-nous choisir ce moment de faiblesse pour commettre du hara-kiri? », a-t-il demandé, un jour après que les républicains n’aient soutenu aucune des trois motions anti-gouvernementales.

L’un d’eux, présenté par la Nouvelle Union populaire écologiste et sociale (Nupes), a également ajouté un soutien à l’extrême droite, bien que l’alliance entre les deux blocs n’ait pas compté 50 des 289 nécessaires pour renverser le gouvernement. Le leader parlementaire LFI et ancien candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon a accusé les Républicains de « sauver » l’exécutif.

L’opposition a promu les motions en réponse à la décision de l’équipe Borne de forcer l’approbation parlementaire d’un premier projet de budget.

Adrien Richard

"Amateur de café d'une humilité exaspérante. Spécialiste de l'alimentation. Faiseur de troubles passionné. Expert en alcool diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *