Gipsy Kings, la rumba sans frontières de France | culture et divertissement

Depuis plus de 35 ans, un groupe français connu sous le nom de « Gipsy Kings » interprète la rumba avec son style sur les scènes du monde entier, rendant « le public heureux de nous voir chanter et danser avec nous ».

André Reyes, leader du groupe, l’explique à Efe, qui donne d’ailleurs son nom à la formation officielle qui se produira ce soir au Iconic Festival de Séville, où il espère réunir plus de 2 000 personnes sur la scène de la Plaza de España, avec Thomas Reyes, Kakou Reyes, Mario Reyes, Tambo Reyes, Patchai Reyes, Joseph Cortes, François Santiago, Danny Avelino et Guilherme Alves sur scène.

À l’hôtel Colón de Séville, avant de chanter, Reyes expose attentivement certains des secrets possibles d’un groupe qui entretient une relation spéciale avec l’Espagne, où ils ont vendu une grande partie des 60 millions de disques de leur carrière, en plus des racines espagnoles. que les émigrés gitans qui ont fui en France pendant la guerre civile.

Pour cette raison « nous sommes très heureux de venir à Séville, en Andalousie, pour être avec vous et tout le public, en attendant la nuit pour faire la fête », car ce groupe voit chaque scène comme une fête avec le public, pas comme un travail ou une obligation.

Et c’est comme ça qu’ils font sur les cinq continents, où ils ont mis sur la table leur symbiose entre la pop et la rumba catalane, et avec le temps ils se sont rendus compte que « partout les gens aiment la rumba, et on fait ce style de musique qui est un style pop est un mélange de rumba catalane et espagnole et nous la jouons parce que c’est amusant ».

Mais au-delà, son mode de communication avec le public s’impose plus que jamais une fois les pires dates de la pandémie passées et les performances live reviennent sans restriction après « tout a été coupé, les dates, les promotions… et c’est vrai ». que. » nous avons encore un long chemin à parcourir pour retrouver la santé dans le monde, mais aujourd’hui nous pouvons à nouveau célébrer et ce soir nous allumerons le feu ».

« Que ce soit la rumba comme la nôtre, les thèmes de nos chansons, aussi les mélodies, mais c’est clair que tout le monde, tout le public, doit chanter, danser, regarder et faire monter le groupe sur scène et jouer », souligne le chef du groupe le évaluation de leur réception après le retour du public sur les scènes de la culture.

Tout cela du point de vue des gens qui arpentent les rues depuis 35 ans, après « avoir commencé sur les plages avec des spectacles et des soirées privées et petit à petit nous sommes allés dans cette direction jusqu’au moment où un manager, dont le nom est Claude Martínez, avec qui nous avons fait un album et dès lors beaucoup de publicité à Paris, dans le sud de la France et de l’Europe et à la télé.

Auparavant, ils s’étaient produits à la fête d’anniversaire de Brigitte Bardot, pour laquelle ils avaient composé la chanson « La Donna » et des chansons comme « Djiobi, Djioba », « Bamboleo » ou « Volare » ont commencé à voir le jour, des chansons dont « les gens sont tombés amoureux ». On ne peut pas l’expliquer parce qu’on le chante, on le vit et c’est vrai qu’on ne peut pas l’expliquer ».

« Nous le faisons, nous le jouons, nous le dansons, mais c’est quelque chose que nous ne pouvons pas expliquer. C’est ainsi que la vie est pour le public et c’est un message de Dieu », a-t-il déclaré.

Avec cet esprit, le groupe ne sait pas expliquer son lien avec le peuple, mais il le remet en pratique ce soir à Séville, en route vers ses 40 ans de carrière et avec de nombreuses rumbas encore à chanter sur les cinq continents. .

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.