González souligne « l’énorme impact » que le Tour de France aura pour Álava

Le général adjoint d’Álava, Ramiro gonzales, a souligné ce mardi «l’énorme impact» que l’événement d’ouverture de la prochaine édition du Tour de France aura pour Álava en particulier et le Pays basque en général. Ce ‘Grand départ’, le grand départ n’est pas seulement le point de départ de la course cycliste. Elle nécessite un investissement lourd, mais son impact et son impact économique sur la région sont brutaux.

Bilbao accueillera le départ et l’arrivée de la première étape de la tournée le 1er juillet 2023. La manche française débute son édition l’an prochain au Pays basque avec les trois premières étapes en terre basque. L’événement cycliste le plus important au monde s’arrêtera à Álava dans sa deuxième étape Vitoria sera reliée à Donostia et la troisième étape sera de Gipuzkoa à Baiona, prélude à l’entrée de l’événement cycliste sur le territoire français.

Opportunité imbattable

Le général adjoint d’Álava a évoqué « l’opportunité imbattable » que représente cet événement sportif montrer au monde « ce que nous sommes ». « Aucun autre sport n’a la capacité de transmettre le caractère unique d’un pays », a-t-il commenté, car il montrera à la planète « notre patrimoine et notre culture ».

Ramiro González était présent à Paris ce week-end pour recueillir avec les autres institutions basques le témoignage de Copenhague pour accueillir la prochaine sortie. En ce sens, il a vérifié la à la première personne grande couverture médiatique de la course cycliste « comparable à une coupe du monde de football ».

Cet après-midi, il se réunira avec le maire de Vitoria, Gorka Urtaran le trophée symbolise que « Grand Départ Pays Basque » le Tour de France 2023.

Euskadi, patrie des grands événements

Pour González, c’est « un engagement important » de « démontrer la capacité du Pays basque à accueillir des événements de haut niveau ». Une opportunité exceptionnelle, en plus de Mettre l’Euskadi au centre du sport Au niveau international avec une couverture médiatique mondiale, il représente un business retentissant avec des impacts économiques estimés qui multiplient largement les investissements réalisés entre impacts économiques directs et indirects.

Le Pays basque paye 12 millions d’euros pour accueillir cet événement. L’exécutif autonome supporte 75 % des dépenses totales, soit environ 9 millions d’euros, et les consistoires et conseils paient chacun 760 000 euros pour laisser place aux impôts supplémentaires. Un investissement public qui sera plus que payant grâce à la grande projection de l’événement.

Zacharie Morel

"Fanatique invétéré des réseaux sociaux. Sujet à des crises d'apathie. Créateur. Penseur. Gourou du web dévoué. Passionné de culture pop. Résolveur de problèmes."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.