Guerre en Ukraine : trois longs mois sans fin certaine ou proche

Il y a une phrase qui dit « Dans une guerre, la première victime est toujours la vérité ». Une partie de cela se produit avec l’invasion russe de l’Ukraine. Comme peut-être jamais auparavant, après trois mois de conflit, des nouvelles émergent de part et d’autre, même supposées officielles, apparaissant dans un bureau de presse ou une agence internationale, mais par la suite presque impossibles à vérifier ou à « revérifier » par d’autres moyens , de préférence antagonistes, afin de connaître avec certitude la véracité de ces actualités et ne pas tomber dans le piège des « fake news ».

C’est exactement ce qui se passe avec l’actualité de la guerre en Ukraine ces quinze derniers jours, c’est pourquoi il devient très difficile de proposer un scénario vrai et vérifiable du conflit, encore moins d’oser une prévision ou une issue relativement proche de la guerre. même.

L’une des rares choses qui a été confirmée est que la Fédération de Russie progresse lentement mais systématiquement dans le sud et l’est de l’Ukraine. Essentiellement avec la prise finale de la ville portuaire de Marioupol, lorsque les derniers soldats ukrainiens qui la défendaient à l’usine sidérurgique d’Azovstol se sont rendus et ont été capturés. Il en va de même pour le Donbass, car les autorités ukrainiennes elles-mêmes admettent que quatre-vingt-dix pour cent de cette riche région industrielle sont actuellement aux mains des Russes, ou du moins assiégés en permanence par les forces d’invasion.

Dans le même temps, une autre nouvelle vérifiable est que l’Ukraine, pour sa part, a fait quelques progrès dans la reconquête des villes proches de la ville prisée de Kharkiv, la deuxième plus grande d’Ukraine, et a même atteint la frontière russe près de cette ville (à peine 22 km ). L’Ukraine, elle aussi, lutte depuis le début du conflit aux mains des Russes pour poursuivre son siège de la ville portuaire clé de Kherson, également sur la mer d’Azov, mais avec des résultats mitigés car la région utilise déjà le rouble comme monnaie d’échange. moyen de transaction.

Ensuite, la Russie continue avec ses problèmes logistiques et le moral bas de ses troupes, tandis que l’Ukraine continue avec une vision positive de ses autorités et de ses troupes, mais prévient qu’elle pourrait le devenir si elle n’obtient pas plus et de meilleures armes rapidement et de toute urgence est très difficile lancer des contre-offensives qui peuvent d’abord stopper l’offensive russe puis la ramener sur les positions du 24 février ou, plus optimiste encore, reprendre la Crimée et les territoires du Donbass occupés depuis 2014.

Malgré ces résultats, la plupart des analystes internationaux estiment que la guerre sera très longue et avec un degré d’attrition très élevé pour les deux concurrents.

Dans ce cas, la poursuite à long terme de la guerre pose des défis plus dangereux pour l’Ukraine que pour la Fédération de Russie. Le principal danger pour le pays attaqué est que si le scénario de reprise ou d’annexion du corridor sud-est de l’Ukraine, de la Crimée au Donbass, s’approfondit – et encore moins de l’étendre à la Transnistrie – l’Ukraine risque de cristalliser le conflit, ce qui permet à la Fédération de rester en la zone ukrainienne depuis longtemps, ne s’accordant sur aucun règlement avec l’Ukraine et l’Occident et attendant un nouveau « moment opportun » pour de nouvelles aventures, que ce soit en Ukraine, en Moldavie ou dans d’autres pays où elle se trouve considère « sa zone d’influence » (principalement la Géorgie et dans une bien moindre mesure – compte tenu de son appartenance à l’OTAN et à l’UE – un pays balte).

Concernant la Géorgie, les revendications de ces derniers jours pour la reconnaissance de l’annexion à la Russie par le territoire séparatiste d’Ossétie du Sud, ainsi que celles des séparatistes russes, qui ont également pris Kherson et les villes environnantes, sont très symptomatiques, ainsi que quelques attentats à la bombe, arborant apparemment un « faux drapeau » en Transnistrie, pour donner à la Fédération un prétexte pour envahir la Moldavie sous prétexte de « défendre les russophones assiégés », implantés « manu militari » dans cette région.

Dans l’intérêt de l’Ukraine, elle doit essayer par tous les moyens d’obtenir des résultats positifs de la guerre d’ici fin 2022 afin d’éviter le « conflit gelé » comme en 2014 avec la Crimée et le Donbass. Cependant, cela ne le laisse pas sans quelques complications ou difficultés, notamment en termes de compréhension de la situation réelle de certains de ses alliés.

Le président Zelenskyy et d’autres autorités ukrainiennes clés ont dû dire plus d’une fois que l’Ukraine ne négocierait pas tant qu' »une seule ville serait capturée ou attaquée par la Russie ». Le président ukrainien répondait directement et sans euphémisme à une déclaration malheureuse aux médias du président français Macron, qui avait laissé entendre que « l’Ukraine pourrait rechercher un ‘cessez-le-feu’ et la paix en attendant la reconnaissance de l’annexion de la Crimée par la Russie et les régions du Donbass ont été envahies en 2014 .

Le président français, comme d’autres hauts dignitaires européens ou occidentaux, est de plus en plus préoccupé par les problèmes économiques laissés dans son sillage par la guerre, qu’il s’agisse de problèmes énergétiques ou économiques proprement dits, mais essentiellement alimentaires liés aux mises en garde d’organisations et d’organisations sur la possibilité de « famines », en particulier dans les pays les plus pauvres.

Cependant, Podolyak, l’un des principaux conseillers de Zelenskyy, a souligné qu’il avait eu une meilleure idée que « céder des territoires à la Russie » pour résoudre cette « catastrophe humanitaire » et que c’était « armer lourdement l’Ukraine ». , villes, ports et mers ». Ce n’est qu’ainsi qu’une solution définitive et durable aux plans « impériaux » russes pourra être garantie et ces famines évitées.

L’Occident est là, principalement de la part des États-Unis, qui ont déjà approuvé au Congrès une aide militaire et humanitaire d’une valeur de quarante milliards de dollars, en plus de ce qui a déjà été fourni de l’ordre de trois milliards de dollars. L’Union européenne, pour sa part, a promis une aide d’environ 9 milliards de dollars, en plus des quelque 2 milliards de dollars déjà fournis par les pays de l’Union. Enfin, lors de sa dernière réunion, le G7 a promis neuf milliards de dollars d’aide humanitaire et militaire.

L’Ukraine a cruellement besoin de cette aide et il reste à voir si son arrivée arrivera à temps pour contenir l’offensive russe et, plus important encore, pour lancer la contre-offensive ukrainienne si nécessaire pour récupérer les territoires occupés pendant ce conflit et, idéalement, ceux depuis 2014 sont occupés.

Il y a aussi des retards, des retards ou des retards dans la mention de l’aide et de l’assistance que les États-Unis, l’UE et le G7 reçoivent pour les questions humanitaires et militaires, certains pour des raisons raisonnables, d’autres moins.

Le sixième cycle de sanctions économiques de l’UE contre la Russie, qui comprend un embargo plus important et plus important sur le pétrole et le gaz russes, est dans l’impasse au milieu des doutes de la Hongrie et, dans une moindre mesure, de la Slovaquie exigeant des garanties sur le remplacement de ces carburants. Afin de convaincre les deux pays, la présidente de la Commission européenne, von der Leyen, préconise de leur accorder une dérogation jusqu’à fin 2024 afin qu’ils mettent fin au déplacement de ces carburants. Mais alors que la Slovaquie a déjà accepté cette dérogation, la Hongrie exige des garanties plus importantes (ou peut-être des échéances plus longues), soulignant que son économie s’effondrera immédiatement si elle manque de ces carburants en raison de sa très forte dépendance à l’approvisionnement énergétique de la Russie. Au fur et à mesure que ces divergences sont résolues, le sixième paquet de sanctions continuera d’être retardé et un consensus rapide n’est pas en vue car les décisions de ce type nécessitent l’unanimité.

Dans le domaine diplomatique, certains pays européens doutent également de la manière dont les négociations entre l’Ukraine et la Russie devraient se dérouler pour parvenir à un cessez-le-feu et à la recherche de la paix. La France n’est pas la seule à exprimer des doutes sur la position que devrait adopter l’Ukraine, car on suppose officieusement que le pays gaulois est soutenu par l’Allemagne et l’Italie. Ce dernier a également soumis une proposition de paix en quatre points que l’Ukraine évalue depuis quelques jours.

Les quatre points sont les suivants : 1) un « cessez-le-feu » sous la supervision des Nations Unies ; 2) un accord sur le statut de l’Ukraine vis-à-vis de l’OTAN et de l’Union européenne ; 3) résoudre les problèmes territoriaux, y compris la péninsule de Crimée et le Donbass ; 4) un nouveau pacte pour la sécurité en Europe.

L’Italie a indiqué que ce plan avait été discuté avec le secrétaire général de l’ONU Guterres, ainsi qu’avec l’UE et l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe). Cette dernière instance était chargée de la mise en œuvre des décisions et conclusions issues du « Quatuor Normandie » (Russie, Ukraine, France et Allemagne) dans les accords de Minsk I (mai 2014) et Minsk II (septembre 2015). qui malheureusement dans la grande majorité des cas n’ont été respectées ni par l’un ni par l’autre, mais surtout par le gouvernement fédéral, pas même dans les questions humanitaires les plus élémentaires.

L’Ukraine a déclaré que toute décision politique sur cette proposition ou sur toute autre proposition doit être fondée sur le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues. Des déclarations qui semblent émettre des doutes sur l’idée de négociations pour la Crimée et le Donbass, voire sur le « petit Donbass » occupé en 2014.

Le président Zelensky, dans ses récents discours aux niveaux national et international, a reconnu que la paix finale « doit nécessairement être trouvée par le biais de négociations diplomatiques… mais qu’elles ne seront que le dernier point », ce qui signifie qu’elle viendra d’abord dans le domaine militaire sphère. . , avec ses victoires ou ses défaites, où se dessine le véritable scénario final de l’Ukraine qui se dégage de cette diplomatie. J’ajoute : également de la Fédération de Russie.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *