Hollande, contre l’aviation | nouvelles de vol

À Middlesbrough, une zone économiquement déprimée du nord-est de l’Angleterre, il y a un aéroport, Teeside, qui a très peu de vols. Sa propriété prospère en obtenant une connexion avec Heathrow à Londres afin que les citadins puissent se rendre dans la capitale et de là se connecter avec le monde. Cependant, comme voler à Londres coûte très cher, ce service est très irrégulier. À l’heure actuelle, une compagnie qui a volé a annulé la route.

Cependant, il y a toujours eu un vol quotidien de KLM à Amsterdam. Comme dans tous les autres aéroports régionaux du Royaume-Uni. Il n’y aura pas de vols vers Londres, mais des vols vers Amsterdam, qui tisse peu à peu tranquillement une toile européenne attirant les voyageurs vers les Pays-Bas, et de là principalement vers KLM. réseau de transport. On le trouve en Scandinavie, en France, en Allemagne et même en Espagne. Il y a toujours un vol de correspondance de KLM à Schiphol.

Bien qu’il y ait des protestations à Heathrow contre la construction d’une troisième piste, pour une raison quelconque, Schiphol en a cinq qui peuvent facilement fonctionner. Ce qui ne se passe nulle part ailleurs. Un aéroport brutal.

Le gouvernement néerlandais s’est toujours occupé de ses affaires. Par conséquent, lorsqu’il a prélevé une taxe sur les avions, il l’a fait sur ceux dont les passagers allaient ou venaient des Pays-Bas, faisant semblant de ne pas avoir remarqué que la grande majorité des voyageurs s’arrêtaient à l’aéroport de Schiphol pour se rendre ailleurs. C’est Amsterdam, le grand lien entre l’Europe et le monde.

Et c’est ce dont on parle maintenant. Ou coulé. Une réduction de onze pour cent du trafic à Amsterdam en 2019 est vraiment une mesure sérieuse, dure, vigoureuse et réelle. Ce n’est pas pour moins. C’est vrai, ça a un impact, c’est dur (les Pays-Bas coupent les vols à Amsterdam de 11%).

Selon la vision, cela peut être pour ou contre, mais cette fois, on ne peut pas dire que les Pays-Bas ont agi comme ils l’ont fait et se sont réservé une excuse pour éviter les conséquences réelles de leur action. Non, ça va faire mal.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *