«Ici, nous avons installé la première machine pour la production de peintures en Espagne»

Actuellement c’est Sandra – à droite – qui s’occupe du magasin avec l’aide de Leire Caro. / PHOTO DE L’HERA

Antonio Muriel a fondé cette entreprise et l’a dirigée avec sa femme Brígida Moreno. Aujourd’hui, il est dirigé par sa fille Sandra

En 1972, après de nombreuses années d’expérience dans le secteur de la peinture, Antonio Muriel décide d’ouvrir une petite boutique sur la Plaza Pío XII à Irun. L’entreprise a prospéré et après un certain temps, lui et sa femme Brígida Moreno l’ont déplacée dans des locaux plus grands sur la rue Aduana. Vingt ans plus tard, sa fille Sandra, qui la dirige aujourd’hui, rejoint l’entreprise.

– Antonio, comment ont été tes débuts en tant que peintre ?

– A 14 ans, je suis allé travailler en France, mais je suis aussi allé à l’école de peinture à Anglet le mercredi. Après quelques années, j’ai fait le service militaire dans la vente, sauf le service militaire, j’ai tout fait. J’ai tapissé les appartements de tous les capitaines, lieutenants, sergents (rires). Et puis je suis rentré en France. Mais ils ont commencé à m’appeler pour travailler ici, alors je suis revenu en 1963.

« Avez-vous passé un bon moment ici? »

Oui, il y avait beaucoup de travail. Mais en 1978, il y a eu une très grosse crise et tous les travaux ont été arrêtés. À ce moment-là, j’avais déjà 24 peintres sur la liste de paie. C’était dur, j’ai failli aller en Allemagne parce que beaucoup de gens sont partis à l’époque. Mais je m’en suis sorti du mieux que j’ai pu. Je suis resté chez deux peintres puis j’ai repris le commerce qu’il avait sur la Plaza Pío XII, où il y a maintenant un coiffeur, jusqu’à la rue Aduana.

-Comment s’est passé le changement ?

-En fait, je n’ai pas arrêté de peindre parce que je vendais et j’avais des clients, mais je donnais aussi des conseils. Et si quelqu’un me disait que ce que j’avais expliqué n’était pas sorti, je prenais la camionnette, je conduisais jusqu’à leur maison et je les aidais. Les gens ont beaucoup apprécié ce conseil.

–Quand avez-vous déménagé l’entreprise à son emplacement actuel ?

Je ne me souviens pas de l’année. A cette époque ce lieu était notre atelier. Mais au fur et à mesure que l’entreprise grandissait, nous avons déménagé le magasin ici. Ma femme et moi étions responsables. Ensuite, nous avons mis en place un entrepôt pour les professionnels dans le parc industriel de Soroxarta. Et il y a environ 15 ans, quand ils ont construit cette maison, nous avons agrandi le site.

–Sandra, depuis combien de temps travaillez-vous dans la boutique ?

– J’ai commencé avec ma mère il y a trente ans et après leur retraite j’ai continué à m’occuper de tout.

– Est-ce que beaucoup de choses ont changé pendant cette période ?

-Oui. Comme le disait mon père, ses conseils étaient très appréciés des clients. Mais la donne a changé. Par exemple, avant que vous laissiez une carte de couleur à un client, qui coûte aujourd’hui environ 70 euros, il vous l’a rendue, vous l’avez laissée à quelqu’un d’autre … Maintenant, nous prenons un acompte de 20 euros et les gens ne le font toujours pas te le donner.

– Ce qui a également changé, c’est Customs Street.

-Beaucoup. Quand la douane était là, cette rue était très passante. Elle est morte maintenant, mais à son époque il y avait beaucoup de joie avec le bar Amaia. Il y avait aussi Estilo 2000, Iturria, la mercerie Dori… Il y avait une très bonne boutique et on se connaissait tous.

– Offrez-vous toujours la même chose en termes de produit ?

Oui, bien qu’il y ait maintenant beaucoup plus de tout. Mais nous avons encore des peintures, des papiers peints, des sols, des tapis, des produits d’art, des sprays…

– Avez-vous remarqué la concurrence des supermarchés et d’internet ?

– (Antonio) : Il semble qu’aujourd’hui les gens apprécient davantage les supermarchés qu’un grand professionnel qui vient chez vous, vous aide, vous conseille… Même si c’est quelque chose que je n’ai pas beaucoup remarqué car avec a succombé à la vieillesse. Je veux dire, l’âge m’a lentement mis à la faillite. Bien sûr, j’aurai 80 ans. Mais nous persévérons.

–Sandra, comment vous voyez-vous poursuivre l’activité ?

– Ce n’est plus ce que c’était. Je pense que l’apparition de grandes surfaces a été remarquée. Ce qui nous a surtout retenu, c’est le fait que nous sommes distributeurs officiels de nombreuses marques de la région. Cependant, Internet n’était pas une concurrence très féroce. Parce que le genre de produits que nous vendons, les gens préfèrent les voir en direct.

-Et la pandémie, ça t’a affecté ?

-D’autre part! Nous avons eu un très gros boum. Je suis venu voir des files de personnes attendant d’aller faire leurs courses à 8 heures du matin. Et il a fallu beaucoup de temps pour que les restrictions prennent fin. En ce qui concerne les restrictions, le fait que nous ayons l’entrepôt pour les professionnels à Soroxarta nous a sauvés car nous continuons à y fournir des services.

-Dans 50 ans, les anecdotes seront innombrables. Antonio, peux-tu me dire quelque chose ?

-Nous en avions de toutes sortes! (des rires). Mais maintenant je ne m’en souviens plus. Je peux vous dire que la première machine de fabrication de peinture en Espagne a été installée ici. Bien qu’un professionnel ne manque de rien lors de la création d’une couleur, la machine a contribué à la rendre plus rapide. Nous étions à un salon de la peinture à Valence et j’ai vu la machine et je l’ai commandée tout de suite. Je n’ai pas demandé le prix, sinon je ne l’achèterais pas (rires). Je me souviens aussi que lorsque Néstor Basterretxea peignait la crypte du sanctuaire d’Aránzazu, il venait toujours, s’asseyait et choisissait les couleurs.

– Y avait-il plus d’artistes parmi vos clients réguliers ?

-Oui. Javier Sagarzazu est également venu alors qu’il travaillait à Irun.

–Sandra, le changement de génération se termine-t-il avec vous ?

-Il semble. Après moi, je pense que c’est fini.

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.