Il n’y aura pas de calendrier F1 avant octobre

Traditionnellement à cette époque, la Formule 1 annonçait le calendrier provisoire de la saison à venir. Mais cette année, l’annonce sera retardée car il reste encore trop d’inconnues et de franges à fermer.

Monaco, Spa et la France seront-ils toujours au calendrier ? pouvez-vous retourner en Chine Saurez-vous marcher en Afrique du Sud ? De nombreux problèmes non résolus s’entremêlent dans un calendrier qui doit faire place au Qatar et à Las Vegas. Et comme si cela ne suffisait pas, la nécessité de regrouper géographiquement les courses pour éviter des sauts continentaux « simples », comme cela s’est produit à Miami ou au Canada, ce qui ferait plaisir aux équipes car cela rendrait la logistique moins chère et plus facile… ce qui n’est pas tout à fait logique.

Stefano Domenicali est conscient que dans le contexte actuel, il est impossible d’établir ne serait-ce qu’un calendrier provisoire. Trop d’inconnues demeurent.

« Nous en reparlerons début octobre. Un protocole doit suivre qui inclut l’approbation du Conseil Mondial. Bien sûr, nous travaillons et discutons pour assurer un calendrier puissant et efficace en termes de voyages et l’orchestrer entre mars et novembre », a déclaré Domenicali à Motorsport-nextgen.

Personne ne s’étonne qu’il y ait 24 ou 25 courses au calendrier l’an prochain ce qui n’empêcherait pas la perte de certaines courses européennes. Ce n’est pas un problème personnel mais un problème d’entreprise, comme l’admet Domenicali, et face à cette tradition, bien qu’importante, elle perd du poids.

« Le choix entre les courses européennes et non européennes a un impact direct sur les revenus. Mais la priorité est un calendrier passionnant. Il y a une très forte demande pour les Grand Prix. L’enjeu est de créer un calendrier qui plaise avant tout à nos partenaires européens, mais en même temps réactif à la demande croissante de l’extérieur de l’Europe. Nous sommes en train de finaliser les détails, mais je peux vous assurer que les contrats signés nous rapporteront plus d’argent que cette année. »

Autant dire que la France, la Belgique et Monaco peinent à rester au calendrier. Malgré le fait que les organisateurs du GP de France veulent présenter une image optimiste, ils l’ont compliqué. Ils ne sont pas beaucoup mieux à Spa – le promoteur du GP des Pays-Bas a déclaré que les Belges devaient complètement changer leur « gestion » – et Monaco devra renoncer à certains de ses privilèges pour rester.

Et au fait, c’est un avertissement aux Grands Prix européens restants lorsqu’ils doivent renouveler.

Si vous voulez lire plus de nouvelles comme celle-ci, visitez notre Flipboard

Zacharie Morel

"Fanatique invétéré des réseaux sociaux. Sujet à des crises d'apathie. Créateur. Penseur. Gourou du web dévoué. Passionné de culture pop. Résolveur de problèmes."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.