« Il va y avoir un changement de culture politique en France, le Parlement va avoir une place très importante »

Vidéos EFE Latam

La Colombie et l’Espagne inaugurent un Jardin de l’amitié dédié à Caballero Bonald

Bogotá, 6 juillet (EFE).- Le Jardin de l’amitié entre l’Espagne et la Colombie, dédié au poète, romancier et essayiste José Manuel Caballero Bonald, lauréat du Prix Cervantes 2012 et promoteur des liens intellectuels entre les deux pays, a été inauguré ce Mercredi au siège de l’Institut Caro y Cuervo à la périphérie de Bogotá. Ce jardin dédié à la mémoire de l’écrivain andalou, né le 11 novembre 1926 à Jerez de la Frontera et mort le 9 mai 2021 à Madrid, fait désormais partie du Paseo de los Poetas du domaine Yerbabuena Cuervo, à l’initiative de Caro y – dédiée à l’étude et à la protection du patrimoine linguistique colombien –, l’ambassade d’Espagne et la Banco Santander. « Le Jardin de l’Amitié de José Manuel Caballero Bonald à l’Hacienda Yerbabuena (…) est une formidable opportunité d’évoquer à travers sa figure les liens intellectuels, littéraires et artistiques qui existaient entre l’Espagne et la Colombie, notamment dans la seconde moitié du XXe siècle et au-delà », a déclaré le directeur académique adjoint de l’Institut Caro y Cuervo, Juan Manuel Espinosa. L’universitaire a rappelé que Caballero Bonald était « un artiste, poète, traducteur, éditeur et, surtout, pour la Colombie, un ami, un ambassadeur de Colombie en Espagne ». Espinosa a ajouté que l’auteur « a réussi à positionner et à donner de la visibilité à toute une nouvelle génération de poètes, éditeurs, essayistes, écrivains et critiques qui sont aujourd’hui des figures de proue de la culture littéraire colombienne, comme la génération du mythe » DEUX ANNÉES INTENSIVES EN COLOMBIE Caballero Bonald a vécu entresc puis en 1960 et 1962, à l’invitation du recteur de l’époque de l’Université nationale, Mario Laserna, a passé près de deux ans en Colombie « pour travailler comme professeur de littérature espagnole à la Faculté des sciences humaines cette capacité », a rappelé l’ambassadeur espagnol Joaquín de Aristegui. « Ce furent des années vécues avec une grande intensité : pour cette raison, comme tant d’autres Espagnols distingués, la Colombie occupera toujours une place fondamentale dans la vie de ce natif de Jerez », écrit le diplomate dans un article publié à l’occasion de l’honneur. L’ambassadeur a déclaré aujourd’hui, lors de la cérémonie d’ouverture, que le Jardin de l’amitié Espagne-Colombie « rassemble trois éléments qui sont au cœur de notre travail extérieur en Colombie : la culture, le soutien et la promotion sociale et la protection de l’environnement, qui sont un signe de l’identité de notre agenda pour la coopération internationale ». « A partir d’aujourd’hui, nous avons une nouvelle œuvre environnementale, une mémoire vivante qui permettra à la communauté de se souvenir de la précieuse contribution de José Manuel Caballero Bonand au patrimoine littéraire de l’Amérique latine et de ses liens étroits avec la Colombie », a déclaré la présidente exécutive de Bank Santander Business Colombia, Marta Woodcock RÉNOVATEUR POÉTIQUE Caballero Bonald a été l’un des artisans du grand renouveau poétique de la génération espagnole de 1950. Outre le prix Cervantes 2012, il a remporté trois fois le prix de la critique, le Prix ​​​​littéraire national espagnol 2005 et Prix national des poètes 2006 c’est-à-dire et en 2004 le prix Reina Sofía de poésie ibéro-américaine ou le Francisco Umbral du livre de l’année, entre autres. En 1952, il publie sa première œuvre littéraire, le recueil de poèmes « Las divinaciones ». Viennent ensuite l’anthologie Living to Tell (1969), le roman Ágata, ojo de gato (1975, Prix de la critique) et le recueil de poésie Discrediting the Hero (1978, Prix de la critique). En poésie et après le cri de rébellion et de non-conformité, le « Manual de infractores » publié après « Diario de Argónida », il a montré le même esprit dans « La noche no está pared » (2009), où il a réfléchi dans « L’abîme de mémoire » et conteste le besoin de douter, car « celui qui ne doute pas, celui qui est sûr de tout, est ce qui se rapproche le plus d’un idiot ». En 2012, il publie « Entreguerras », un long poème autobiographique, avec près de 3 000 vers , sans rime ni mètre prescrits, ni signes de ponctuation En tant que romancier, il a publié Two Days in September (Brief Library Award, 1961), All Night They Heard the Birds Pass (Ateneo de Sevilla Award, 1981), Im House of le Père” (Plaza y Janés Award, 1988) ou “Champ d’Agramante” (c) Agence EFE

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *