Ils arrêtent un groupe criminel qui a déversé des ordures françaises illégales dans des décharges catalanes

Les Mossos d’Esquadra arrêtés avec la police nationale, la Guardia Civil, les agents ruraux et la gendarmerie française à neuf personnes pour implication présumée dans une organisation criminelle qui lui est dédiée transports de déchets. Outre les personnes arrêtées, 10 autres personnes font l’objet d’une enquête pour un crime présumé de trafic d’ordures de la France vers Barcelone, Lérida et Gérone. Les responsables sont actuellement en détention préventive en France.

Les déchets irréguliers viennent de France

L’enquête policière a commencé en janvier 2021 après que le SEPRONA du commandement de la protection civile de Gérone et les agents ruraux ont pris connaissance du fait qu’il y avait un tas d’ordures dans une décharge à Gérone France Avec irrégularités. C’était des ordures d’une usine de recyclage Nîmes qui sont entrés comme déchets de construction et de démolition, mais qui incluait en fait les plastiques, le papier et le carton mélangé avec des matériaux rocheux de la décharge pour masquer la composition.

Les détenus ont falsifié les documents pour le transport illégal de déchets

Parallèlement, les agents de Mossos d’Esquadra ont découvert d’autres irrégularités telles que l’accumulation et l’élimination de déchets dans différentes parties de la province, telles que des entrepôts industriels, des champs agricoles et des décharges non autorisées, en violation de la réglementation catalane sur les déchets. Les prisonniers ont également falsifié des documents de transfert Camouflage des transports illégaux vers les destinations : deux à Gérone, une à Lleida et une à Barcelone.

Au total 30 000 tonnes de déchets français en Catalogne

L’enquête enregistre plus de 30 000 tonnes de déchets qui ont été irrégulièrement importés dans l’État espagnol depuis la mi-2020, sont allés au recyclage, mais ont surtout fini à la fin enterrer dans diverses décharges fermées par décision de justice dans la délimitation de Gérone. On estime que des bénéfices peuvent être tirés de cette activité millionnaires.

Malgré tous ces faits, les détenus et les enquêteurs sont accusés de crimes contre l’environnement, de trafic de déchets, de faux documents, de désobéissance et d’appartenance à une organisation criminelle.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.