Ils révèlent que le gouvernement de Mauricio Macri a dépensé des millions d’euros dans des avions qui n’étaient pas en état de navigabilité

Ce Syndicat général de la Nation (SIGEN) a révélé que la direction Maurice Macri En 2017, elle a acquis des avions en provenance de France pour 12 550 000 euros qui n’étaient pas en état de navigabilité. A l’époque, la marine argentine avait mis en garde contre la nécessité de garantir certaines pièces de rechange « avant la finalisation de la transaction ».

L’agence a délivré un document auquel ils ont eu accès PROFILoù il est dit que le gouvernement Cambiemos a acheté cinq avions Super Étendard Modernisé (SEM) au « potentiel plutôt faible » grâce à un accord signé par le ministre de la Défense de l’époque, Oscar Aguad, et son homologue des Forces armées de la République française.

Selon le rapport, Aguad a procédé à l’achat malgré l’état des avions, que la marine française a en fait retirés, ainsi qu’une gamme de pièces de rechange, de bancs d’essai, de sacs d’essai, d’équipements et d’outils de mission et d’un simulateur de vol.

En présence de Macri, « Bullrichmania » a été lancé

« Le prix de transfert final pour tous les matériaux – avions et éléments complémentaires – était de 12 550 000 € et s’est fait en un seul virement bancaire. Le gouvernement national a assumé tous les coûts d’enlèvement, de transport et de stockage des matériaux remis », a précisé le SIGEN.

Et il a expliqué qu’à travers l’appel d’offres privé n°005/17 « le service de transport porte à porte pour les cinq avions plus tous les accessoires a été traité pour un total de 1 346 255 €, soit un montant de près de 14 000 000 € ».

Rapports techniques négatifs précédents

Avant l’achat, selon l’agence d’inspection de l’État, « plusieurs rapports préliminaires de la marine argentine avertissant de la nécessité d’une garantie pour certaines pièces de rechange avant la conclusion de la transaction » n’ont pas été pris en compte.

En ce sens, les documents montraient que les avions n’étaient pas en état de navigabilité dans les conditions dans lesquelles ils étaient proposés, ce qui nécessitait de nombreux travaux pour leur mise en service.

Le règlement de Macri avec le FMI : Le rapport Sigen a pointé des « omissions intentionnelles ».

De plus, ces évaluations techniques ont déterminé qu’avant l’achat, il était indispensable de se procurer des éléments critiques pour assurer le fonctionnement de l’avion, tels que la pyrotechnie des sièges éjectables et de la cabine, et la mise au point d’une inspection accessoire. d’oxygène.

Dans ce sens, il a été proposé d’analyser que plusieurs de ces pièces détachées essentielles sont d’origine anglaise, il a donc fallu tenir compte de l’impossibilité de les acquérir, puisque le Royaume-Uni n’a pas vendu d’armes militaires à notre pays depuis 1982. Précisément à cause du manque de ces instruments, les avions n’ont pas pu opérer depuis leur acquisition en 2017.

Il faut ajouter que le rapport préparé par le Syndicat général de la Nation a été transmis au Bureau anti-corruption pour suite éventuelle.

code postal

Tu pourrais aussi aimer

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *