« Je suis un Néandertal anatomiquement moderne »

Silberius de Ura n’est pas comme un sifflet, bien que certains disent qu’il manque une vis à cet artiste aux allures d’ermite. Ce sont les fous qui ne le connaissent pas ni qui est le type qui est comme ça dans le monde : Ce personnage unique et audacieux, qui un jour s’est réinventé en défiant le destin et en sautant sans filet, a les pieds sur terre et donne un putain de vide. Lorsqu’il a décidé de quitter un bureau confortable dans la ville de Burgos pour démarrer le projet Neønymus, il l’a fait avec conviction, même s’il était conscient qu’il pouvait le faire. Mais il a mis tellement de passion et de vérité dans le rêve d’être artiste qu’aujourd’hui, dix ans plus tard, il en vit : 700 concerts dans toute l’Espagne et quelques autres pays garantissent qu’il ne deviendra pas fou était et savait ce qu’il faisait. Et que le chemin n’était pas facile.

Silberius de Ura respire la chaleur : dans sa retraite à Covarrubias, qui surplombe Arlanza et le paysage sauvage de son enfance, il y a de nombreux instruments, des accessoires insolites, toutes sortes de bibelots et même un chaudron de cuivre, qui lui instille une encore plus certain aspect du druide, Shaman, sorcier de la tribu. Quand Silberius sourit, et il sourit tout le temps, la pièce s’illumine. Pour expliquer cet artiste indéfinissable, il faut remonter à son enfance, une enfance quasi néolithique, indomptée, extrêmement libre. « Quand j’étais enfant, Ura n’avait ni électricité ni eau courante. Nous nous lavions dans la rivière. C’était une enfance du XXe siècle, mais plus proche du Moyen Âge. » Je soupçonne que c’est de là que vient le mélange d’atavisme et de nature avec la technologie… inconsciemment».

Quand il a commencé à faire cette musique, explique-t-il, il n’en avait pas conscience : « Je savais que je devais me réinventer. Et la musique a toujours été la chose la plus importante dans ma vie parce que je me suis toujours sentie comme une musicienne. J’avais le groupe folk « Elspirito del Lugubre » qui était très amateur, avec six concerts par an, mais en fait j’aimais la musique et j’ai décidé d’inventer un projet qui allait devenir ma vie, ma vie professionnelle. Au début, je ne m’imaginais pas faire ce genre de musique, je m’imaginais Wim Mertens, avec un piano et chantant des choses qu’on ne comprenait pas ». Mais il a eu sa révélation spéciale Silberius : dans l’un des concerts Notes of Norway, il a entendu un artiste nordique jouer du jazz, chanter et créer des couches avec une station de boucle. « Je ne connaissais pas cette technologie et la vérité est que j’ai été étonné. » Le projet Neønymus mêle musique, passion pour la préhistoire, technologie, tellurisme primitif… Et bien qu’il ait pris des risques, il a tapé dans le mille. Ce n’est pas pour rien qu’il a donné 700 concerts durant ces dix années. Un véritable scandale, bien plus qu’un rêve devenu réalité.

« Je vais très bien, l’équilibre est spectaculaire. Qui me dirait ! Quand j’ai commencé à composer les premières chansons et que je les ai montrées à mes amis, ils m’ont dit, oui, très bien, mais qui supporterait ça pendant une heure. J’avais des fantasmes de faire des concerts dans des sites archéologiques et autres, mais les premières années ont été très difficiles. Il a fait de la musique que personne d’autre n’a faite ; il n’y avait pas d’étiquette qui le définissait; Ce n’était pas facile de le vendre à un programmeur culturel… Il n’y a pas de circuits pour ce genre de musique… Même les archéologues se doutaient que je commençais à parler de préhistoire lors de concerts. Pas plus : il est entendu que je suis un artiste inspiré par cette époque, dans ces mondes ».

Aux premiers concerts, il avait vraiment peur. « Je me demandais si j’allais l’apprécier ou si ce serait insupportable. » Son intuition était juste : petit à petit il a vu en public que son projet pouvait faire la différence, que l’auditeur était transporté dans un temps lointain, qu’il était secoué et ému. « Mon objectif a toujours été que le public ne débatte pas après si je chante bien ou mal, si les chansons sont cool ou pas. Mais d’émotions, de quelque chose qui vous touche, quelque chose de presque spirituel. D’une manière ou d’une autre, j’ai inventé un nouveau langage musical, une musique qui n’a jamais été entendue auparavant et qui me permet d’emmener le public dans un territoire inconnu et émotionnel. J’ai des centaines de messages où ils me parlent de ce qu’ils font. J’ai ressenti ce qui les a émus. , qu’ils ont pleuré d’émotion, ça les fascine».

Il y a eu un tournant dans le projet Neønymus : le jour où Íker Jiménez, gourou du mystère journalistique, l’a invité à l’émission Milenio 3 sur SER. Là, en direct, il a raconté son projet. « Je suis arrivé avec 30 abonnés sur Twitter et je suis ressorti avec 600. Et le lendemain, mon premier album était numéro un sur Amazon et iTunes. C’était un gigantesque haut-parleur. En une nuit, j’ai réussi un saut qui m’aurait pris trois ans dans des conditions normales. J’ai rencontré une grande foule de gens. Mais pas les programmeurs, je me souviens d’avoir frappé à de nombreuses portes et la réponse était toujours la même : que c’était très étrange et que je n’aimerais pas ça. Frais. Et c’était difficile parce que je suis impatient. Les premières années ont été difficiles. Et maintenant, je ne frappe plus aux portes. tu me cherche Je n’ai pas de revendeur ou d’agent et je ne respecte pas les dates de clôture. C’est un mystère complet. J’ai 700 quilles en dix ans !

Et pas seulement en Espagne : aussi en France, au Portugal, en Russie, en Italie… Silberius de Ura ressent un immense bonheur. « Parfois, je pense à ce garçon de 10 ans que j’étais, à qui son père lui a offert un petit piano… Jusqu’où ça m’a mené ? Ça me fascine, ça m’émerveille. Ça me paraît incroyable. » Un rêve se réalise et il ne me reste plus qu’à essayer de continuer à être digne et à la hauteur des attentes qui sont placées en moi. » Il ne cesse de créer, de composer et d’élargir son répertoire. De l’évocation de la préhistoire ou des Wisigoths, elle évolue vers les désirs de l’homme. « La créativité ne me fait jamais défaut », ajoute-t-il.

Il n’a pas d’épine dans le pied, sauf qu’il ne se sent peut-être pas prophète dans son pays, ce qui n’est jamais arrivé à d’autres artistes de tant de pays auparavant. Cela ne le dérange pas beaucoup, même s’il le vit avec une certaine tristesse. «Il y a des gens qui me suivent et me respectent, mais par rapport aux autres artistes… Je ne pense pas qu’ils me voient comme l’un des leurs. Ils m’ont comme rare. Et sur le plan institutionnel, on ne compte pas du tout sur moi, mais pas du tout. Je ne sais pas s’ils pensent que je suis le fou qui vit en ville… Je ne sais pas. » Il a encore un rêve à réaliser : se produire dans des endroits lointains comme le Japon. «Mais du point de vue que je me sens comme un tricheur de tout, un tricheur en tant que musicien, pour me sentir comme un artiste total, je pense que j’ai besoin de concerts à l’étranger, d’une tournée en Europe, d’aller au Japon, où ils sont tellement intéressés en musique Préhistoire européenne… Je pense que croire que cela ferait de moi un artiste n’est au fond qu’un complexe villageois».

Silberus de Ura est très satisfait de ces dix années. Il pense déjà au 6 août dans le concert qu’il offrira dans les carrières d’Hontoria-Cubillo del Campo. « C’est un concert très spécial pour moi parce que j’ai des liens familiaux avec Hontoria et parce que mon grand-père Silverio, qui venait de Cantabrie, a fait son service militaire là-bas, dans la poudrière qui s’y trouvait, et c’est ainsi que j’ai rencontré ma grand-mère ». Cet artiste irremplaçable répète tous les jours car la voix a besoin d’entraînement et il se force souvent, mais il sait que pour être en forme et tout donner en concert il est important de le faire, aussi difficile soit-il et il ne prend pas trop de soin. « Je suis un Néandertalien anatomiquement moderne », dit-il avec un large sourire ouvert. « J’espère que je continuerai à avoir le courage que j’ai eu jusqu’à présent. » Super, Silberius.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.