La « banane mécanique » 3.0 à l’assaut du Tour de France : La jumbo de Roglic, Van Aert et Vingaard | Des sports

Wout van Aert et tous jumbos Ils dorment le lundi bercés par leur mer, la mer du Nord, à côté des falaises blanches de Calais, touchant la Belgique, ses vents, ses odeurs, moules et frites et dunes. Il attend avec impatience l’étape de mercredi, jour J de sa tournée, les Pavés de la Roubaix. Et s’ils lui demandent si ses peurs intimes, son envie de se battre jusqu’à l’épuisement, avec Mathieu van der Poel, son rival déchirant le peloton, ne mettront pas en péril la grande volonté de son équipe, le collectif, de remporter la finale à la tournée avec Primoz Roglic ou Jonas Vingaard, le Belge répond avec assurance : « Il n’y a pas de danger. Nous avons travaillé pour unir les ambitions de chacun. »

Le chef de tournée ne parle pas pour parler, pour s’écarter, mais répète, bon élève, le credo de son équipe, qui cherche la quadrature du cercle.

Et conforte son directeur Merijn Zeeman, qui a connu la frustration de 2020 où toute la stratégie collective autour de Roglic s’est effondrée dans l’ultime contre-la-montre individuel, et l’optimisme de 2021 où la désolation de la chute de Roglic a été surmontée avec la révélation de Vingaard : « Jonas et Primoz peuvent battre tout le monde, mais s’ils le font avec une équipe solide, les chances sont plus élevées. »

Ainsi grandit la troisième tentative de la banane mécanique à l’assaut du Tour : Jumbo 3.0.

La culture dite d’équipe est un concept à géométrie variable, qui est toujours basé sur un souhait individuel. Il y a eu des dictatures – Bianchi par Coppi, Saint Raphaël par Anquetil, Faema par Van Looy et plus tard Merckx, Renault par Hinault avant Fignon, Banesto par Indurain, US Postal par Armstrong… – qui sont présentées comme le plus grand exemple possible d’une esprit collectif, un sacrifice commun a été considéré comme une cause unique : huit ou neuf coureurs qui se sont oubliés, qui n’ont même pas pédalé pour leur propre profit, même s’ils l’ont fait, pour consacrer toute leur sueur aux efforts de leur chef . D’autres – Kas de Langarica, Ti-Raleigh de Peter Post, Ariostea de Ferretti, Quick Step de Lefévère – dans lesquels le dictateur n’était pas le meilleur de ses coureurs, mais le réalisateur lui-même, qui a réussi à convaincre une poignée de personnalités de la force du collectif supérieur est que la somme des individualités. Et certains, comme Sky-Ineos de Wiggins-Froome-Thomas-Bernal ou Movistar de Tricephalia Valverde-Nairo-Landa, créant ce qu’ils croient être la tempête parfaite, la rivalité interne et croisant les doigts dans l’espoir que cette route réglera tout avec sa phrase célèbre : la course remet chacun à sa place.

L’UAE de Tadej Pogacar boit au premier rang, celui des grands champions ; le jumbo des trois étoiles, Roglic, Van Aert, Vingaard, ne revendique aucun des trois, mais un créateur de sa propre philosophie.

Il n’est pas un service marketing d’une grande entreprise qui, pour justifier son parrainage d’une équipe cycliste, n’insiste devant son conseil d’administration sur les valeurs du cyclisme, le travail d’équipe, le sacrifice, l’effort collectif et les valeurs reçu de ses cours exécutifs dans lesquels les managers d’équipes sportives enseignent leurs stratégies de communication.

En tant qu’équipe néerlandaise qu’elle est, Jumbo peut essayer de recréer la perfection du jeu collectif, c’est-à-dire l’Orange mécanique de Cruyff, Kovacs, Michels, Ajax, le football total, l’imagination comme élément clé de l’équipe où tout le monde se valait. tout. Pour cela, construisez le vôtre banane mécanique Avec les huit cyclistes du Tour, Zeeman, l’idéologue de l’équipe, renverse la routine : ce ne sera pas son équipe qui inspirera les entreprises, mais inversement, ce sera dans les entreprises, dans les méthodes, le leadership et le travail d’équipe. trop connecter les entreprises où il trouve la formule pour que le mélange d’égos et d’objectifs de trois personnes aussi différentes que Roglic, Vingaard et Van Aert ne devienne pas amer.

« J’utilise beaucoup la méthode agile, beaucoup de réunions, beaucoup de dialogue entre tout le monde, beaucoup d’ordre et de responsabilité, notamment pour créer Propriété [en Agile: que todos asuman la completa responsabilidad del objetivo, que el equipo sea el dueño de la solución. El owner perfecto es el equipo] au sein de l’équipe », explique Zeeman, qui dirige une organisation d’environ 200 personnes. « Nous nous fixons des objectifs communs avec tous les coureurs. Il n’y a pas d’objectifs individuels, seulement des objectifs collectifs : le maillot jaune et le maillot vert. Nous essayons de motiver tout le monde pour atteindre les objectifs de l’équipe. Je crois au travail d’équipe, où chacun assume la responsabilité de nos actions.

Les champions d’aujourd’hui, pas seulement ceux du jumbo, concourent peu et s’entraînent beaucoup. Mais ils ne le font plus comme avant, chacun chez soi avec ses amis ou avec ses voisins, mais surtout dans de longues concentrations ensemble à haute altitude, dans la Sierra Nevada, à Tignes, où ils entraînent leur physique et leurs relations. Physiologistes et conférences, Construire l’esprit. « Nous croyons en la préparation parfaite, qui est une combinaison de course et pour la plupart beaucoup d’entraînements spécifiques combinés à la nutrition et à la préparation en équipe », explique Zeeman, 43 ans, qui est à l’origine du Jumbo depuis 2013. « Chaque coureur a un plan individuel qui couvre tous les aspects, adapté à sa personnalité et à sa physiologie. »

Vous pouvez suivre EL PAÍS Sports dans Facebook Oui Twitterou inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *