La distribution d’actions | Le journaliste


A Don Bruno qu’il sera bientôt rétabli.

Pardonnez la redondance, mais le Mexique est un pays fédéral, nous ne sommes pas plus de 30 dans le monde. Nous sommes des pays avec une étendue territoriale et une densité de population importantes. En Amérique latine, il y a aussi le Brésil, l’Argentine et le Venezuela. Ce n’est pas la Colombie.

Nous avons trois niveaux de gouvernement : fédéral, étatique et local. Nous sommes soumis à la Constitution générale de la République.

On a longtemps dit que fédéralisme était synonyme de décentralisation, mais ce n’est pas le cas. Il y a des nations fédérales très centralisées et il y a des gouvernements unitaires avec une grande marge de décentralisation.

Au cœur du système se trouve la répartition des recettes fiscales par l’intermédiaire de l’ordre fédéral et, en périphérie, par les deux autres.

Au Mexique, en 1978, le Congrès a approuvé la création du système national de coordination fiscale et l’introduction de la taxe de vente, qui a remplacé l’impôt sur le revenu des commerçants, qui était un impôt en cascade, c’est-à-dire un impôt cumulé sur les impôts. La TVA est due en France en 1965 dans le cadre des travaux d’homologation entre les pays de la Communauté Européenne.

La publication des deux a été retardée en raison des doutes exprimés par le président López Portillo en raison de « l’impact inflationniste de la TVA », comme l’ont déclaré son conseiller économique en chef Rafael Izquierdo et le Conseil de coordination des entreprises, en plus de dire qu’il s’agit de la réforme de Maître David Ibarra, son secrétaire au Trésor, a reconsidéré qui a écrit l’expropriation pétrolière, acceptant sa publication avec un quota initial de 10 %.

Dans le même temps, le système national de coordination fiscale a été créé, avec lequel la «jungle fiscale» a disparu, c’est-à-dire près de 500 impôts, impôts d’État, fédéraux et même locaux, et les États ont rejoint le système par le biais d’un traité d’adhésion, dans lequel ils ont promis un certain nombre d’impôts que la Constitution n’interdit pas, mais l’objectif le plus répété était d’éviter la double ou multiple imposition, ce qui affectait bien sûr les contribuables des secteurs manufacturier et corporatif.

Quand le système démarre, des vices s’insinuent, par exemple que certains états reçoivent plus d’actions que d’autres, par exemple ce fut le cas des états pétroliers, ce qui a créé une structure d’inégalité dans la répartition des actions, c’est-à-dire un pourcentage dont , qui a été recueilli, qui variait entre chaque État et dans chaque municipalité des différents États. Le concept de la collecte fédérale participative est né : 1980 13 % de la RFP et 0,37 % pour un fonds financier complémentaire.

Ce qui précède a conduit à des différences importantes entre les États, par exemple vers 1989, il y avait un écart de 9 à 1 par habitant entre Tabasco et Oaxaca, incitant les États à travailler pour comprendre comment cet écart pourrait être réduit. Il y avait près de 26 États défavorisés, donc des solutions ont été recherchées depuis 1989, une proposition promue par Zacatecas de répartir les parts en fonction de la population résidente, mais la proposition était régressive, le groupe formule dirigé par Oaxaca a été formé, accompagné d’États tels que Zacatecas, Querétaro, Veracruz, environ 26 au total, par consensus majoritaire, la formule des fonds généraux et municipaux sera modifiée, introduisant des incitations à l’effort de collecte locale, dans les droits de propriété et d’eau, pour la distribution du Fonds de développement Municipal, près de 5 % de la DP, et la DP passe à 18,51 %.

Le résultat a profité aux entités les moins favorisées, mais il y en a eu qui ont perdu, alors des mécanismes d’urgence et de compensation ont été mis en place, dont le coût a été partagé entre le gouvernement fédéral et les gouvernements des États. Nous allons continuer le sujet.

brunoavidpau@yahpoo.com.mx

sujets

lire aussi

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.