La France poursuit l’affaire ukrainienne des «utérus loués»

Actualisé:

Enregistrer sur ordinateur

La guerre en Ukraine a atteint les tribunaux de France, mais à une échelle tout à fait inattendue. Cinq couples ont été signalés par une association légale en faveur des enfants parce qu’ils ont amené des enfants avec eux Femmes enceintes ukrainiennes de donner naissance à leurs enfants en France et de leur livrer les bébés comme stipulé dans le contrat avec les sociétés de gestation pour autrui. L’utilisation de soi-disant « matrices » est illégale en France et en général dans tous les pays occidentaux, mais elle est légale en Ukraine, où même la guerre n’a pas pu l’arrêter.

L’association plaignante se plaint que la justice française ferme souvent les yeux sur les couples arrivant d’Ukraine avec leur bébé adoptif, et estime que pouvoir juger le crime flagrant d’emmener les mères avec elles est ce qu’elle croit être un maintenant pourrait mettre un terme à elle « Indignation » contre les droits de l’enfant.

En Espagne, où de nombreux couples sans enfant ont également recours à la maternité de substitution en Ukraine, le trafic de mères porteuses est également illégal, mais le gouvernement Sánchez vient de manquer une occasion de préciser comment il serait poursuivi dans le projet de loi sur l’avortement approuvé.

Après le déclenchement de la guerre en Ukraine, des centaines de « clients » des sociétés ukrainiennes de maternité de substitution tentent frénétiquement de localiser les femmes porteuses des gamètes mâles – dans le cas de la technique traditionnelle – ou des ovules fécondés des parents qu’ils souhaitent adopter. Les entreprises ukrainiennes empêchent généralement la survenance de pas de contact direct avec les femmes enceinteset assurer aux clientes la « sécurité de la grossesse » malgré les rigueurs de la guerre.

A la veille du conflit, la société principale, BioTexCom, a publié un documentaire observant des centaines de femmes ukrainiennes enceintes Bunkers près de Kyiv et Kharkiv, où, selon l’entreprise, ils ne manquent pas d’attention. Dans certains cas, elles sont autorisées à voyager à l’étranger à condition qu’elles retournent en Ukraine pour accoucher, encourent 15 ans de prison pour rupture de contrat et ne reçoivent pas les derniers versements. .

L’attrait financier, encore plus en ces temps, est indéniable. Une Ukrainienne peut gagner entre 15 000 et 20 000 euros pour les 9 mois de grossesse, soit un salaire moyen sur plusieurs années. Les sociétés ukrainiennes de maternité de substitution facturent généralement les couples étrangers jusqu’à 40 000 euros par bébé. À leur naissance, ils sont chargés de leur délivrer un passeport ukrainien afin qu’ils puissent être légalement adoptés par des clients dans le pays.

L’affaire dénoncée en France brise cette dynamique et la met à l’épreuve Volonté de la justice européenne de stopper la traite des enfants. Comme il s’agit d’une pratique illégale en dehors de leur pays, les mères ukrainiennes qui accouchent dans d’autres pays deviennent automatiquement les parents légaux et ne peuvent pas mettre le bébé en adoption même s’il existe un contrat.

Est-ce que tu les vois
commentaires

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.