La France refuse de prolonger l’extradition de Kantauri pour le meurtre de Miguel Ángel Blanco

La justice française a rejeté la demande du juge de l’Audiencia Nacional Manuel García CastellónProlongation de l’ordre de reddition européenne de l’ancien chef de l’ETA José Javier Arizcuren Ruiz, Kantauri, pouvoir l’interroger en tant qu’instigateur présumé du crime Enlèvement et assassinat du conseiller du PP à Ermua (Bizkaia) Miguel Ángel Blanco en 1997.

Malgré le fait que Kantauri avait déjà été remis par la France, le chef du tribunal d’instruction n°6 a dû se rendre à la justice française pour lui donner l’autorisation. développer les raisons du retour à l’État espagnol à l’époque et ainsi pouvoir l’interroger après avoir rouvert le résumé du crime du maire du PP pour déterminer si neuf anciens dirigeants de l’ETA, dont Kantauri, ont donné l’ordre de son enlèvement et de son assassinat ultérieur.

maintenant dans un Arrêt de la cour d’appel de Paris auquel Efe a eu accès, les juges français considèrent que la demande formulée par García Castellón le 4 février 2021 ne remplit pas les conditions nécessaires, comme l’a affirmé sa défense lorsqu’il s’est opposé à la prolongation de la livraison, et ont constaté, entre autres, que les circonstances dans lesquelles il est crédité d’avoir donné l’ordre de cet attentat ne sont pas précisées.

García Castellón a soutenu sa demande antérieure, déposée en 2016 par l’ancien président de la Cour, Eloy Velascoayant déjà pris le témoignage de Kantauri comme initiateur du crime contre Miguel Ángel Blanco en Espagne et la justice française considère désormais qu’il était « vide ».

Velasco a demandé à la France de prolonger la livraison de Kantauri pour ces faits après que le membre de l’ETA ait déclaré qu’en raison du principe de spécialité il n’avait pas été remis par le pays gaulois pour enquêter sur cette affaire et qu’il ne pouvait être interrogé sur ces faits.

Pour ce faire, le juge a décidé d’intenter une action en justice Mandat d’arrêt européen (EWO) contre lui pour ce crime, avec l’intention que la France autorise un procès contre lui.

Cependant, la justice française considère que cette demande était déjà vide car la réponse de Kantauri aux questions posées n’est pas enregistrée, donc, dit-elle, « elle manque de substance ».

Pour toutes ces raisons, elle a rejeté cette dernière demande, estimant qu’elle est incompatible avec celle Décision-cadre du Conseil européen du 13 juin 2002 concernant le mandat d’arrêt et de remise européen (OED) et les procédures de remise entre États membres.

En mars dernier, García Castellón a admis la plainte déposée par l’Association Dignité et Justice contre neuf anciens dirigeants du groupe terroriste ETA pour avoir ordonné l’enlèvement et le meurtre de Miguel Ángel Blanco, survenus entre le 10 et le 12 juillet commis en 1997.

Le juge a décidé de rouvrir le dossier pour déterminer si le Membres du conseil d’administration de l’ETA (ZUBA) au moment des événements, ils ont donné l’ordre d’assassiner le conseiller ou s’ils sont responsables par omission parce qu’ils auraient pu d’une manière ou d’une autre empêcher son assassinat pendant les 48 heures où il a été enlevé.

Selon les rapports de police, Kantauri est devenu membre de la direction de l’ETA à la fin de 1994 lorsque, après avoir renversé la direction précédente à Bidart (France), ils ont lancé une campagne pour déstabiliser l’État avec des attaques contre des combattants du PP et du PSOE, dont Miguel Ángel Blanco ou Gregorio Ordoñez, celui-ci Meurtre pour lequel il fait également l’objet d’une enquête par un autre juge de la Haute Cour nationale.

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.