La Jornada – La France estime qu’une relance du pacte nucléaire avec l’Iran est possible

Paris. Le président français Emmanuel Macron a déclaré hier qu’il était « possible » de relancer l’accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, mais seulement s’il « intervient le plus tôt possible » après s’être entretenu avec son homologue iranien Ebrahim Raisi.

Macron a également exprimé « sa déception » à Raisi face à l’absence de progrès suite à la suspension des négociations sur le pacte conclu à Vienne, soulignant la nécessité pour l’Iran de revenir à l’accord et de tenir ses promesses d’avoir une politique d’armement non nucléaire, selon au président Déclaration de la Présidence française.

Les pourparlers entre l’Iran et les grandes puissances, dont les États-Unis, pour relancer le pacte nucléaire iranien de 2015 sont au point mort depuis mars. Fin juin, le Qatar a accueilli des pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis, qui se sont retirés de l’accord en 2018 sous l’administration Trump dans l’espoir de relancer le processus de négociation, mais il n’y a eu aucun progrès.

Au cours de l’appel téléphonique de deux heures avec Macron, Raisi « a condamné les actions et les positions non constructives des États-Unis et des pays européens » sur la question nucléaire, a rapporté la présidence iranienne. Les négociations sur l’admission des États-Unis sont sous la direction de l’Union européenne depuis avril 2021.

Un responsable iranien a confirmé la semaine dernière que son pays avait « la capacité technique de construire une bombe nucléaire », bien qu’il ait ajouté qu' »il n’a pas pris la décision de la construire ». Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré qu’il n’y avait « aucun changement » dans la politique nucléaire de Téhéran, citant une fatwa (décret religieux) interdisant les « armes de destruction massive ».

réseau terroriste

Entre-temps, les autorités iraniennes ont annoncé le démantèlement d’un réseau « terroriste » lié à l’agence de renseignement israélienne Mossad, qui aurait préparé des attaques contre des « lieux sensibles » en Iran, a rapporté l’agence de presse officielle Irna.

« Plusieurs membres d’un réseau d’espionnage terroriste affilié au Mossad ont été arrêtés », a rapporté l’agence, sans préciser leur nombre ni leur nationalité.

Il a ajouté que les suspects du nord de l’Irak « sont entrés en Iran via le Kurdistan ».

« Ils voulaient mener des actes de sabotage et des opérations terroristes sans précédent contre des zones sensibles et des cibles prédéterminées, en utilisant des équipements opérationnels sophistiqués et les explosifs les plus puissants », ajoute le communiqué, sans préciser les cibles.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.