La production de poisson biologique ne prend pas de vitesse


Les espèces alimentaires telles que les poissons ont beaucoup de mal à se propager. Les principaux obstacles identifiés sont : une faible rentabilité et des coûts d’exploitation et de matières premières élevés ; manque de promotions sur les marchés ; une réglementation complexe de la production biologique ; et le temps requis pour les nouvelles licences, entre 3 et 5 ans.

Les consommateurs des pays européens ont des opinions différentes selon l’État membre dans lequel ils vivent. Les plus réceptifs à ce type de production sont les pays du nord de l’Europe et la France, tandis que ceux de la Méditerranée valorisent moins ces produits et sont parfois désorientés par le grand nombre de certifications de durabilité qu’ils concurrencent avec l’écolabel.

Le développement de salmonidés tels que la truite arc-en-ciel et le saumon de l’Atlantique a été inégal.

Par espèce de poisson, le saumon atlantique irlandais est l’espèce la plus importante produite avec 12 870 tonnes, 75 % de la production totale de l’UE-27. La production de ce format de saumon a été possible grâce au soutien de l’administration, une demande forte et croissante de saumon congelé sur les marchés allemand et français et des consommateurs conscients de l’empreinte écologique de ce type de production.

La truite biologique est la troisième espèce principale avec une production de 4 590 tonnes sur 187 936 tonnes, soit 2 % du total, réparties sur huit États membres. La France est le plus grand producteur avec 2 346 tonnes, 6 % du total, suivie de l’Espagne avec 917 tonnes de 15 806, 6 % du total. Le Danemark et l’Italie, premiers producteurs de truites de l’UE-27 avec respectivement 32 944 tonnes et 34 473 tonnes, n’atteignent pas 2 % du total.

A 2 750 tonnes, la dorade et le bar bio représentent 2 % du total de 174 501 tonnes. Le principal État membre producteur est la Grèce avec 57 % de la production de l’UE.

La carpe est la quatrième espèce avec 3 562 tonnes, 4 % de la production de l’UE, les principaux États membres étant la Hongrie, la Roumanie et la Lituanie. La production en 2020 est deux fois plus faible qu’en 2015.

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.