La théorie du leadership de Zelenskyj en cinq mois de guerre




Avant le début de la guerre en Ukraine, le 24 février, il y a cinq mois, la figure de Volodimir Zelensky avait peu de pertinence dans le monde. Mais malgré son expérience politique limitée dans un pays où il est né d’abord comédien puis président, il n’a pas fallu longtemps pour devenir dans lequel Julián Reyes, auteur de « Metodo Zelenski. Comment diriger à partir des émotions » considère « un Exemple de leadership inspiré, humaniste et empathique ».

« Depuis Barack Obama, je pense que personne n’a l’art du leadership langage si puissant et avec un tel impact” explique Reyes à RTVE.es. Dans son livre, dont une partie de ses bénéfices aidera l’Ukraine, le journaliste et « coach » de la communication écrit un voyage à travers 17 interventions du président ukrainiendès le début de l’invasion russe pour analyser les qualités de leadership d’un personnage qui ose aussi se comparer à d’autres de la taille de Winston Churchill.

Reyes assure que « Grâce à ces outils que Zelensky met en action, nous pouvons tous grandir‘ et donne au lecteur quelques clés pour appliquer les techniques de leadership utilisées par le président de l’Ukraine dans ses communications. Voici quelques-unes des leçons que le président ukrainien a enseignées en cinq mois de guerre.

Le facteur humain et l’apparence d’un leader authentique

Le 24 février, Zelenskyy est apparu dans ses derniers discours en chemise et veste. Quelques heures plus tard, il s’est débarrassé de cette photo d’un politicien en costume et Il s’est adressé aux Ukrainiens vêtus de sa chemise verte désormais emblématique, avec qui on le voit depuis le début de l’offensive : « Ce ne sont pas que des explosions […] c’est le son d’un nouveau rideau de fer », a-t-il déclaré dans son discours.

Puis il a utilisé ce que Reyes considère comme l’un des moyens de communication les plus puissants : la métaphore ; et a ainsi ouvert la première d’une série d’interventions, parmi lesquelles l’auteur met en exergue Fermeté, clarté, engagement, transparence, humilité ou exemplarité. Tout cela accompagné d’une esthétique incomparable.

Entre ses lignes, Reyes récupère une définition du leader inventée par le journaliste américain Lou Dobbs. « C’est Winston Churchill en T-shirt »; et dans « Metodo Zelenski », l’auteur pose une question. « Le président ukrainien se connecterait-il de la même manière s’il apparaissait dans un costume avec des messages identiques? »

Zelenski s’est accroché à une garde-robe identitaire, a opté pour un cadre sobre et adopté une communication concrète. Tous ces éléments qui entourent sa silhouette, bien sûr, ils communiquent aussi. Comme le montre le livre, la mission du président est de défendre son pays et ses citoyens, et son esthétique doit transmettre le même message à son public.

Le Leader exemplaire : « Je suis resté ici »

« Je suis resté dans la capitale, je suis resté avec mon peuple »a déclaré Zelenskyy dans l’un de ses premiers discours au peuple ukrainien après le début de la guerre. Il l’a fait au milieu des rumeurs selon lesquelles il avait quitté le pays et des offres de protection de pays comme les États-Unis.

Pour faire taire ces mêmes voix aussi a publié une vidéo qu’il a prisetenant son téléphone en mode « selfie » et entouré de ses conseillers pour montrer que pendant qu’il encourageait les Ukrainiens à défendre leur territoire, il était resté à Kyiv et faisait de même.

A cette époque Zelensky montre, selon l’auteur, l’une des valeurs les plus importantes du leadership : l’exemplarité. « Je suis convaincu que 100 000 personnes à sa place ne seraient pas arrivées au 26 février, mais cet homme avait en lui un esprit de leadership inconnu qui, comme Churchill, a émergé à un moment absolument unique », affirme Reyes à RTVE.

Connaître le public et le capturer « depuis l’émotion »

S’exprimant au Parlement des États-Unis, le président ukrainien a fait allusion au « J’ai un rêve » de Martin Luther King et a créé sa propre formule « J’ai un besoin » et a encouragé son auditoire à « se souvenir » de deux événements qui ont façonné l’histoire du pays. l’attaque de Pearl Harbor et les attentats du 11 septembre. Avec la mémoire, explique le livre, le processus émotionnel est activé.

« Une chose est de communiquer et une autre est de se connecterdit Reyes. C’est pourquoi il parle de « l’abattage du mur » dans son discours au Bundestag allemand ; en Italie, il paraphrase les paroles que lui a envoyées le pape François ; en Espagne, il évoque le bombardement de Guernica ; au Japon, ramène votre public à la catastrophe de Fukushima; et en Israël, il se souvient comment, en 1920, le même jour de février que l’offensive russe en Ukraine a commencé en 2022, le NSDAP a été fondé.

Zelenski devant le Congrès américain : « Je vous demande de vous souvenir de Pearl Harbor, du 11 septembre… Notre pays vit ce mal »

De plus, Reyes affirme : «Zelensky sait quoi dire à n’importe quel public‘, et jusqu’où vous pouvez aller avec n’importe quel public. Pour cette raison, dans d’autres pays, bien qu’une référence explicite soit faite à certains événements, au Japon, par exemple, le mot Fukushima n’est pas mentionné, bien qu’il raconte ce qui s’est passé à Tchernobyl et parle d’arrêter le « tsunami de l’invasion brutale ». De l’Ukraine.

« Il ne le dit pas à haute voix, mais essaie de se connecter émotionnellement et d’obtenir l’essence de son discours la menace nucléaire, quelle qu’elle soit, touche les cœurs et les esprits du public japonais », explique-t-il. « Une fois qu’ils commencent à ressentir Fukushima, ils sont plus proches de ce qui se passe en Ukraine et peuvent être sensibles à une prise de décision, à une action concrète que propose Zelenskyy. »

Le leader de S. XXI, outils audiovisuels et présence dans les réseaux

Zelensky a réussi à traverser les frontières sans quitter son pays et l’une des clés de ce succès a été la Faire face aux nouvelles technologies et leur présence prudente dans les réseaux sociaux. Le président ukrainien compte aujourd’hui 16,9 millions de followers sur Instagram, derrière Joe Biden (17,7 millions). Les deux gagnent avec une victoire écrasante sur le finaliste Justin Trudeau, qui compte quatre millions de followers.

Ces chiffres, explique l’auteur, se traduisent en opportunités d’influence. Utiliser les réseaux à bon escient avec des messages clairs et directs qui atteignent leur objectif d’être visibles dans le monde. « Il pourrait s’en servir pour communiquer directement à travers ses communications sur les réseaux sociaux devient alors la une des journauxdit Reyes.

Selon lui, Zelensky gagne « entre guillemets, Guerre de communication contre Poutinecar avec tout ce qu’il dit, complété par sa mise en scène, son authenticité, son humilité, sa simplicité, il est capable de créer de l’influence.

D’un autre côté, Zelensky a adopté une ressource qui a mis la pandémie au premier plan : intervention vidéo. Il utilise parfaitement le langage corporel et préfère le contact visuel complet, ce qui se traduit par un regard constant vers la caméra. D’ailleurs, il y a même eu recours Projection de vidéos lors de leurs interventions dans les parlements, comme aux États-Unis. Une ressource très courante, par exemple dans les communications d’entreprise, moins courante dans les interventions politiques, et très efficace pour faire passer des messages.

Moyens d’influencer le public et de le faire agir

Dans son discours en Espagne, devant le Congrès des députés, Zelenski remercie les entreprises espagnoles qui « ont cessé de financer la machine militaire russe ». Immédiatement après, cependant, il se tourne vers les autres – les nommer directement, comme c’est le cas pour d’autres entreprises en France – « pour qu’elles cessent de faire des affaires avec la Russie ». Comme le rappelle Julián Reyes dans le livre, le même jour Porcelanosa, l’un de ceux mentionnés, a annoncé qu’il cesserait de commercer avec la Russie.

Si Zelensky sait faire quelque chose, c’est « chaque intervention, chaque discours, chaque instant de visibilité » comme « une chance de travailler‘ lors de son audition. C’est pourquoi, Choisissez un message clair à poster dans chacun d’eux. Il soigne les gestes et les mots au millimètre près et utilise différents moyens selon le public auquel il s’adresse et ce qu’il veut atteindre.

Ses discours sont pour la plupart courts. Le plus étendu de ceux analysés dans le livre, au Congrès américain, il ne dépasse pas 18 minutes ; La plus courte, aux Grammy Awards, dure un peu plus d’une minute et demie.

Cependant, que ce soit à travers un jalon historique qui suggère un parallélisme, l’allusion à une figure de référence dans le public auquel il s’adresse, l’utilisation d’un anniversaire ou le souvenir d’une faveur que le public pourrait souhaiter rendre, toujours cherche à engager le public tout en délivrant un message clair, direct et personnalisé.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.