L’Assemblée nationale vote l’inscription du droit à l’avortement dans la constitution

Les législateurs de l’Assemblée nationale, la chambre basse du parlement français, ont adopté le 24 novembre un projet de loi visant à inclure le droit à l’avortement dans la constitution. Alors que l’avortement volontaire est dépénalisé sur tout le territoire depuis 1974, l’abolition de cette protection aux États-Unis a poussé le législateur français à prendre de nouvelles mesures pour garantir ce droit. L’initiative doit maintenant être approuvée par le Sénat.

La France tente de protéger le droit à l’avortement dans sa constitution et un premier pas a été franchi ce jeudi 24 novembre.

Avec une large majorité de 337 voix pour et 32 ​​contre, le projet de loi du parti de gauche France Insoumisa, qui vise à garantir le droit à l’avortement en toute circonstance, a été adopté à l’Assemblée nationale.

Le texte a reçu un soutien notable de tous les députés de gauche ainsi que des députés du parti au pouvoir. En effet, le mouvement Renaissance dirigé par le président Emmanuel Macron a présenté un projet similaire qui sera examiné en législature la semaine prochaine.

« La question de l’accès à l’avortement, la question de sa protection n’est pas un caprice, ce n’est pas un gain politique, ce n’est pas une question de groupe politique (…) Ce texte deviendra le document qui doit pouvoir réussir », a déclaré la dirigeante de la Renaissance Aurore Bergé après le vote.

En France, l’avortement est dépénalisé depuis la promulgation de la loi Veil en 1974, amenant certains responsables politiques à juger inutile de casser un nouveau terrain juridique pour sanctifier la mesure.

Le chemin difficile pour inscrire le droit à l’avortement dans la constitution française

En savoir plus sur FRANCE 24 Espagnol

A lire aussi :
France : contre un projet de loi pour inscrire l’avortement dans la constitution
Le Parlement français prolonge le délai légal de l’avortement à la 14e semaine de grossesse

Adrien Richard

"Amateur de café d'une humilité exaspérante. Spécialiste de l'alimentation. Faiseur de troubles passionné. Expert en alcool diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *