Le CES prépare un rapport pour accélérer le Corridor Atlantique

Le président du Conseil économique et social (CES) de Castille-et-León, Enrique Cabero, avec son homologue normand, est le «rapporteur» d’un nouveau rapport du Réseau transnational atlantique (RTA) dans lequel il appelle l’UE à accélérer les infrastructures du Corridor Atlantique pour parvenir à la réalisation de son réseau de base en 2040 et que tous les éléments essentiels et complémentaires soient développés avant 2050. « Ces délais doivent être accélérés », a déclaré Cabero à Ical, car « la crise a clairement montré que les liaisons ferroviaires et le développement numérique sont urgents » et l’UE doit fixer des délais et des moyens pour les atteindre.

Le chef de l’organe consultatif a rappelé que la proposition viendra de la RTA, qui comprend les CES espagnols et français par lesquels passe le corridor atlantique, avec le défi fondamental de leur « réintroduction et promotion ». Ce rapport est le deuxième en préparation et « beaucoup plus étendu » que le premier car, selon Cabero, il enregistre les spécificités de chaque autonomie espagnole ou région française traversée par le corridor.

En outre, il a souligné que l’objectif est « d’insister » auprès des autorités de l’UE et des gouvernements régionaux et nationaux sur la nécessité de « fixer des délais concrets et d’exploiter le corridor ». Les échéances discutées par Cabero incluent la préparation des travaux pour la deuxième quinzaine de juillet afin que le nouveau texte « plus complet » sur la position de la RTA puisse être présenté en septembre et approuvé en octobre.

Une fois que le contenu aura reçu le feu vert, la RTA enverra le document aux exécutifs régionaux de Castilla y León, du Pays basque, de Galice et d’Estrémadure et d’Andalousie ; aux gouvernements espagnol et français, ainsi qu’à la Commission et au Parlement européen, pour promouvoir le corridor atlantique.

Enrique Cabero a souligné que l’année dernière la RTA avait approuvé un premier texte sur la nécessité de promouvoir le Corridor Atlantique depuis l’Europe et depuis l’Espagne, la France et le Portugal comme une « option incontournable » pour le transit des marchandises de la côte atlantique vers le centre de l’Europe .

Cabero défend avec véhémence qu’il s’agit d’un ensemble d’infrastructures « très importantes pour l’Espagne et fondamentales pour Castilla y León » et indique qu’elles travaillent « beaucoup » sur la connexion avec l’Estrémadure et l’Andalousie ; et ils développent un travail « très intense » avec la Galice et culminent avec le Pays Basque.

Le président du CESCyL a souligné qu’il est essentiel de relier les principaux ports portugais à l’Europe et que ce sera la voie d’entrée et de sortie naturelle pour « de nombreux produits » s’il est bien articulé à travers l’Estrémadure et la Castille et León, compte tenu du fait que le fret ferroviaire « doit être encouragée » car l’Espagne est parmi les pays les moins utilisés. « Le fret ferroviaire doit croître pour la compétitivité des entreprises et la durabilité environnementale », a-t-il déclaré.

Cabero a également mis sur la table trois facteurs que ce document contiendra pour la défense du Corridor Atlantique, tels que la connexion avec l’Afrique ; le nouveau canal de Panama et sa connexion à la façade atlantique de l’Europe et le « Brexit » qui « a créé de nouveaux besoins de communication avec l’Irlande au sein de l’UE ». En conclusion, il a assuré qu’avec sa réalisation, avec le corridor méditerranéen, la « péninsule ibérique sera pleinement articulée ».

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.