Le gouvernement, entouré de plusieurs fronts, corrige avec succès sa politique étrangère

Après deux ans de va-et-vient, l’administration Fernndez a remporté trois succès inattendus en juin : Sommet des Amériques, G-7 et candidature pour les Brics.

  • Au milieu des bouleversements économiques, des pénuries de dollars, des craintes sur les pesos, des revendications des piqueteros et des affaires intérieures du gouvernement, la politique étrangère offre trois bonnes nouvelles.

Le rassemblement tant attendu du G-7 des États-Unis, de l’Allemagne, du Japon, de la France, du Royaume-Uni, de l’Italie et du Canada culminera au Schloss Elmau dans les magnifiques Alpes bavaroises. Invités spéciaux : Inde, Indonésie, Sénégal, Afrique du Sud. et l’Argentine.

Une victoire que l’opposition ne reconnaît pas et qui manque aux porte-parole officiels. Quelqu’un a essayé de montrer que l’Argentine était invitée de son plein gré. Non-sens comme ce n’est pas vrai, la simple présence de Fernndez dans un tel forum est un triomphe, il n’a pas besoin d’embellissements qui d’un autre côté ne sont même pas vrais.

L’Argentine a été invitée car elle préside la CELAC, la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes. La prévoyance du gouvernement à se hisser à la tête de la Celac devrait être la véritable fierté du parti au pouvoir, qui semble décidé à ne pas exploiter ses victoires, d’ailleurs rares. Le Sénégal est appelé parce qu’il dirige l’Union africaine et l’Indonésie dirige le G-20. Les seuls invités par leur propre poids sont l’Afrique du Sud, premier pays d’Afrique, et la puissante Inde, tentée de resserrer et de rompre ses liens étroits de longue date avec la Russie.

Albert Fougère

La ruse officielle rencontre l’opposition à courte vue, incapable de voir l’importance de la continuité de l’État pour le G-7. Si vous ne le faites pas par patriotisme, vous devriez le faire par commodité. S’il remporte les élections de l’année prochaine (il est aujourd’hui en tête de tous les sondages), il a plus de chances de remporter un siège déjà occupé que s’il devait se battre pour l’obtenir. Gagner du temps peut faire la différence entre la gloire et l’échec.

Une condition clé pour instaurer la confiance politique (même économique) à l’étranger est de convaincre les autres de la continuité de l’État, peu importe qui le dirige. C’est beaucoup plus pertinent que la sécurité juridique tant vantée. L’énorme investissement nord-américain et européen en Chine était-il fondé sur la sécurité juridique des tribunaux subordonnés au Parti communiste ou sur la prévisibilité offerte par le régime ?

Ils proposent que les provinces d'origine des citoyens qui utilisent les services de CABA remboursent les frais

fissure ou ébauche

La rupture a été à la base de toute continuité dans la politique internationale de l’Argentine au cours des deux dernières décennies. Les fluctuations à chaque changement de direction et la myopie des contraires successifs ont favorisé les imaginaires. Chacun attribue des intentions indescriptibles et une soumission durable à son rival.

Pour un certain leadership de Cambiemos, Cristina Fernndez a cherché à transformer l’Argentine en Venezuela de Nicols Maduro. Absurde. Pas seulement parce que ce n’est pas son but ; Ce modèle nécessite le consentement des forces armées en tant que pilier du régime, ce que personne ne peut imaginer. Sans oublier qu’il est puéril de penser que l’Argentine peut suivre des pays moins présents.

Dans tous les cas, défendre le Frente de Todos contre les régimes inacceptables du Venezuela et du Nicaragua n’apporte que discrédit et déception. Il y a une raison pour laquelle le nouveau président chilien, un vrai gauchiste, désapprouve ces dictatures. Le même que Gustavo Petro, le premier président de gauche de l’histoire de la Colombie.

"Israël nous montre cela pour faire baisser l'inflation
  • Le parti au pouvoir invente aussi des choses : il suppose que l’opposition n’est que la marionnette de Washington. La seule évidence est que Mauricio Macri tente de devenir l’homme des États-Unis pour la prochaine élection, une place refusée par Patricia Bullrich. La majorité des cambiemos, en revanche, ne voient pas d’horizon exclusif.

Il y a aussi des partisans d’un rapprochement avec Washington au sein du gouvernement. Comme nous l’avons déjà souligné il y a un an L’économisteAmis de Moscou, sympathisants de Pékin, partisans du rapprochement avec l’Union européenne et aussi amis des États-Unis coexistent dans l’administration.

  • Des personnalités importantes de l’appareil d’État telles que Sergio Massa, Juan Manzur et Gustavo Bliz ne cachent pas leur affection pour les Américains : le troisième d’affilée, l’ancien chef de l’administration et le secrétaire aux Affaires stratégiques de la Nation.

sauver Biden

La Casa Rosada (et le Palacio San Martín de Santiago Cafiero) venaient de se terminer à l’occasion du IX. America Summit (6-10 juin) a remporté un haricot.

La réunion était menacée : le Mexique a annoncé qu’il ne participerait pas, le Venezuela n’a pas été invité et le Brésil figure sur la liste noire de Joe Biden depuis que Jair Bolsonaro a soutenu les allégations de tricherie de Donald Trump. Sans l’Argentine, l’appel a échoué. Un fiasco non représentatif.

  • Fernndez surpris par une ruse qu’il ne montre pas normalement.Il a durci ses désaccords avec Washington, a menacé de ne pas y assister, et est finalement parvenu à un accord raisonnable : la participation, tout en protégeant certaines des différences entre Buenos Aires et Washington dans son discours. Photo avec Biden. Amitié, neutralité et autonomie. Trois constantes dans la tradition diplomatique argentine, à quelques exceptions près.

Cerise sur le gâteau, l’Argentine a également été invitée le 23 juin à la réunion virtuelle du XIV Sommet des chefs d’État des Brics, une organisation réunissant le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud.

Sommet-Brics-Alberto-Fernandezpng
Fernndez a confirmé l’objectif de l’Argentine de devenir membre à part entière des Brics

Près de la moitié de la population mondiale et un quart du produit brut. Fernndez a confirmé son intention de devenir membre à part entière. Le parti au pouvoir assure que l’invitation est venue du chef de l’Etat chinois Xi Jinping. Des sources de Casa Rosada pensent que le Brésil parrainera la candidature de l’Argentine si Lula devient le prochain président.

Beaucoup disent que la politique internationale n’affecte pas le vote, peut-être pas directement.

  • Mais il est évident que les décisions économiques et financières des puissances et des organisations internationales qu’elles dirigent sont inexcusablement guidées par la perspective du politique…

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *