Le journal du Mexique | Nouvelles du Mexique | Des sports

Raphaël Canas

Paris, (EFE) .- Les autorités françaises ont imputé ce lundi le chaos de l’accès à la finale de la Ligue des champions à la « désorganisation » anglaise qui a permis à des dizaines de milliers de supporters de Liverpool de se rendre à Paris sans entrée et à la « fraude massive ». faux billets.

« Nous regrettons la désorganisation qui a fait que 30 000 à 40 000 supporters britanniques sont arrivés au Stade de France sans ou avec de faux billets », a déclaré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Par ailleurs, « une fraude massive, industrielle et organisée avec des billets contrefaits a été avérée », a ajouté Darmanin lors d’une comparution devant la presse à l’issue d’une rencontre de plus de deux heures avec la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra et d’autres autorités chargées de la gestion du parti. .

En plus des problèmes d’accès, des groupes organisés de criminels locaux ont commis des vols violents de supporters à l’extérieur du stade. Selon les autorités, il y a au total 77 détenus pour ces événements.

Le chef du ministère de l’Intérieur a rappelé que les billets étaient électroniques, mais « à la demande de l’UEFA » les billets imprimés étaient autorisés, « ce qui ouvrait la possibilité de fraude ».

Il a expliqué que dans le domaine du filtrage précédent des fans de Liverpool, « plus de 70% des billets étaient erronés », ce qui a finalement entraîné des problèmes dans le système de sécurité, au point où la police anti-émeute est intervenue au besoin.

Il a également dit « regretter » que des fans, dont des familles avec enfants, aient subi les effets des gaz lacrymogènes et reconnu avoir vu des vidéos de policiers français utilisant du gaz « inutilement et de manière disproportionnée ».

En tout cas, sans les décisions des autorités, nous a-t-il assuré, « nous aurons certainement à déplorer les morts et les blessés ».

Darmanin a rappelé que la finale de la Ligue des champions 2019 à Madrid avait déjà vu « le même problème » de la part de dizaines de milliers de supporters britanniques qui ont voyagé sans encombre.

Un peu plus de 2.700 supporters n’ont finalement pas pu entrer dans le stade malgré un billet, a rapporté Oudéa-Castéra, qui a évoqué « l’indemnisation » des personnes concernées, mais sans donner plus de précisions.

AUCUN PROBLÈME AVEC LES FANS ESPAGNOLS

Les deux ministres ont souligné que ces incidents avaient eu lieu dans les zones d’accès des supporters anglais. « Il n’y a eu aucun problème du côté espagnol », a déclaré Darmanin, qui a déclaré que 87% des supporters du Real Madrid étaient dans les tribunes au début du match, contre seulement 50% des supporters de Liverpool.

« L’organisation du Real Madrid avec ses supporters était très différente », a expliqué le directeur sportif.

« La désorganisation de l’arrivée des supporters britanniques par leur club l’a compliquée », a souligné le ministre de l’Intérieur, qui a aussi attribué en partie la grève du jour même à la ligne de train de banlieue qui mène au stade et qui relie également les deux Paris aéroports.

Un autre problème est les groupes criminels qui se sont organisés et sont devenus violents pour voler les fans des deux équipes. Les autorités ont arrêté 77 personnes pour ces événements dans la ville de Saint Denis, en périphérie de Paris, où se trouve le stade.

Après ces incidents et les prochaines élections législatives (12 et 19 juin), les partis d’opposition ont pris pour cible le ministre de l’Intérieur, l’un des poids lourds du gouvernement qui jouit de l’entière confiance du président Emmanuel Macron.

COUP SUR LE PRESTIGE FRANÇAIS

Surtout, le fiasco de samedi porte un coup dur au prestige de la France en tant qu’hôte d’événements sportifs majeurs, étant donné qu’elle accueillera la Coupe du monde de rugby l’année prochaine et, plus important encore, les Jeux olympiques de Paris en 2024.

Le sentiment de chaos et d’insécurité (dus à la fois à la menace de destruction massive et aux criminels) était si grand que plusieurs témoins oculaires ont déclaré qu’ils craignaient pour leur vie.

Tout cela malgré les moyens de plus de 6 800 policiers et militaires déployés par les autorités françaises pour assurer la sécurité de la rencontre. 2 000 d’entre eux dans et autour du stade.

« Il y avait des groupes de 20 à 30 hommes masqués vêtus de noir qui ont braqué toute la zone du stade (…) Ils ont ciblé tous les supporters », a déclaré un policier à la chaîne d’information BFMTV.

L’une des clés pourrait être que différents acteurs ont joué leur rôle : les supporters de Liverpool qui ont voyagé sans billet ; ceux qui ont de faux billets ; criminels organisés; Mauvaise organisation du système d’accès, action inefficace de la police, qui a parfois agi contre des supporters pacifiques…

Dès lors, chacune des parties (UEFA, Fédération Française de Football, Liverpool, Home Office…) a des arguments pour blâmer l’autre, essayant ainsi d’échapper à sa responsabilité.

« Incompétence, mensonges et déni », titre une tribune du journal sportif L’Equipe, qui affirme que tous ces co-organisateurs sont « très heureux d’être responsables du chaos et non du drame ».

Pour Liverpool et ses fans, une entité marquée par la tragédie de Hillsborough dans laquelle 97 fans ont été écrasés à mort sur des clôtures en 1989, les scènes de samedi ont rappelé les dangers de la gestion des foules lors d’événements sportifs.

Jamieth

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.