Le parti d’Emmanuel Macron change de nom et devient Renaissance

La République en marche (LREM), le parti du président français Emmanuel Macron, change de nom et est renommé Renaissancea déclaré ce jeudi son délégué général Stanislas Guerini.

Renaissance était déjà le nom de la liste présentée par la majorité présidentielle aux élections européennes de 2019 et selon leur représentant en conférence de presse se réinvente « pour survivre »avec l’intention d’être une formation « populaire et civique ».

Macron a été fondé en avril 2016 son propre mouvement politique En Marcha, rebaptisé plus tard La República en Marcha (LREM).

En août de la même année, il démissionne de ses fonctions de ministre de l’Économie du président socialiste François Hollande et se présente pour la première fois comme candidat à l’Élysée aux élections de novembre 2017, le remporté face à l’extrême droite Marine Le Pen.

Selon ses statuts, le LREM était un mouvement et non un parti politique. En plus du changement de nom, il existe désormais un autre type formaliser en tant que parti.

« Aujourd’hui, nous avons lancé un mouvement de start-up pour continuer et développer ce mouvement politique créé par le président il y a un peu plus de six ans », a déclaré Guérini.

En vue de la législature en juin alliés avec deux autres partis présidentiels majoritaires sous un label commun, Together, qui regroupe également le MoDem centriste et Horizontes, fondé par l’ancien Premier ministre Édouard Philippe.

« Nous avons l’ambition de donner quelque chose au président et à la future administration une majorité stable solide, dynamique, vivante pour réussir le quinquennat qui s’ouvre », a souligné l’ancien chef du gouvernement.

Cette union, a ajouté le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, veillera à ce qu’il y ait une majorité dans cette chambre pour lui permettre soutenir Macron à la présidentielle depuis le 24 avril dernier.

LREM compte actuellement 270 des 577 députés et le MoDem 57. Leur coalition, la soumettre des candidatures uniquesentend regrouper tous les partis alliés de la majorité actuelle.

Le lancement de ce front fait suite à celui orchestré par la gauche radicale de Jean-Luc Mélenchon, qui a déjà convaincu écologistes et communistes et est parvenu à un pré-accord avec les socialistes, qui ont soumis ce pacte au vote ce jeudi soir.

Un sondage du Harris Interactive Institute publié cette semaine a révélé que les élections générales du 12 au 19 juin verront le parti présidentiel et ses alliés se présenter. ils pourraient obtenir entre 338 et 378 siègessur les 289 requis une majorité absolue.

Le Parti républicain conservateur (LR) et ses alliés obtiendraient entre 35 et 65 députés, contre 101 LR actuellement dans cette chambre, et le groupe national d’extrême droite atteindrait entre 65 et 95 ans, après cette projection.

Adrien Richard

"Amateur de café d'une humilité exaspérante. Spécialiste de l'alimentation. Faiseur de troubles passionné. Expert en alcool diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.