Le Royaume-Uni connaît sa journée la plus chaude avec une température de 40 degrés

Les incendies ont dévasté des milliers d’hectares de forêt en Espagne et en France. Photo : Extrait de France24.

L’Europe reste sous une vague de chaleur suffocante qui a alimenté une série d’incendies de forêt intenses pendant une semaine et se déplace vers le nord, provoquant des incendies de forêt sur son passage qui ont brûlé des milliers d’hectares et forcé l’évacuation de dizaines de milliers de personnes à travers la France.

Dans la région de la Gironde, dans le sud-ouest de la France, 19 000 hectares de forêt sont brûlés et il y a plus de 37 000 évacués.

En Espagne, la province de Zamora continue d’être la plus durement touchée par les incendies, qui ont dévasté près de 70 000 hectares à travers le pays.

A Genève, des représentants de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) analysent les causes de la situation actuelle avec des températures record et leurs conséquences pour la santé.

La préfecture de la Gironde dans sa capitale Bordeaux, qui a été recouverte d’un nuage de fumée tôt mardi en raison de sautes de vent, a indiqué que la nuit de lundi avait été « très difficile » et qu’une maison de repos du Pilat avait été évacuée. à côté de La Teste de Buch, où 6 500 hectares ont déjà brûlé.

L’autre foyer est Landiras, où aucune nouvelle évacuation n’était nécessaire depuis lundi soir, mais les flammes ont continué de progresser.

Le reliquat sur cette zone jusqu’à ce mardi matin 19 juillet, c’est 12 800 hectares brûlés, selon les données préfectorales.

Un troisième incendie s’est ajouté à la région touristique populaire de la Gironde. C’est Vensac, au nord de Bordeaux, qui a provoqué l’évacuation de 500 personnes ces dernières heures et détruit 70 hectares en ce moment.

Plus de 2 000 pompiers travaillent à travers le département, soutenus par des avions, pour tenter de contrôler les incendies alimentés par les températures extrêmes et les vents toujours changeants de ces derniers jours.

Plus au nord, en Bretagne, la chaleur extrême de lundi a établi un record de température historique, avec 39,2°C dans le port de Brest et 40,5°C dans la capitale, Rennes. De plus, 1 300 hectares de forêt ont été détruits et 470 personnes évacuées.

La canicule s’est déplacée de l’ouest vers l’est et le nord de la France ce mardi, où les températures les plus élevées étaient attendues : jusqu’à 41°C à Paris, 39 à Lille ou Metz et 38 à Strasbourg ou Lyon.

Le service météorologique français Météo France a retiré mardi l’alerte rouge à 15 départements de la façade atlantique, mais 73 restent en alerte orange.

L’Espagne lutte contre les incendies de forêt depuis une semaine, le pire de ces dernières annéeségalement alimentée par le vent et les températures élevées qui ont brûlé près de 70 000 hectares et évacué plus de 8 000.

Cette deuxième vague de chaleur de l’été se termine ce mardi après 10 jours avec des températures comprises entre 39 °C et 45 °C dans presque toute la péninsule, qui ont fait 510 décès attribués aux températures extrêmement élevées, selon l’Institut de santé Carlos III.

Sur les 510 personnes qui seraient mortes de la canicule, on estime que 321 ont plus de 85 ans, 121 ont entre 75 et 84 ans et 44 autres ont entre 65 et 74 ans.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.