Le vent, la pluie et le froid aggravent la situation en Ukraine

L’OTAN « ne reculera pas » sur le soutien à l’Ukraine, déclare le chef de l’alliance

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. (Photo de JOHN THYS/AFP via Getty Images)

L’OTAN ne réduira pas son soutien à l’Ukraine, a déclaré vendredi le secrétaire général Jens Stoltenberg lors d’une conférence de presse.

« La plupart des guerres se terminent par des négociations », a déclaré Stoltenberg avant une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN à Bucarest, en Roumanie, fin novembre.

« Mais ce qui se passe à la table des négociations dépend de ce qui se passe sur le champ de bataille. Par conséquent, la meilleure façon d’augmenter les chances d’une solution pacifique est de soutenir l’Ukraine », a-t-il ajouté.

« L’OTAN soutiendra donc l’Ukraine aussi longtemps qu’il le faudra. Nous ne céderons pas », a déclaré Stoltenberg.

Assistance non létale accrue‘: Stoltenberg a déclaré que les ministres des Affaires étrangères fournissaient un « soutien militaire sans précédent » et espère qu’ils accepteront d’augmenter le « soutien non létal » lors de la réunion de Bucarest.

Selon Stoltenberg, l’OTAN a fourni du carburant, des fournitures médicales, du matériel d’hiver et des inhibiteurs de drones.

Stoltenberg a remercié les alliés pour leurs contributions et a déclaré qu’à la réunion de Bucarest, il demanderait une contribution plus importante pour aider l’Ukraine à passer de l’équipement de l’ère soviétique aux normes modernes de l’OTAN et à soutenir la formation militaire.

Il a déclaré que les décisions concernant l’envoi de systèmes de défense aérienne Patriot fabriqués aux États-Unis en Ukraine étaient des « décisions nationales » de pays individuels interrogés sur la demande de Varsovie demandant à l’Allemagne d’envoyer des unités Patriot en Ukraine au lieu de la Pologne. L’offre de l’Allemagne à la Pologne faisait suite à l’attaque meurtrière au missile du 15 novembre sur le territoire polonais près de la frontière ukrainienne.

Stoltenberg a déclaré que dans le passé, en utilisant le système avancé de défense aérienne NASAMS, la formation des alliés de l’OTAN était menée par le personnel de l’OTAN. Cependant, aucun membre du personnel de l’OTAN n’a effectué de travail en Ukraine, car cela signifierait que l’OTAN aurait été partie au conflit entre la Russie et l’Ukraine.

« Il existe des moyens de s’assurer que [Ucrania] capable d’exploiter des systèmes avancés modernes sans déployer de personnel de l’OTAN en Ukraine. Mais… les décisions spécifiques concernant les systèmes spécifiques sont des décisions nationales », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que les accords d’utilisateur final et d’autres arrangements impliquent parfois la nécessité de consultations avec d’autres alliés, mais qu’en fin de compte, la décision doit être prise par les gouvernements nationaux.

Adrien Richard

"Amateur de café d'une humilité exaspérante. Spécialiste de l'alimentation. Faiseur de troubles passionné. Expert en alcool diabolique."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *