Le voyage d’une famille pour la Coupe du monde : ils ont voyagé 8 jours dans un camion, ont dormi dans un bunker militaire en Irak et ont été emmenés au Qatar par un cheikh

Sergio avec ses fils Felipe et Tomislav. Le cousin Agustín a également rejoint le voyage (Photo: Roi Tamagni)

(Représentant spécial pour Doha, Qatar) « Nous n’avons jamais dévié du voyage. Nous avons commencé à tomber quand nous avions deux ou trois jours. Une fois, nous nous sommes regardés avec mon frère et nous avons dit : « Qu’est-ce qu’on fait ici, coincés en Irak, pendant que mon père dort à l’arrière du camion ?“.

Philippe est la voix chantante de la famille Lolich. Il porte la carte Mendoza dans son air, mais il y a quatre ans, il est allé en Andorre avec son jeune frère Tomislav et son père Sergio à la recherche d’un avenir meilleur. Vous pouvez quitter l’Argentine pour de nombreuses raisons, mais vos racines à la maison ne disparaissent jamais. On pourrait même dire que la distance accentue l’amour et ils en sont un fidèle exemple : Ils ont parcouru plus de huit mille kilomètres dans une camionnette qu’ils avaient montée pour voir l’équipe nationale à la Coupe du monde.

« Mon frère est allé en Andorre après la dernière Coupe du monde. Il avait conduit de l’Argentine à la Russie dans un Saveiro. Il a fait tous les pays d’Amérique, il a voyagé du Mexique à la Belgique et de là à la Russie. Il est ensuite resté vivre en Andorre. Il est allé en Argentine, s’est marié et nous sommes tous venus. Je suis d’abord venu avec ma famille, puis mon vieil homme est venu et nous avons aussi ma vieille femme en Andorre », explique Felipe, qui à 36 ans travaille dans une entreprise de construction dans ce pays avec son frère, qui a quatre ans de moins.

Ils décidèrent de mettre les pieds dans cette petite principauté entre l’Espagne et la France. Dans leur ville natale de Godoy Cruz, ils avaient subi un cambriolage violent dans leur commerce, mais lorsque des voleurs ont tenté de s’introduire chez eux, ils ont compris que cela suffisait. Ils devaient y aller : « Tout se déversait sur le verre suggérant que je devais y aller. J’ai tout vendu, voiture, moto, nous avons fermé le magasin et sommes venus chercher un avenir meilleur.

Le chef, déjà établi dans son nouveau territoire, n’a jamais quitté l’Argentine. Comment peuvent-ils être proches de leur pays sans l’être, se demandaient-ils. Et ils ont créé leur présence à la Coupe du monde au Qatar en s’appuyant sur l’expérience acquise par son frère lors de la précédente Coupe du monde. Ils ont acheté une camionnette en Allemagne et ont commencé à la réparer. Cependant, les papiers du véhicule ne sont jamais sortis et le voyage ne tient qu’à un fil. « Un an et demi et demi avant de partir, ils l’ont breveté et on s’est mis au travail. Mon vieil homme est menuisier et je suis électricien. Nous avons acheté tout le matériel et l’avons assemblé en un mois après le travail. Pause déjeuner, samedi et dimanche. Ils ont été minutieux pendant quatre ou cinq semaines. Nous avons fini de le construire lundi avant de partir.

Les militaires aux différents postes de contrôle ont demandé des photos
Les militaires aux différents postes de contrôle ont demandé des photos

Agustín (32 ans), un de leurs cousins ​​qui vit à Barcelone, a rejoint le voyage. Et ils commencèrent : Andorre, France, Monaco, Italie, Slovénie, Croatie, Serbie, Bulgarie, Turquie, Irak, Jordanie et Arabie Saoudite jusqu’à ce que vous atteigniez la frontière du Qatar.

Et dans ce processus, ils ont eu quelques moments de doute. « Jusqu’à la Turquie, qui fait partie de l’Union européenne, il était possible de conduire et de dépasser sans aucun problème étrange. Ne faites aucune paperasse. A partir de là, ça s’est compliqué à cause du temps, Zwirn. Nous avons dû payer des visas en Irak, en Jordanie et en Arabie Saoudite. Nous avons perdu beaucoup d’argent. Je pense que ce qui nous a le plus surpris, c’est l’Irak. Nous pensons tous que ce que la télévision vous vend est un endroit dangereux ou quelque chose comme ça. Au contraire, ils nous ont très bien traités. C’était spectaculaire », précise-t-il.

La frontière entre l’Irak et la Jordanie était fermée, mais les militaires stationnés à la frontière leur ont réservé un accueil inattendu : « On dort dans le bunker militaire. La frontière était fermée car très dangereuse, ils l’ont ouverte de 7h à 17h. Nous avons dormi dans un bunker là-bas, ils ne nous ont même pas laissé monter dans le camion. »

« Ils nous ont invités à entrer et ont jeté une couverture par terre. Ils nous ont donné à manger, ils nous ont invités à prendre un café et un thé. Ils ont sorti une chicha (pipe). Nous avons parlé aux soldats au téléphone par l’intermédiaire du traducteur jusqu’à quatre heures du matin. Ils étaient très intéressés à en savoir plus sur notre culture, comment nous la voyons, ce que nous en pensons. C’était le plus nutritif du voyage. Je me sentais très ignorant à ce moment-là de ce que nous pensons de ces gens et ils sont complètement différents », raconte-t-il.

Dans le bunker militaire en Irak
Dans le bunker militaire en Irak

Après avoir parcouru les routes pendant huit jours et parcouru plus de 8 000 kilomètres, ils ont atteint la frontière entre l’Arabie saoudite et le Qatar, où un autre voyage les attendait. Ils n’ont pas pu monter dans le véhicule faute de papiers, alors ils ont décidé de le laisser là et de prendre le bus jusqu’au stade pour assister aux débuts de l’Argentine. Le lendemain, ils tentèrent de rentrer à plusieurs niveauxcomme ils ont baptisé le camion.

La situation n’a pas changé à ce contrôle au milieu du désert et ils ont décidé d’aller à Mabkhout « Cheikh Influenceur » qui est devenu célèbre qui aura lieu en Argentine pendant la Coupe du monde Des fêtes dans son manoir pour les fans Albiceleste. « C’était notre salut. Nous avons été contactés par d’autres personnes qu’il avait aidées. Pendant le voyage, nous sommes restés en contact, mais quand la Coupe du monde a commencé, j’étais fou. Nous avions un peu perdu espoir. Mon frère a commencé à lui envoyer des SMS, il lui a envoyé des photos de la camionnette et 20 minutes plus tard, une camionnette blanche avec quatre policiers s’est présentée.. Ils nous ont fait suivre et nous avons passé les contrôles aux douanes de la FIFA.

Ils se sont rendus au Qatar depuis la phase de groupes
Ils se sont rendus au Qatar depuis la phase de groupes

« Nous avons eu des problèmes avec la demande de le faire monter dans le véhicule. Nous avons exigé cinq jours d’hôtel consécutifs à compter de la date de votre soumission. Nous étions six mais séparés. Quand on a voulu sortir l’hôtel, la coupe du monde commençait à peine, ça valait une fortune. Nous n’avions pas. Nous lui avons dit merci pour tout mais nous ne pouvons pas. Il y avait une personne, le commandement droit de Mabkhout, qui l’a appelé pour lui expliquer ce qui se passait. L’homme maigre a dit non, tu dois être au Qatar. Il a craqué, a tendu sa carte et a payé pour que nous restions dans un appartement pendant six nuits. Imaginez si ce monstre ne nous a pas aidés, il nous a tout de suite sauvés, nous sommes reconnaissants à cet homme maigre ! » avoue-t-il.

Après avoir passé un mois à Doha et assisté de près au titre historique de l’équipe argentine de Lionel Messi, il était temps de revenir avec un avant-goût de mission accomplie : « Nous devons maintenant nous arrêter partout au coin de la rue. Les gens ont pris des photos, les militaires à tous les points de contrôle. On est fous, on ferait n’importe quoi pour voir un match de foot, mais il en ressort des choses positives. Il y a parfois de mauvais moments, mais tout a de bonnes conséquences. Tu as besoin de remonter le moral. »

La photo avec le cheikh qui a reçu les supporters argentins lors de la Coupe du monde
La photo avec le cheikh qui a reçu les supporters argentins lors de la Coupe du monde

Continuer la lecture:

Zacharie Morel

"Fanatique invétéré des réseaux sociaux. Sujet à des crises d'apathie. Créateur. Penseur. Gourou du web dévoué. Passionné de culture pop. Résolveur de problèmes."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *