les communautés énergétiques locales et les personnes

CChaque jour, les nouvelles ne sont pas très encourageantes concernant le changement climatique, qui est sans aucun doute le plus grand défi auquel l’humanité est confrontée aujourd’hui. La dernière révision de Organisation météorologique mondiale (OMM), publié le 18 mai, note que quatre indicateurs clés de la façon dont le climat est modifié par les émissions humaines de gaz à effet de serre ont battu des records l’année dernière.

Plus il y a d’émission de CO2, plus l’atmosphère s’épaissit. De cette façon, les gaz persistent pendant des centaines d’années en raison de leur longue durée de vie, et à mesure que d’autres émissions sont ajoutées, ils s’accumulent. Un maximum mondial a été marqué en 2020, et les données provenant d’emplacements spécifiques montrent qu’il continuera d’augmenter en 2021. Cette couche emprisonne la chaleur réfléchie par le soleil et surchauffe la planète, modifiant le climat mondial.

La couche la plus superficielle des mers, jusqu’à 2 000 mètres de profondeur, a continué à se réchauffer au cours de l’année écoulée et tout indique que cela va continuer. La chaleur se déplace vers des niveaux plus bas, et les données montrent que ce réchauffement a été particulièrement pertinent au cours des deux dernières décennies.

Les eaux marines, quant à elles, laissent derrière elles 23 % des gaz à effet de serre rejetés. Cela signifie qu’en faisant réagir du gaz et de l’eau, ils transforment ce milieu en plus d’acide. Selon l’OMM, cela menace les organismes et les services écosystémiques et donc la sécurité alimentaire, le tourisme et la protection des côtes. La baisse du pH de l’eau de mer signifie également que les océans perdent leur capacité à absorber le CO2.

L’élévation du niveau de la mer a également culminé l’année dernière. Selon l’OMM, elle a augmenté en moyenne de 4,5 millimètres par an entre 2013 et 2021, soit le double de ce qui a été mesuré sur la période 1993-2002, ce qui signifie que des millions de personnes vivent dans des zones marines très vulnérables.

Tout cela nous amène au fait qu’il n’est pas possible de continuer avec le modèle énergétique actuel, qui repose essentiellement sur les énergies fossiles, et de passer au plus vite à un autre modèle qui nous éloigne du charbon, du pétrole, du gaz et du nucléaire l’énergie, et cela nous amène à la démocratisation de l’énergie, à la réduction de la consommation d’énergie et aux énergies renouvelables.

Dans cette situation, les communautés énergétiques locales peuvent être un outil très important pour une transition énergétique juste, qui protège donc la population la plus vulnérable, donnant le leadership d’un nouveau modèle énergétique au monde local, aux PME et aux citoyens, car les personnes qui le font décident. comment nous voulons produire et utiliser l’énergie dans nos maisons, nos lieux de travail, nos communautés, dans nos déplacements.

Il s’agit de lutter localement et collectivement contre la crise climatique par la participation citoyenne dans le secteur de l’énergie, de changer le modèle actuel de production centralisée à partir de petites centrales proches des points de consommation et d’obtenir le droit d’exploiter cette ressource naturelle pour les citoyens et non pour le bénéfice économique de quelques entreprises.

Dans l’État espagnol, en 2018 et 2019, il y a eu des changements très importants dans la loi sur l’autoconsommation et le développement des énergies renouvelables. La taxe solaire a été supprimée, un nouveau régime d’autoconsommation a été développé et l’autoconsommation collective a été autorisée, un enjeu très positif même si les communautés énergétiques vont plus loin. Ils permettent la participation citoyenne de tous les membres qui composent ces unités, qui peuvent être constituées, par exemple, en coopératives qui décident comment et quand consommer.

Mais malgré l’intérêt qu’elles suscitent, les communautés énergétiques locales sont dans une phase embryonnaire dans l’État espagnol et aussi en Navarre, bien que des démarches aient été entreprises récemment dans notre communauté. Différents rapports montrent la faible mise en œuvre des communautés énergétiques locales dans l’État espagnol, où il y en a 33, alors que dans d’autres pays comme l’Allemagne, elles sont près de 2 000, suivies du Danemark avec 700 et des Pays-Bas avec 500.

Les principaux obstacles à une progression déterminée des communautés énergétiques locales sont, à mon avis, le type de confusion administrative à surmonter, le désintérêt des compagnies d’électricité, le manque de formation et d’information, la nécessité d’une plus grande sensibilisation du tissu associatif en faveur de la coopération et de la collaboration, mais aussi en limitant les distances en permettant l’autoconsommation.

Par exemple, la limitation de l’autoconsommation aux ménages qui ne sont pas à plus de 500 mètres d’une production d’énergie est un handicap important. En France et plus récemment au Portugal – depuis janvier dernier – l’autoconsommation via le réseau basse tension est autorisée jusqu’à une distance de 2 km, offrant une zone de bénéficiaires possibles de près de 13 kilomètres carrés contre 0,8 kilomètres carrés dans l’État espagnol. Toutes les municipalités de l’État espagnol et de Navarre qui tentent de promouvoir des communautés énergétiques ou des systèmes d’autoconsommation collectifs sont conscientes qu’un tel changement changerait radicalement leurs possibilités et, dans la plupart des cas, leur permettrait d’accéder à presque tous les voisins et les voisins.

D’autre part, il faut mettre fin au fouillis bureaucratique dans lequel se sont plongées nos administrations, y compris quel type d’association il faut mettre en place. Il faut aussi plus de formation et d’information, ainsi qu’un cadre associatif qui soit pour le travail, avec plus de coopération et de collaboration. Les compagnies d’électricité doivent également changer radicalement d’attitude, dont beaucoup ne veulent pas accélérer les procédures, car elles perdraient une grande partie de leurs revenus si ce modèle était étendu à tous les bâtiments ou à tout autre bâtiment, rendant le processus très difficile. dans de nombreux cas.

*L’auteur est un expert en environnement et récipiendaire du Prix national de l’environnement

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.