Les frontières du Venezuela 1

Dans cet article et d’autres, je vais aborder une question que j’ai analysée précédemment et que nous oublions tous parfois, mais qui refait surface plus tard car elle reste incontournable. Et je dois dire que depuis le début, le Venezuela a été un pays malheureux dans la défense de ses îles voisines et des territoires adjacents, mais que les gouvernements vénézuéliens ont parfois échoué à défendre l’un ou l’autre ; et surtout utiliser les opportunités et les contextes favorables pour cela.

Le Venezuela ne semble jamais avoir compris que, face à un voisin ambitieux, les zones frontalières sont défendues non seulement avec des droits et des traités préétablis ou, si nécessaire, avec des armes, ce qui est le plus problématique et le moins recommandable, mais surtout avec quelque chose qui est non seulement fondamental mais aussi plus simple : simplement avec la population, l’occupant et la colonisant en paix en prévision de toute menace future. Un territoire étranger inoccupé ou à peine occupé est une tentation pour tout pays voisin avec une population croissante désireux de l’occuper, ou pour toute puissance colonialiste ou impériale qui, par ambition, rivalité ou intérêt géopolitique, pourrait souhaiter le faire. Les exemples proches des États-Unis avec le territoire mexicain du Texas au XIXe siècle et du Brésil avec le territoire bolivien d’Acre au début du XXe siècle sont paradigmatiques.

Pour cette raison, je commencerai par une brève référence aux deux cas les plus importants et les plus anciens sur le sujet, qui se sont tous deux produits dans le Venezuela colonial. En eux, la responsabilité principale ou globale incombait à l’Espagne, puisque notre pays était alors sa colonie et dépendait de la force politique et militaire et de la décision avec laquelle il agissait pour sa défense, mais dans laquelle, par son absence, le pire était affecté Venezuela , dont le territoire potentiel a été réduit par la perte successive de deux importants groupes d’îles voisines. Je fais référence aux cas de Curaçao, Aruba et Bonaire, et de Trinidad (et Tobago).

Dès le XVIe siècle lui-même, et particulièrement au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, les nouvelles puissances coloniales apparues en Europe, comme la Hollande, la France et l’Angleterre, face à l’Espagne, commencent à exercer une hégémonie sur l’Empire espagnol ou sur les mers hispano-portugaises. Ces nouvelles puissances européennes se sont transformées en puissances maritimes. Ils eurent bientôt de puissantes flottes, surtout la Hollande, mais ensuite l’Angleterre. Et ils ont commencé à se disputer des mers, des îles et même le continent avec l’Espagne et le Portugal. Le Portugal était principalement confronté à l’est, dans l’océan Indien désormais sans importance, et l’Espagne à l’ouest, dans l’Atlantique. La Caraïbe, centre de la puissance espagnole, est devenue un véritable champ de bataille durant ces 3 siècles, avec des pirates et des corsaires attaquant les villes portuaires et affrontant les flottes et galions espagnols, tandis que les navires marchands et négriers, qu’ils étaient souvent, se livraient à la contrebande et à l’Afrique. traite des esclaves.

Le XVIIe siècle fut décisif à cet égard. Pour se déplacer librement dans la Caraïbe, ces pays avaient besoin de zones qui servaient de bases à leurs opérations ou de ports à leurs navires. Les Caraïbes étaient – et sont – pleines d’îles de différentes tailles ; et l’Espagne était alors incapable de les défendre, en particulier les mineurs qui formaient la majorité et où la population espagnole était rare. La France en a repris plusieurs, tout comme l’Angleterre qui a même réussi à s’emparer de la Jamaïque, l’une des plus grandes. Mais maintenant, je ne m’intéresse qu’à la Hollande, qui, au milieu d’une longue guerre contre l’Espagne pour son indépendance, a mené cette guerre dans les Caraïbes et sur la côte nord de l’Amérique du Sud, où au début du XVIIe siècle, elle a conquis une partie des territoire peuplé de la Guyane, qui l’occupa avec des hauts et des bas depuis lors jusqu’au début du XIXe siècle. Et en 1634 une modeste flotte de navires pirates hollandais conquit Curaçao, une île voisine du Venezuela et étroitement liée à son territoire et à son histoire, également peu peuplée et mal défendue, sans que l’Espagne ne fasse rien pour contrer cette invasion.

Les Pays-Bas utilisent Curaçao comme base d’opérations pour leurs navires de contrebande et d’esclaves, et l’île devient un centre important de la traite des esclaves. Il n’y a donc pas eu de réponse espagnole, et c’est la colonie vénézuélienne qui a tenté de regagner Curaçao les années suivantes, mais en vain. Le gouverneur Fernández de Fuenmayor, défendant La Guaira d’une attaque de pirates anglais et attaquant des pirates hollandais sur le lac Maracaibo, a tenté cela en 1642 en préparant une flotte pour reprendre l’île. Mais l’évêque intolérant Mauro de Tovar, qui s’opposa à lui dans une âpre lutte pour le pouvoir, sabota l’expédition en menaçant les participants d’excommunication. Après cela, rien de plus n’a été fait. Et Curaçao est restée hollandaise de 1634 à nos jours.

Le cas de Trinidad avec la Grande-Bretagne à la fin du XVIIIe siècle est plus complexe. Bien que Trinidad ait été aperçue par Christophe Colomb en 1498, elle était sous-estimée par les conquistadors espagnols et peu peuplée. La même chose s’est produite avec la Guyane vénézuélienne. La domination exercée par l’Espagne sur elle était instable et confuse. Mais il s’agissait plutôt de Trinidad, et cela le resta jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Il y avait alors peu d’Espagnols et la population principale de l’île était composée d’aborigènes, d’esclaves noirs fugitifs et d’émigrants français d’autres îles. Cette négligence et ce quasi-abandon de Trinidad par les Espagnols, qui n’y avaient guère qu’une garnison mal armée, furent une invitation à l’invasion anglaise qui eut lieu en 1797. Le gouverneur désarmé, Chacón, se rendit sans combat et sans que l’Espagne ne fasse quoi que ce soit pour envahir ou reprendre l’île. Et aussi le capitaine général du Venezuela et la vice-royauté de la Nouvelle-Grenade, qui semblaient se soucier peu ou pas de Trinidad à l’époque. Cinq ans plus tard, en 1802, l’île devient une colonie britannique par le traité d’Amiens que l’Espagne signe avec la Grande-Bretagne. Et le futur Venezuela indépendant a été écarté de l’affaire.

Et ici, je veux souligner quelque chose, car bien qu’il soit rarement mentionné ou associé aux ambitions anglaises pour le territoire de la Guyane, à mon avis, le contrôle antérieur de Trinidad, suivi de l’aliénation de la Guyane anglaise au siècle suivant, était la clé à promouvoir le projet colonial anglais ultérieur de conquête du territoire d’Essequibo, de la moitié de la Guyane vénézuélienne et des bouches de l’Orénoque, qui, avec sa Guyane anglaise au sud-est et sa voisine Trinidad au nord, pourrait former un potentiel, énorme et territoire colonial stratégique du pays britannique. Et je pense qu’il convient également de souligner ce qui se passait déjà à l’époque du Venezuela républicain indépendant aux XIXe et XXe siècles avec la définition des frontières de notre pays avec la Nouvelle-Grenade (plus tard la République de Colombie). Car dans ce cas, le Venezuela n’a pas perdu des îles ou des territoires insulaires potentiels, mais de vrais territoires qui se trouvent sur le continent.

Le premier traité, signé à l’époque de Páez, n’a pas fait grand-chose pour dissoudre la Grande Colombie bolivarienne: le traité Michelena-Pombo de 1833 a maintenu la frontière Neogranadina de l’Orénoque, divisant effectivement Goajira en deux. Mais le Congrès vénézuélien, revendiquant plus de territoire à Goajira, a commis la grave erreur de le rejeter. Le problème des frontières restait à définir ; et il en resta ainsi tout au long du XIXe siècle, tandis que la Colombie, après avoir examiné des documents et des plans, revendiquait d’autres zones à Goajira et dans les plaines. Négociations bilatérales épuisées, arbitrage proposé ; et Guzmán Blanco l’accepte en 1883.

Nous continuerons la prochaine fois.

Vladimir Acosta

Août 2022

Roselle Lémieux

"Amateur de café. Expert indépendant en voyages. Fier penseur. Créateur professionnel. Organisateur certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.