Les gouvernements européens appellent à la réduction de la consommation d’énergie : « Si beaucoup le font, cela peut faire la différence » | Entreprise

L’Europe commence à réaliser ce qui s’en vient en hiver lorsque la Russie met ses menaces à exécution et coupe le gaz. Bien qu’avec un décalage plus long que ne le souhaiteraient les groupes environnementaux et toute une série de spécialistes de l’énergie, les trois plus grands pays de l’euro – l’Allemagne, la France et l’Italie – ont déjà pris des mesures pour accélérer le remplissage des puits de gaz et tenter d’éviter le précipice Rhétorique mis à part, l’Espagne est en retard sur ses principaux partenaires communautaires :

Allemagne : risque élevé, retard d’action

L’Allemagne, principal consommateur de gaz de l’Union européenne, voit les oreilles du loup depuis des semaines. Il a décrété la deuxième phase du niveau d’alerte en juin et est déjà à un pas du niveau d’urgence, qui permet des restrictions de consommation. Les ménages seraient les derniers à souffrir du rationnement ; avant que les industries qui ne sont pas vitales pour le pays soient arrêtées. Berlin a mis en place plusieurs mesures d’économie de gaz, telles que le retrait des anciennes centrales électriques au charbon de la réserve et leur utilisation pour produire de l’électricité. Le gouvernement souhaite avant tout remplir les réservoirs avec le gaz disponible avant l’hiver, lorsque le chauffage – la moitié des foyers allemands sont chauffés au gaz – déclenche la demande.

Berlin retient son souffle ces jours-ci en raison de la fermeture du gazoduc Nord Stream 1, actuellement principale voie d’entrée des hydrocarbures. Les travaux, qui s’achèvent théoriquement le 21, pourraient être le prétexte parfait pour Vladimir Poutine pour déchaîner son arme la plus puissante contre les économies occidentales et couper complètement un approvisionnement déjà réduit de 40 % depuis la mi-juin. Le remplissage des réserves, qui est de 64,5 %, stagne depuis plusieurs jours.

Pour l’heure, le conseil d’administration de la coalition (SPD, Verts et Libéraux) conseille aux entreprises et aux particuliers d’épargner, mais sans imposer de mesures coercitives. Même si le ministre de l’Économie et du Climat, le Vert Robert Habeck, ne l’a pas écarté. Le gouvernement fédéral a lancé le mois dernier une vaste campagne de sensibilisation, exhortant les citoyens à limiter leur consommation. Les messages font appel à la nécessité de limiter la dépendance vis-à-vis de la Russie et offrent des conseils sur la manière d’utiliser le gaz et l’électricité plus efficacement dans les bureaux et les maisons. « Le dégivrage régulier du congélateur, le changement du pommeau de douche ou l’installation de LED pour éclairer les bureaux permettent de réduire la consommation. Et si beaucoup de gens le font, cela peut vraiment faire la différence », a déclaré Habeck lors du lancement de la campagne, qui comprend des publicités dans les espaces publics, en ligne et sur les réseaux sociaux.

Les groupes environnementaux ont critiqué le gouvernement pour avoir trop longtemps poursuivi l’efficacité énergétique tout en approuvant les subventions aux combustibles fossiles, une tentative des libéraux, qui font partie de l’exécutif tripartite du social-démocrate Olaf Scholz. Des panneaux sont déjà installés dans de nombreux bâtiments gouvernementaux. Au ministère de Habeck, par exemple, la climatisation ne s’allume que lorsqu’il fait plus de 26 degrés, et plus tôt à 22.

France : L’arrêt du nucléaire est urgent

Les longs mois de campagne électorale en France ont atténué les alarmes sur d’éventuelles incertitudes énergétiques face à l’hiver qui avaient été soulevées chez d’autres voisins européens. L’urgence politico-électorale visait à freiner l’inflation et à préserver le pouvoir d’achat. Après les élections, les voix commencent à retentir avec urgence. La Première ministre Élisabeth Borne a averti dans son premier discours à l’Assemblée nationale au début du mois que si Moscou coupait l’approvisionnement en gaz de l’Europe, elle en subirait les conséquences, même si la France est moins dépendante que ses voisins. Surtout maintenant que la compagnie d’électricité EDF, que le gouvernement veut renationaliser, a réduit à plusieurs reprises ses objectifs de production en raison de problèmes dans plusieurs de ses réacteurs nucléaires. « Nous ne pouvons pas croire ou faire croire que nous nous débarrasserons des décisions unilatérales de la Russie », a-t-il déclaré aux députés.

Cette semaine, son patron, le président Emmanuel Macron, a souligné le ton et l’urgence en annonçant dans un entretien télévisé que la France devait aussi élaborer un « plan sobriété énergétique » pour consommer moins à tous les niveaux : de l’administration publique aux entreprises privées et aux citoyens eux-mêmes. . Selon Macron, la Russie utilise le gaz comme « arme de guerre » et donc « nous devons nous préparer à un scénario où nous vivrons tous complètement sans gaz russe ». Il faut « entrer collectivement dans une logique de sobriété », a-t-il souligné.

Les messages officiels rejoignent l’appel commun – et inhabituel – à améliorer « l’efficacité énergétique et à chasser le gaspillage national » lancé fin juin par les dirigeants des trois plus grandes sociétés énergétiques du pays : Engie, EDF et TotalEnergies. « Nous appelons à la prise de conscience et à l’action collective et individuelle pour que chacun de nous – chaque consommateur, chaque entreprise – change ses comportements et limite immédiatement sa consommation d’énergie, d’électricité, de gaz et de pétrole (…) Chaque geste compte », ont-ils déclaré Catherine MacGregor ( Engie), Jean-Bernard Lévy (EDF) et Patrick Pouyanné (Total) dans une tribune publiée dimanche Magazine du Dimanche.

Une première proposition de « l’initiative citoyenne » avait déjà été lancée en mars, quoique timidement : MacGregor suggérait d’abaisser d’un degré la température du thermostat dans les maisons. « Cela correspond à l’arrivée de 12 à 15 méthaniers en France », a-t-il déclaré à propos d’une mesure immédiatement soutenue par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire mais sans jamais s’engager. De fait, il n’existe toujours pas de catalogue concret de mesures immédiates, même si des objectifs sont à atteindre : réduire de 10 % la consommation énergétique de la France d’ici deux ans par rapport à 2019 et, à plus long terme, libérer le pays des énergies fossiles avant 2050. .

Pour savoir comment atteindre ces objectifs, le gouvernement organise depuis des semaines des groupes de travail sur la « sobriété énergétique » avec différents secteurs – dont des petits commerçants et artisans, des entreprises ou des grossistes – pour voir quelles mesures peuvent être prises et comment améliorer la conformité. de normes telles que B. Éclairage public restreint.

A défaut de gestes individuels concrets, le Premier ministre Borne a déjà avancé quelques mesures officielles à moyen et long terme, mais elles seront indispensables pour économiser l’énergie et aussi pour accélérer la nécessaire transition vers des modèles plus respectueux de l’environnement. La France va étendre à 700 000 logements par an son plan de réhabilitation des habitations qualifiées de « drains thermiques » en raison de leur mauvaise isolation, promouvoir le rail comme mode de transport propre et utiliser des véhicules zéro émission avec la mise en place – non encore datée – d’un système de promotion de location longue durée à moins de 100 euros par mois » de ce type de voitures propres. De son côté, Macron a avancé cet été en proposant un « projet de loi d’urgence pour réduire les retards » pouvant aller jusqu’à 10 ans dans la planification des parcs éoliens ou des centrales solaires. « Il faut aller beaucoup plus vite », a-t-il insisté.

Italie; le premier à faire appel à l’efficacité

L’Italie se prépare à un automne compliqué en raison d’éventuelles restrictions énergétiques dues aux coupures d’approvisionnement en gaz de la Russie. Le gouvernement de Mario Draghi a été l’un des premiers en Europe à proposer des mesures d’austérité. En fait, le Premier ministre lui-même a demandé aux citoyens de choisir entre maintenir la température confortable ou armer Vladimir Poutine dans sa guerre contre l’Ukraine. De plus, son exécutif a lancé ce qu’on appelle fonctionnement du thermostatune norme qui réglemente la température de la climatisation dans les bâtiments publics du pays.

Depuis mai, il ne doit pas faire moins de 27 degrés. En revanche, le chauffage en hiver ne doit pas être supérieur à 19 degrés. Les écoles, instituts, universités, mairies, centres sociaux ou bureaux à l’exception des hôpitaux sont concernés. L’exécutif prévoit d’économiser entre 2 000 et 4 000 millions de mètres cubes de gaz avec ce plan.

réduit de 50 pour cent

Contenu exclusif pour les abonnés

lire sans limite

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.