Les livreurs, centre juridique d’un deal de 3 000 millions d’euros

Glovo, la plateforme de livraison à domicile qui s’est prononcée contre la règle mettant fin aux coursiers indépendants, a été condamnée à une amende pour désobéissance ; Sont les Conditions de travail des facteurs dans le hotspot légal d’une entreprise qui déplace près de 3 milliards de dollars euros par an.

C’est la somme que les Espagnols ont dépensée selon le groupe NPD (exactement 2 990 millions d’euros) lors de la commande de nourriture dans les restaurants à la maison (hors dépenses de commandes aux supermarchés) depuis qu’une nouvelle loi entrée en vigueur en août dernier oblige les entreprises de livraison à embaucher leurs « chauffeurs » en tant qu’employés afin de mettre fin au « faux travail indépendant ».

Les entreprises qui font ces livraisons à domicile sont des plateformes numériques qui profitent L’extensibilité qu’offre cet environnementun phénomène d’économie collaborative et de commerce électronique en évolution rapide, qui dans de nombreux cas ne rentre pas dans la législation actuelle.

Est à propos services professionnels sur demande Ils sont souvent accusés de concurrencer déloyalement le commerce traditionnel car leurs entreprises paient peu d’impôts par rapport à leurs revenus et les conditions des travailleurs sur le lieu de travail sont sévèrement remises en cause.

LE DRIVER ACT, UNE MODIFICATION DU STATUT DU TRAVAIL

La loi est en fait undisposition supplémentaire dans la loi sur les employés, entrée en vigueur en août 2021 et cela inclut la « présomption d’emploi » dans le domaine des plateformes de diffusion numérique.

Cela signifie que la réglementation comprend que les coursiers indépendants, en tant que personnes qui fournissent des services rémunérés à une entreprise sous leur contrôle et leur subordination, sont en fait du personnel dans une relation de travail avec cette entreprise.

RÉACTIONS DES FOURNISSEURS

Un an après son entrée en vigueur, la dernière estimation de l’emploi de l’association patronale Adigital fait état de 29 300 commerçants qui seraient passés de l’auto-emploi à l’emploi, mais les poursuites judiciaires avec les entreprises sont toujours pendantes.

En ce qui concerne les livreurs, tout le monde n’aimait pas la loi et Certaines organisations de ces travailleurs ont manifesté et affirmé qu’ils pouvaient continuer à être autonomescar de cette façon, ils peuvent choisir quand travailler et prioriser les périodes de forte demande pour générer des revenus plus élevés.

Les coursiers craignent également que le sort de nombre d’entre eux ne soit la sous-traitance, qui est autorisée par la loi et qu’ils considèrent comme un modèle beaucoup plus précaire.

AUSSI UN SUJET CHAUD EN EUROPE

La situation de travail des coursiers a toujours été à l’honneur et était généralement considérée comme instable, précaire et pas de règle claire, qui dans de nombreux cas dépendent de décisions judiciaires spécifiques tant en Espagne qu’à l’étranger. Par exemple, dans deux jugements au Royaume-Uni et en France, les coursiers de Deliveroo ont été classés comme indépendants.

En décembre dernier, la Commission européenne (CE) a présenté un projet de directive contenant cinq critères pour déterminer si les employés de ces plateformes numériques sont en fait des travailleurs réguliers, dans le but d’empêcher la prolifération de faux indépendants.

Si au moins deux d’entre elles sont remplies, Il est entendu que la plateforme emploie le travailleur et qu’il fait partie du personnel de l’entreprise.

Les critères proposés par Bruxelles sont que l’entreprise détermine le niveau de rémunération ; surveiller la création électronique de l’œuvre; qui restreint le libre choix des horaires de travail ; établir des règles contraignantes pour les apparences ; et cela limite la capacité de l’employé à se constituer une clientèle ou à travailler pour d’autres entreprises.

Selon la CE, environ 28 millions de personnes travaillent sur des plateformes numériques dans l’Union européenne et sur ces 5,5 millions de personnes, le statut d’emploi correspondant peut ne pas être reconnu.

Zacharie Morel

"Fanatique invétéré des réseaux sociaux. Sujet à des crises d'apathie. Créateur. Penseur. Gourou du web dévoué. Passionné de culture pop. Résolveur de problèmes."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.