Les Peugeot de la République française

Objet de représentation, de communication, de protection… Le véhicule du président de la République française est bien plus qu’une voiture. Depuis plus d’un demi-siècle avec la Peugeot 604 par Valéry Giscard d’Estaing et jusqu’à 5008 par Emmanuel Macron, le marque française C’était l’un des principaux fournisseurs de l’Elysée. C’est un petit retour sur la Peugeot de la République française qui a marqué l’histoire.

Tout d’abord, nous avons la dernière histoire, qui vient en fait de commencer. Le président élu Emmanuel Macron est arrivé dans une Peugeot 5008 pour la cérémonie du 14 juillet 2017. Il a emporté ce véhicule avec lui pendant les 5 années de son premier mandat, ce qui en fait probablement la voiture la plus filmée et photographiée de mémoire récente. Néanmoins, c’est un véhicule inconnu. Pour des raisons évidentes de sécurité, la Présidence de la République établit le secret de leurs caractéristiques.

Tout ce que l’on sait de cette Peugeot 5008, c’est que, comme toute la gamme, elle a été construite à l’usine de Rennes puis confiée à Centigon, entreprise bretonne spécialisée qui le véhicule blindé. La seule information donnée concerne la disposition des sièges arrière (deux places au lieu de 3 avec une console centrale spéciale), l’installation de phares de secours sur la calandre et l’ajout de l’insigne du Président de la République sur la carrosserie. Tout le reste est « top secret ».

Peugeot Type 156.

La Peugeot Type 156 était la première : elle avait 25 ch

La « préhistoire » de Peugeot et de la République française commence dans les années 1920. Élu président de la République (le troisième) le 23 septembre 1920, Alexandre Millerand se rend dans une Peugeot Type 156 de 1921. Première voiture de Sochaux, La Type 156 était à l’époque le modèle haut de gamme de la marque. Il portait une impressionnante Moteur 6 cylindres en ligne de 5 954 cm3 produisant… 25 ch.

C’est l’heure de la Peugeot 604

Plus d’un demi-siècle plus tard, les Français ont choisi un amoureux de l’automobile et des voitures Peugeot. Valéry Giscard d’Estaing est parti à l’Elysée en Peugeot 1975, année du lancement d’un nouveau fleuron de la marque, la Peugeot 604. Le nouveau chef de l’Etat a mis en place une autre innovation avec une touche de modernité. A partir de ce moment, les voitures du président cesseront d’être noires pour prendre une couleur « vert mousse ».

Elíseo a commandé quatre unités du 604 au cours de la période de sept ans. Trois d’entre eux étaient des unités standard dans la version SL haut de gamme avec le moteur V6 de 2,6 litres de 136 ch. Le président les a dirigés personnellement à de nombreuses reprises.

Peugeot 604.
Peugeot 604 berline.

La quatrième unité était une limousine présidentielle 604 réservée aux cérémonies et aux défilés. Elle a été construite en collaboration avec le carrossier Heuliez et disposait d’un empattement allongé de 62 centimètres, ce qui a augmenté l’espace sur les sièges arrière, finition luxueuse. Il avait également un toit en vinyle noir.

L’Elysée n’est jamais arrivé Projet 604 ‘Landaulet’ (sièges arrière convertibles) précise le carrossier Chapron. La seule unité construite en 1979 a été livrée au Président du Niger.

La Peugeot 605 sélectionnée par Mitterrand

En 1991, l’Elysée fait l’acquisition d’une Peugeot 605 allongée et blindée par la société bretonne Labbé (qui deviendra Centigon, la société qui a préparé le Président 5008). Ce modèle, équipé du moteur V6 de 170 ch, était doté d’un blindage en acier à haute résistance. et lentilles en polycarbonate laminé et lentille pare-balles en verre.

Bilan sur la balance : 2 500 kilos, 1 000 de plus que la 605 V6 standard. Cette limousine a servi les chefs d’Etat en visite en France, comme Mikhaïl Gorbatchev, Hosni Moubarak ou le pape Jean-Paul II.

Les Peugeot de Chirac

Les Peugeot 607 de Chirac

Durant les 12 années qu’il passa à l’Elysée, Jacques Chirac produisait régulièrement les Peugeot 607 qui s’ajoutaient au parking du Présidium de la République. mais la Peugeot, qui a sans aucun doute laissé la plus grande marque chez les Français de l’époque était le 205 SR rouge de 1984 portée par l’épouse du Président J’ai roulé sur les routes de Corrèze…

La Peugeot 607 Paladine fut sans doute la plus spectaculaire et la plus éphémère des voitures présidentielles de la Ve République. En 2007, l’équipe de Nicolas Sarkozy cherchait une voiture qui incarnerait et incarnerait la conversion La modernité lors du défilé sur les Champs Elysées que le nouveau Président devait mettre en œuvre le jour de son investiture.

Peugeot 607 Paladin.
Peugeot 607 Paladin.

On s’empare alors du concept-car Peugeot 607 Paladine présenté au Salon de Genève 2000, fabriqué pour Peugeot par le carrossier Heuliez. Cette spectaculaire 607 est une berline de 15 pieds transformée en « landaulet » avec un toit escamotable en verre et en acier qui montre les sièges arrière. La cabine a été luxueusement finie par le spécialiste Hermès dans un beau cuir bleu et crème et comportait un minibar.

A la demande de l’équipe de Nicolas Sarkozy, la 607 Paladine a temporairement quitté le Musée Peugeot et a été présentée le 16 mai 2007 La France entière et le monde entier ont eu l’occasion de découvrir sur les Champs-Elysées une voiture qui, malgré les nombreuses modifications apportées l’élégance de la série 607.

L’installation du mécanisme de toit escamotable a considérablement réduit la capacité du réservoir de carburant, qui était limitée à seulement 6 litres. Ce qui n’était pas un problème pour un concept est devenu un inconvénient insurmontable pour l’utilisation régulière du véhicule compte tenu de la consommation de son moteur V6, c’est pourquoi Une fois la parade terminée, le 607 Paladin ne serait plus utilisé.

Le protocole du drapeau

Un ou deux drapeaux ? Le protocole définit précisément la décoration de la voiture présidentielle. Lorsque le Président de la République voyage à bord pour une fonction officielle, le véhicule doit être muni d’un drapeau français affiché à l’avant droit, uniquement du côté où le chef de l’État monte dans le véhicule.

en tant que deuxième chef d’État soit le gouvernement accompagne le président français du drapeau du pays hôte est fixé à l’avant gauche du côté où ils entrent et sortent du véhicule.

Peugeot 5008.
Peugeot 5008.

Quels sont les frais de scolarité? Jusque dans les années 1970, l’Elysée réservait l’usage des plaques d’immatriculation 1PR75 à 5PR75 à la voiture du Président. NDe nombreux véhicules ont ainsi reçu le numéro d’immatriculation 1PR75. Cette tradition a pris fin dans la décennie susmentionnée et depuis lors, les voitures présidentielles ont émis un Plaques d’immatriculation normales attribuées chronologiquement à tous les véhicules par le service français d’immatriculation des véhicules.

Qu’arrive-t-il aux voitures lorsque le président quitte ses fonctions ? Il n’y a pas de règle absolue. Certains sont conservés sur le parking de l’Elysée et d’autres ont été vendus ou confiés à des musées. Par exemple la Type 156 de Millerand, la berline Peugeot 604 de Giscard d’Estaing, la berline Peugeot 605 de Mitterrand et la Peugeot 607 Paladine Elles sont conservées au Musée de l’Aventure Peugeot.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.