Les tribunaux suspendent temporairement les soi-disant lois anti-avortement « déclencheurs » en Louisiane et en Utah

gros titre28 juin 2022

Après que la Cour suprême des États-Unis ait publié vendredi dernier l’historique « Roe v. Wade » de 1973, qui avait établi la légalisation de l’avortement aux États-Unis, les juges des États de Louisiane et d’Utah ont provisoirement statué qu’il empêchait l’entrée en vigueur des interdictions d’avortement à l’échelle de l’État. Lundi, le juge de la ville de la Nouvelle-Orléans, Robin Giarrusso, s’est rangé du côté des organisations de défense des droits reproductifs qui ont fait valoir que l’interdiction de l’avortement dans la soi-disant «loi d’activation» de la Louisiane était anticonstitutionnellement vague. Les « lois de déclenchement » sont des lois d’État qui sont destinées à entrer en vigueur si l’arrêt Roe c. Wade est levé. Pendant ce temps, le juge de Salt Lake City, Andrew Stone, a rendu lundi une ordonnance suspendant l’interdiction de l’avortement « Activation Act » de l’Utah pendant deux semaines après que l’organisation de planification familiale Planned Parenthood a déposé une plainte pour la bloquer.

Au Texas, un tribunal du comté de Harris a entendu aujourd’hui les arguments d’un procès intenté par des fournisseurs d’avortement cherchant à obtenir une interdiction d’avortement avant Roe v. empêcher Wade de prendre effet. La loi, qui n’est pas appliquée depuis près d’un demi-siècle, érige en crime le fait de pratiquer ou d’aider à se faire avorter.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.