L’exposition montre l’art de tisser des chapeaux de paille toquilla en Equateur

Quito, 21 septembre (EFE).- L’exposition « Tisser le développement durable », qui s’est tenue à Quito, la capitale de l’Équateur, se concentre sur l’art de tisser le chapeau de paille toquilla, déclaré patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO en 2012.

L’exposition de photos sera présentée sur les murs extérieurs de l’ancienne ambassade de France dans le quartier de La Mariscal, devant le siège de la Maison de la culture équatorienne.

L’exposition se déroule à l’occasion des Journées du patrimoine en Equateur et dans le cadre des Journées européennes du patrimoine initiées par le ministère français de la Culture en 1984, a annoncé mercredi l’ambassade de France à Quito.

« Tissage Développement Durable » est un projet mis en place et financé par l’Ambassade de France et coordonné par l’UNESCO pour protéger ce patrimoine culturel immatériel de l’humanité tout en contribuant à la résilience de la communauté villageoise de Pile, berceau des meilleurs tisserands de chapeaux de paille toquilla.

La France, l’un des principaux contributeurs à l’UNESCO, dont le siège est à Paris et l’un de ses membres fondateurs, s’est engagée depuis des décennies dans la défense et la préservation du patrimoine matériel et immatériel de l’humanité, a indiqué l’ambassade.

Dans ce contexte, la France travaille au niveau local et international pour préserver la pratique ancestrale du tissage des chapeaux de paille toquilla, a-t-il souligné.

Le « Tissu Traditionnel du Chapeau de Paille Toquilla » a été inscrit le 5 décembre 2012 par l’UNESCO sur la Liste Représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité.

Gilles Samson

"Amoureux de la télé. Ninja de la musique. Fanatique de voyages amateur. Fan de bacon. Évangéliste culinaire sympathique. Organisateur indépendant. Fanatique de Twitter certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.