L’histoire du ministre français corrompu qui a éclipsé le roi et est devenu « l’homme au masque de fer ».

« Chaque fois que je donne un travail, cent sont mécontents et un est ingrat », disait-il Louis XIV Et parmi ces ingrats figure Nicolas Fouquet, le directeur financier du royaume.

Fils de conseiller d’Etat, le père de Nicolas s’est enrichi en tant qu’associé de « l’entreprise des îles c’est à direAmérique“. Avec cet argent Monsieur Fouquet achète pour son fils un poste de conseiller au Parlement de Metz. Nicolas était un homme intelligent, sensible, de bon goût, un homme galant, amateur de bonne chère et mécène des artistes… mais incroyablement ambitieux.

Grâce à cette position, il entame une carrière politique spectaculaire, qu’il articule avec des entreprises familiales et des expériences en physique et chimie, deux disciplines qui le passionnent et lui permettent d’entrer en contact avec des intellectuels et des scientifiques.

En 1640, il se marie et reçoit une dot de 160 000 £. Avec vous acheté le comté de Vaux. A cette époque, le Cardinal Mazarin le nomma Maire de la Justice, de la Politique et des Finances de Grenoble.

La vie de l’impératrice Sissi, une longue suite de malheurs et de déceptions

Ce sont des temps difficiles pour la France, ou plutôt plus difficiles que d’habitude, car les nobles se sont rebellés contre la régente Anne d’Autriche à cause de la lourde charge fiscale imposée. Fouquet soutient le régent et, grâce à un plan financier audacieux, est nommé à la surveillance des finances et, en peu de temps, parvient à équilibrer les revenus de l’État en réévaluant la monnaie.

Ce succès lui a valu du prestige, dont Fouquet s’est servi pour gagner de l’argent, beaucoup d’argent. Alors devenu le banquier de la reine, Il lui accorda un prêt de 11 000 000 £ que Mazarin utilisa pour continuer les guerres qui menaçaient les caisses de la France. Peu de temps avant sa mort, Mazarin eut une rencontre avec le jeune Louis XIV, occasion dont il profita pour prodiguer des conseils au roi. Depuis qu’un gouvernement l’a fait travailler avec des ministres comme Fouquet, le cardinal a conseillé au monarque de ne pas renoncer aux services de ce ministre tant qu’il pouvait sortir « les bâtiments et les femmes » de sa tête.

Le Roi Soleil ne pouvait résister à l’ombre de ce ministre qui aimait l’art et le luxe.

Curieusement furent les premières causes de sa chute. Bien qu’il possédât plusieurs maisons à Paris, un grand domaine à Saint Mandé et le bel Hôtel d’Émery où il vécut luxueusement, il était un connaisseur et un amateur d’art. Il est déterminé à construire un hôtel particulier à la hauteur de ses plus belles fantaisies, le château de Vaux-le-Vicomte.

Il a créé une cour parallèle et est tombé en disgrâce

Ce bâtiment, près de Melun, deviendra une cour parallèle où le ministre collectionnera peintures et sculptures des artistes les plus célèbres de France. Charles Le Brun et le paysagiste André Le Nôtre ont décoré le palais. Ce dernier était le créateur du vaste parc qui entourait le palais, avec de grandes avenues, des cascades, des fontaines et une grande terrasse pour profiter du paysage.

En 1659, le palais est terminé et Fouquet décide d’y envoyer le jeune Louis XIV. avec chaque luxe et la pompe que lui seul pouvait donner au monarque. En plus des gourmandises qu’il régale du roi et de ses invités, il organise un spectaculaire feu d’artifice qui semble couronner la coupole du palais, et comme si cela ne suffisait pas, Molière crée pour l’occasion un ballet lyrique intitulé Les Fâcheux, avec la musique de lully Les convives les moins aisés mangeaient dans des plats en argent, l’entourage du roi dans des assiettes en or.

Fouquet a essayé par tous les moyens d’impressionner le roi, et il l’a fait, mais pas de la manière qu’il aurait souhaitée.

La reine Victoria d’Angleterre et sa vie amoureuse tragique

L’affichage de la richesse a suscité non seulement l’envie du monarque, mais aussi la méfiance – ou plutôt la croyance – que Fouquet avait exploitée actes de corruption d’amasser une telle richesse aux dépens d’un État perpétuellement en faillite. Quelques jours après l’agape, Nicolas Fouquet a été arrêté pour détournement de fonds. Ses biens ont été confisqués, les appartements scellés et l’ancien ministre placé dans une prison loin du luxe et des gourmandises.

Après une période d’essai de deux ans Fouquet et certains de ses proches collaborateurs sont condamnés à mort pour détournement de fonds publics et crimes de lèse-majesté. Finalement, sa peine fut commuée en réclusion à perpétuité, qu’il dut purger dans la froide prison de Pignerol, où se trouvait le ministre autrefois puissant. Il est mort dans des circonstances étranges, jamais vraiment expliquées, aboutissant à l’une des versions les plus imaginatives dans laquelle Fouquet est devenu l’homme au masque de fer une histoire folle écrite par Alexandre Dumas.

Au final, cet homme cultivé, cet homme politique avisé et ministre habile, a fait de son nom un synonyme de corruption qui a déclenché les foudres de Sa Majesté, et s’est senti moqué par cet étalage presque obscène de luxe et de richesse qui le Roi Soleil ne pouvait que vaincre avec la construction du château de Versailles.

Tu pourrais aussi aimer

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.