Ligue 1 : Le football français au bord de la faillite : « Le pire est à venir »

Lelle Les clubs de football français sont dans une situation économique grave en raison de la pandémieclous sur Perte d’exploitation de 1,4 milliard d’euros la saison dernière, qui fait craindre des faillites d’entreprises, le montre L’Équipe responsable du contrôle financier de ce sport.

Ces pertes viendront s’ajouter aux 1 200 millions de chiffres rouges de la précédente campagne, renchérit Jean-Marc Mickeler, président de la Direction nationale du contrôle de gestion (DGCC), dans une interview publiée aujourd’hui par le journal sportif. Ils se répartissent principalement en droits de télévision (400 millions) et en transmissions (300 millions), En plus des abonnements et des billets et des parrainages, il entre dans les détails.

Les insolvabilités ne peuvent être exclues

Le résultat est que les équipes ont accumulé des dettes qui dépassent le milliard d’euros, plus du double de ce qu’elles étaient il y a deux ans, ajoute Michelar, qui prévient « Le pire est encore à venir ». Avertit quand 330 millions convenus avec Canal+ pour la retransmission de deux jeux par jour ils ne sont pas arrivés (il y a des problèmes avec le canal de paiement) et la baisse des fonds propres continue, « Les insolvabilités ne peuvent pas être exclues ».

Il explique aussi qu’il y a des actionnaires qui sont venus « à bout de capacité à boucher les trous » certains clubs français dans une situation angoissante.

Problèmes de club

De La faillite a jusqu’ici sauvé un footballeur français historique, les Girondins de Bordeaux.suite à l’accord de reprise par l’ancien propriétaire lillois, l’homme d’affaires Gérald Lopez.

Les équipes doivent réduire leurs coûts de main-d’œuvre

Toutefois, le président de la DGCC insiste sur ce Bordeaux et la plupart des autres clubs de football du pays doivent subir une importante intervention chirurgicale pour transformer votre business model.

« Les équipes doivent réduire leur masse salariale », il réitère et rappelle que sept clubs de première division ont plus de 40 joueurs sous contrat, ce qui « n’a aucun sens ». Les équipes françaises ont traditionnellement recours aux virements pour équilibrer leurs comptes, mais La pandémie a laissé aux équipes d’autres ligues majeures beaucoup moins d’argent à investir dans les signatures.

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.