L’Irlande a remis les All Blacks à genoux, avec un plus : ils les ont battus pour la première fois en Nouvelle-Zélande

Les fenêtres d’hiver dans l’hémisphère sud sont souvent un avantage pour les All Blacks, les Wallabies et les Springboks. A cause de l’histoire – ce sont les trois grandes puissances mondiales – à cause du lieu et de la période de l’année. Les Élus du Nord arrivent à la fin d’une saison longue et fatigante, tandis que ceux du Sud débutent leur calendrier international avant le Rugby Championship. Irlande et Angleterre Ils ont enfreint la règle et laissé l’Océanie victorieuse.

Le sport irlandais vit une de ses journées historiques. Victorieux pour la première fois, ils quittent la Nouvelle-Zélande, pays qui abrite le rugby et traverse désormais une crise, avec l’entraîneur Ian Foster et le capitaine Sam Cane dans leur ligne de mire. Le Shamrock est devenu la cinquième équipe de l’histoire du rugby à remporter une série loin des All Blacks. L’Afrique du Sud l’avait fait en 1937, les British & Irish Lions en 1971, l’Australie en 1986 et la France en 1994. Ce samedi, il a été réalisé par l’équipe entraînée par l’Anglais Andy Farrell après la victoire de la semaine dernière à Dunedin et cette fois par 32-22 au Sky Stadium de Wellington. La série de matchs avait commencé par une superbe victoire 42-19 pour les All Blacks à Eden Park, qui reste leur fief.

Le résumé de la victoire de l’Irlande sur les All Blacks

L’Irlande a été un gagnant indéniable. Comme lors des deux épreuves précédentes, il a frappé dès le départ, cette fois en quatre minutes par Josh van der Flier, l’une des figures du terrain. Fort en attaque et en défense, il menait 22-3 à la pause, un énorme écart qui devrait être décisif au final. Avec la fierté et le dynamisme de joueurs comme Ardie Savea, Akira Ioane et Will Jordan, auteurs des trois essais et personnages de l’équipe, les All Blacks ont répondu présent et mis leur rival dans les cordes. Mais l’équipe européenne a eu le sang-froid pour résister au siège et a fini par faire pencher la balance en sa faveur grâce à un essai de Rob Herring et au but de Johnny Sexton, qui ne cesse de grandir à 37 ans. Le héros méconnu était Tadgh Beirne, un joueur banal qui était un défenseur combattant et qui a éteint plusieurs incendies avec des balles récupérées.

La joie de Johnny Sexton après la victoire de l’Irlande sur les All Blacksap-Photoshop

Les Klee ont terminé une saison brillante avec peu de fissures. Bien qu’il ait laissé le goût amer de la défaite des 6 Nations à la France, il a progressé dans son jeu, battant trois fois la Nouvelle-Zélande et remportant des victoires écrasantes contre l’Angleterre, le Pays de Galles, l’Ecosse et l’Argentine. Andy Farrell, qui a entamé son étape 2020 avec des doutes, est désormais à la tête d’une équipe avec une idée claire et un large roster plein de variantes. Le manager était ravi après le succès à Wellington. « C’est un groupe spécial. C’est probablement la chose la plus difficile dans le monde du rugby. Nous sommes venus ici avec cette tâche et l’avons fait dès le début, ce qui est formidable.

L’Irlande a toujours la dette historique d’avoir surmonté l’obstacle des quarts de finale de la Coupe du monde. Il est la seule équipe de niveau 1 à ne jamais atteindre les demi-finales et est à nouveau à son apogée à un an de la Coupe du monde. « Nous avions dit que ce serait le début de notre année de Coupe du monde, mais c’est probablement un peu plus important que cela », a déclaré Farrell. Johnny Kuster, Le 10, toujours irremplaçable, a connu une belle séquence mais reste terre à terre. « Je sais que dans une année où la Coupe du monde commence, cela ne veut rien dire comme nous l’avons appris auparavant. Mais nous allons certainement profiter de ce soir et peut-être encore quelques jours. Ensuite, nous devons continuer à nous améliorer. » Le demi d’ouverture se retirera de l’équipe après la Coupe du monde et tentera d’apprendre du passé. Ils forment le difficile groupe B avec l’Afrique du Sud, l’Ecosse, la Roumanie et les vainqueurs de Tonga-Hong Kong.Le match des quarts de finale viendra du territoire où se trouvent la France et la Nouvelle-Zélande.

L'Irlandais Garry Ringrose se lance dans l'essai
L’Irlandais Garry Ringrose se lance dans l’essaiap-Photoshop

En revanche, il y a la déception des All Blacks dans un cycle d’Ian Foster qui se termine de manière peu convaincante. Un pays qui prospère grâce au rugby et a perdu l’aura de victoire qu’il avait apportée avec lui depuis les étapes de Graham Henry et Warren Gatland. Un choix défensif vulnérable, absent du jeu sur le terrain et bien loin de cette mentalité écrasante qu’il affichait autrefois. Ils n’ont pas perdu deux matchs à domicile de suite depuis 1998. Ils ont besoin de regarder à l’intérieur, de faire une bonne autocritique et de se reconstruire car ils ont encore énormément de valeur dans leurs joueurs pour arriver bien préparés pour France 2023.

En Australie, L’Angleterre a inversé sa séquence contre les Wallabies et a mis fin à une saison inégale sur un sourire. Après la défaite lors du premier test à Perth, ils sont restés dans une série serrée avec les matchs à Brisbane et ce samedi à Sydney avec 21h17, paire et joué à la limite. Avec de nombreux nouveaux visages mêlés à des joueurs vétérans comme Owen Farrell, Courtney Lawes et Billy Vunipola, les équipes dirigées par Eddie Jones continuent de se préparer pour la Coupe du monde. Ils avaient besoin de gagner, d’améliorer leur estime de soi et de commencer à construire des bases solides. L’Australie a été inefficace en plaçant le jeu dans le champ adverse et elle n’a toujours pas réussi à devenir une équipe fiable, même si c’est une équipe très dangereuse avec un arrière qui fait toute la différence.

Le résumé de la victoire de l’Angleterre sur les Wallabies

Dans un autre match de la journée en attendant que l’Argentine affronte l’Ecosse, L’Afrique du Sud bat le Pays de Galles 30-14 et inégale la séquence à égalité à une victoire de chaque côté. A Bloemfontein et devant leur peuple, les springbok étaient implacables.

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.