Macron a annoncé un « chèque alimentaire » contre l’inflation déclenchée par l’invasion russe

Le président français est un large candidat pour être réélu dimanche prochain 10 avril.

Le président français Emmanuel Macron a annoncé mardi son intention d’introduire un « bon d’épicerie » pour permettre aux populations les plus vulnérables et à la classe moyenne de faire face à la flambée des prix alimentaires provoquée par l’invasion russe de l’Ukraine.

La mesure vise aider à faire face aux « dépassements de coûts » sur la nourrituremais aussi pour inciter à l’achat de « circuits courts » et de produits français, a expliqué Macron dans une interview à Radio France Bleu, où il s’est exprimé sur ses propositions de campagne pour les élections présidentielles d’avril.

« Nous sommes confrontés à une crise mondiale car l’Ukraine et la Russie sont de véritables greniers internationaux », a averti le président français, annonçant que son pays mènerait une initiative européenne pour apporter une réponse coordonnée au problème.

Avec ce dispositif, initialement proposé par Macron en décembre 2020 puis reporté, Selon la radio France Inter, dans les années à venir, le dirigeant veut « être moins dépendant de toutes les affaires qui viennent parfois de l’autre bout du monde ».

« Nous sommes confrontés à une crise qui sera mondiale, car l’Ukraine et la Russie sont de véritables greniers internationaux. »

A moins de trois semaines du scrutin, le candidat à la réélection et favori des sondages a évoqué certaines de ses promesses de campagne. Dans ce sens, il a souligné qu’en cas de réélection les deux grandes priorités de son prochain gouvernement seront « la santé et l’école », avec l’ambition de « mieux payer les enseignants ».

Il a également donné des détails son projet de développement de l’intéressement des salariés dans les entreprises, en triplant ce qu’il a appelé le « dividende proportionnel » de 1.000 à 3.000 euros. Les entreprises qui distribuent des dividendes à leurs actionnaires devraient bénéficier d’avantages fiscaux afin qu’elles puissent verser des primes allant jusqu’à 3 000 euros à leurs employés lorsqu’ils réalisent des bénéfices, exempts de cotisations et d’impôts.

« Il ne se peut pas que lorsqu’une entreprise va bien, seuls les actionnaires en profitent », a argumenté Macron.

En réponse aux questions du public, Macron a également défendu son projet de faire passer l’âge de la retraite volontaire de 62 ans à 65 ans. Comme il l’a soutenu, du point de vue de l’équilibre financier du système de retraite, « il n’est pas vrai qu’on puisse prendre sa retraite au même âge » qu’autrefois car, selon lui, « on vit de plus en plus longtemps » . « Il faut financer la dépendance » d’une population vieillissante.

Le président, en poste depuis 2017, a dû répondre à plusieurs questions sur les problèmes rencontrés par les Français dans les zones rurales, où l’accès aux soins est limité en raison du manque de médecins dans les villages.

Elite Boss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.