Macron appelle à la vigilance face à l’antisémitisme rampant qui s’installe

Paris, 17 juillet (EFE) .- Le président français Emmanuel Macron a appelé ce dimanche à la vigilance face à l’antisémitisme « débridé » qui, ces dernières années, a conduit à des attaques non seulement contre des cibles juives mais aussi sur les réseaux sociaux ou envahissant le débat public avec la « suffisance de certaines forces politiques ».

« Cela peut prendre des visages différents, mais l’antisémitisme haineux continue de circuler », a insisté Macron dans un discours commémorant les raids de juillet 1942 de la police française à Paris contre 13 000 Juifs, dont la grande majorité a ensuite été envoyée dans les camps de la mort nazis. être tué le fera.

Le discours a été prononcé à l’ancienne gare de Pitiviers, à quelque 90 kilomètres au sud de Paris, par laquelle passaient nombre de ces Juifs et d’autres arrêtés par la police du régime de collaboration français de Vichy pendant l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. .

Macron a souligné : « Quatre-vingts ans après cette noirceur de l’humanité, je me sens toujours aussi urgent, sinon plus urgent, de me souvenir de l’histoire, de l’évoquer, d’interroger la haine du passé pour mieux la découvrir dans notre présent ». .”

Selon lui, l’antisémitisme est « encore plus répandu » aujourd’hui en France, en Europe et dans d’autres parties du monde qu’il ne l’était en 1995, lorsque le président de l’époque, Jacques Chirac, a reconnu pour la première fois la responsabilité directe de la France et du monde dans l’Holocauste. participation aux raids de juillet 1942.

Il a souligné que l’antisémitisme est présent dans les attaques djihadistes contre les personnes juives en France, mais aussi dans les profanations répétées de cimetières juifs, dans l’actualité sur les réseaux sociaux ou dans les débats révisionnistes sur des événements historiques comme ces rafles.

LA RESPONSABILITÉ DE LA FRANCE DANS LA SHODA

Macron a fait écho aux propos de Chirac en juillet 1995 lorsqu’il a souligné que la France avait « accompli l’irréparable » en emprisonnant des enfants, des femmes et des hommes juifs, qu’elle a ensuite remis aux nazis pour être envoyés dans des camps de la mort.

Il a ajouté quelques phrases de son cru : « En agissant au nom de la France et en trahissant l’esprit de la république, l’État français Pétain, de Laval, de Bousquet a sciemment manqué à tous les devoirs de la patrie des Lumières et des droits de l’homme. Parce que pas un seul soldat nazi n’a participé aux raids des 16 et 17 juillet 1942. »

Il a accusé, sans le nommer, l’intellectuel d’extrême droite Éric Zemmour, candidat à la présidentielle d’avril dernier, qui avait défendu la figure du maréchal Philippe Pétain, chef du régime collaborationniste français de 1940 à 1944, pour avoir extradé des juifs étrangers vers les nazis, sauva de nombreux juifs français.

« Répétons-le ici, même si les commentateurs révisionnistes n’aiment pas ça. Ni Pétain, ni Laval, ni Bousquet n’ont tenté de sauver les Juifs. C’est une falsification de l’histoire. Ceux qui revendiquent ces mensonges ont pour projet de détruire la république et de briser l’unité de la nation », a déclaré le chef de l’Etat.

Il a ajouté que « regarder notre réalité de front ne signifie pas affaiblir la France ou se repentir. C’est tout reconnaître pour ne pas le répéter ».

La cérémonie d’inauguration de l’ancienne gare de Pithiviers en tant que nouveau mémorial français de la Shoah a suscité une polémique politique parallèle qui trouve son origine dans un message de Mathilde Panot, leader du groupe parlementaire de gauche La France Insumisa (LFI), qui lui a valu largement Critique du soutien de Macron et même de certains responsables socialistes.

Panot écrit sur son compte Twitter : « Il y a 80 ans, les collaborateurs du régime de Vichy organisaient l’attaque du Vélodrome d’Hiver. N’oublions plus que jamais ces crimes avec un Président de la République rendant hommage à Pétain et 89 députés du RN de Marine Le Pen.

Le chef du député LFI a fait référence à Macron reconnaissant en 2018 que Pétain était « un grand soldat » pendant la Première Guerre mondiale, bien qu’il ait ensuite été responsable de « décisions fatales » pendant la Seconde Guerre mondiale. EPE

ca/pddp

(vidéo) (photo)

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.