Macron et Al-Sissi ont discuté de l’Ukraine, de l’Iran et du Moyen-Orient

Ce vendredi, les présidents français Emmanuel Macron et égyptien Abdelfattah al-Sisi ont organisé un déjeuner de travail à l’Elysée, au cours duquel ils ont discuté de questions telles que la sécurité alimentaire dans un contexte de conflit en Russie et en Ukraine, le programme nucléaire iranien et la situation actuelle au Moyen-Orient. A l’Est, les relations diplomatiques entre les deux pays, entre autres, tandis que les défenseurs des droits de l’homme ont démenti la visite du dirigeant égyptien.

La réunion s’est déroulée sans aucune déclaration publique des dirigeants, affirmant qu’il s’agirait de la première rencontre entre les deux après la réélection d’Emmanuel Macron en avril dernier.

Cependant, l’Elysée a publié plus tard une déclaration sur les principales questions soulevées, y compris les conséquences de la guerre en Ukraine, en termes d’énergie et d’économie, mais en se concentrant sur la façon dont elle menace la sécurité alimentaire internationale et a durement touché l’Égypte, un pays importateur qui a été touchée ces dernières années a dû faire face à la hausse des prix pendant des mois.

Un autre sujet de discussion était le programme nucléaire de l’Iran en raison des récents commentaires de Téhéran sur les progrès dans la construction d’éventuelles armes nucléaires, un commentaire qui a suscité des inquiétudes chez diverses personnalités internationales.

Ils ont également discuté de la situation en Libye, un pays qui borde l’Égypte à l’ouest de son territoire, et ont convenu de continuer à travailler pour que le pays voisin retrouve son unité et sa souveraineté après la guerre civile et l’instabilité qui en a résulté, la dualité politique où deux Les blocs prétendent être le gouvernement légitime. D’un côté la Chambre des Représentants à Tobrouk et de l’autre le Gouvernement d’Unité Nationale à Tripoli ; Pour l’instant, l’ONU continue d’essayer de promouvoir un dialogue entre les deux fronts, sans progrès.

En outre, les dirigeants ont discuté du réchauffement climatique avant le sommet sur le climat de novembre, qui sera organisé par l’Égypte.

Des relations étroites entre la France et l’Égypte

En 2013 et 2017, la France est devenue le principal fournisseur d’armes de l’Égypte, favorisant des liens économiques et militaires qui se sont resserrés au fil du temps.

En décembre 2020, le président français Emmanuel Macron a remis au président égyptien la plus haute décoration, la Grand-Croix de la Légion d’honneur, lors d’une visite d’État, soulignant l’importance des relations bilatérales.

L’année dernière, la France a fourni à l’armée égyptienne 30 avions Rafale par l’intermédiaire de la société de défense française Dassault Aviation dans le cadre d’un accord de défense de plusieurs milliards de dollars entre les deux pays.

Les deux chefs d’État se sont rencontrés pour la dernière fois fin 2021 en marge d’une conférence où ils ont évoqué la situation en Libye.

Rejet des relations avec l’Egypte

Les militants des droits de l’homme ont exprimé à plusieurs reprises leur désapprobation des liens du président Macron avec le président égyptien, rappelant que le gouvernement d’Abdelfattah al-Sissi détient quelque 60 000 personnes comme prisonniers politiques, mais le gouvernement français ferme les yeux

La déclaration de l’Elysée a déjoué les protestations des militants, affirmant qu' »ils (les deux dirigeants) ont également soulevé la question des droits de l’homme dans le cadre du dialogue de confiance France-Egypte ».

Mais les inquiétudes des défenseurs demeurent, notamment dans le cas d’Alaa Abdel Fattah, un dissident égyptien qui a entamé une grève de la faim pendant plus de 100 jours après avoir été condamné à cinq ans de prison en décembre dernier.

Peu avant la rencontre entre les dirigeants, le groupe de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières a exhorté Macron lors de la réunion à ne pas « ignorer le sort d’Alaa Abdel Fattah et de tous les journalistes emprisonnés ».

La réunion de vendredi intervient quelques jours après que Macron a reçu le chef des Émirats arabes unis, le cheikh Mohamed ben Zayed Al-Nahyan, un proche allié du gouvernement al-Sissi.

Avec des informations de Reuters, EFE et AFP

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.