Manifestations en Europe : agriculteurs aux Pays-Bas, chauffeurs de taxi en Italie et transporteurs en France

La crise économique que traverse l’Union européenne commence à se faire sentir à travers le malaise de divers secteurs et dans tous les pays. Les images les plus choquantes de ces dernières heures viennent des Pays-Bas.

Tir avec des armes à feu par la police néerlandaise

Des agriculteurs manifestent aux Pays-Bas. Photo: EFE

Cette semaine, des protestations ont commencé dans le secteur des champs contre le gouvernement pour des réglementations sur les émissions qui pourraient mettre 50% des producteurs à la faillite. Les producteurs ruraux ont déversé du fumier dans les bureaux du ministère de l’Environnement, mais c’était l’anecdote alors que nous examinons les événements d’hier soir. Des agriculteurs protestataires ont été abattus par la police néerlandaise et arrêtés à plusieurs reprises à Heerenveen.

Les images sont devenues virales sur les réseaux sociaux, mais les principaux journaux du pays comme De Telegraaf reprennent également l’actualité. Au final, personne n’a été blessé. Un tracteur a été touché par une balle et trois personnes ont été arrêtées. Les événements ont eu lieu sur une bretelle d’autoroute lorsqu’un agent a tiré. L’une des vidéos montre des agents qui semblent marcher avec des armes à feu alors qu’un camion semi-remorque passe devant un barrage routier de la police.

Il n’y a aucune preuve d’une attaque contre les agents. L’Office national de la police criminelle a ouvert une enquête. Dans le même temps, les agriculteurs emmenés par l’association Agractie dénoncent le silence du gouvernement et notamment de la ministre de tutelle, Christianne van der Wal.

Les chauffeurs de taxi italiens veulent entrer au parlement


Lorsque nous voyageons en Italie, les chauffeurs de taxi sont en colère. Des centaines d’entre eux ont sauté par-dessus les barrières délimitant le parlement du gouvernement à Rome et ont défié la police d’entrer dans cette salle. La grève a débuté ce mardi à huit heures du matin et à midi un cortège s’est élancé de la Piazza della Repubblica pour protester et exiger le retrait de l’article 10 du projet de loi sur la concurrence relatif à l’adaptation de l’offre de services aux formes de mobilité, réalisées grâce à l’utilisation d’applications Web qui utilisent des plates-formes technologiques pour connecter les passagers et les conducteurs.

Là aussi, le problème de la libéralisation de ce secteur suscite un malaise et toutes les critiques se concentrent sur l’entrée d’Uber. La contestation est majoritaire dans le pays, selon ses 99% de syndicats, et une nouvelle journée est également prévue ce mercredi.

En France sans trains

Et en France, une autre révolte se prépare également. Le président Emmanuel Macron a annoncé être entré dans une « économie de guerre » face au conflit ukrainien, et ce mardi le Conseil des ministres français a approuvé la loi « Pouvoir d’achat », qui comportera un volet sur la « souveraineté énergétique ».

Du SNFC, leurs travailleurs ont déjà annoncé une grève qui affectera le trafic sur les rails. Des perturbations sont attendues sur la plupart des lignes et les quatre syndicats représentatifs de la SNCF ont déjà déposé un préavis de grève pour ce mercredi. Ils demandent des augmentations de salaire pour faire face à l’inflation. Une rencontre est prévue entre l’entreprise et les syndicats, qui regrettent de ne pas avoir obtenu d’augmentation de salaire depuis 2014.

(Informations sur El Nacional.cat)

Malgier Favager

"Faiseur de troubles incurable. Explorateur. Étudiant. Spécialiste professionnel de l'alcool. Geek d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.